Accueil

Traduire le site :

Innovations
La Plaisance EcologiqueConsommer moins de carburant
La Plaisance EcologiqueBulbe d'étrave
L'éco-navigationInitiatives Ecologiques
Comment caréner écolo son bateau de plaisanceCarénage Ecologique
Protection écologique des bateaux de plaisanceProtection Metagrip
La Plaisance EcologiqueVoiles & cerfs-volants tracteurs
La Navigation EcologiqueGestion électrique à bord
La Green PlaisanceBatteries marines
Plaisance Econo-logiqueEclairage à bord
Gestion du froid à bordGestion du Froid à bord
La Plaisance EcologiqueLa propulsion électrique
Une plaisance plus écologiqueBateaux promenade électriques

Préserver le milieu
La Plaisance EcologiqueGuide navigation éconologique
Cargos EcologiquesImpact fioul lourd
Le gasoil EcologiqueLe gasoil non routier (GNR)
Préservation du milieu aquatiqueDraguage et fauchage durables
La Plaisance EcologiqueGestion de l'eau à bord
Plaisance écoloTraitement des eaux noires
Plaisance éco-responsableGestion des eaux grises
Pratiquer une plaisance plus écologiqueGestion des déchets de bord
La Plaisance EcologiqueEcluses & environnement
La Plaisance EcologiqueL'Eutrophisation de l'eau
Une plaisance plus EcologiqueBonne pratique du Mouillage
Une plaisance plus EcologiqueCroisières maritimes écologiques
La Plaisance EcologiqueLe Grenelle de la mer
Le Pavillon BleuLe Pavillon Bleu
Manifeste pour une navigation plus eco responsableTourisme fluvial écologique
Promotion d'une plaisance plus écologiqueImpact CO² & NO² sur océans
La Plaisance EcologiqueMarées Noires

Trucs & astuces
Trucs de plaisanciersTrucs et astuces pour bateaux
Bateaux électriquesRemotorisation électrique
Antidérapants pour bateauxAntidérapant pour ponts
Entretien des bois d'un bateauEntretien et réfection bois
Peinture écologique des bateaux de plaisancePeintures marines
Double vitrage bateauxIsolation et double-vitrage
Acheter un bateau neuf ou d'occasion ?Acheter neuf ou d'occasion ?
Monter une voile sur un trawlerAdaptation voile sur vedette
Osmose des coquesOsmose des coques
Rouille des coquesDossier rouille
Electrolyse des coquesL'électrolyse des coques
Entretien du moteur bateauEntretien du moteur
Rendre son bateau autonome en eauAutonomie en eau
Passer sous pavillon belgePavillon belge
Le club des possesseurs de bateaux NicolsClub "Nicols"

Comprendre
Dictionnaire de la Plaisance écologiquePetit lexique de la batellerie
Lexique de la marine à voile écologiquePetit lexique de la marine
La Plaisance EcologiqueHélices et propulsion
La météo et les vents marinsVents & Météo marine
La Plaisance EcologiqueTout savoir sur la VHF
Code maritime des pavillonsCode des pavillons
Classement des bateaux de PlaisanceCatégories plaisance
Les bateaux de commerce pour transporter du fretTransport fret fluvial
Comment participer à la gestion de son portGestion des ports
La sortie NMEA 183GPS et sortie NMEA 183
La Plaisance EcologiqueCalcul taxe passeport maritime
La Plaisance EcologiqueBibliographie
La Plaisance EcologiqueCanal du Nivernais
La perle des canaux de BourgogneCanal de Givry

Vivre
Comment bien choisir son assurance bateauAssurance Plaisance
Comment concilier plaisance et handicapPlaisance & handicap
Carnets de bord croisièreCarnets de croisière
Paroles et radios de Chants de marinsChants de marins
Comment passer les écluses en toute sécuritéPassage des écluses
Les camps nautiques pour jeunes à bord des Mandarines sur le Canal du NivernaisLes Bateaux-colo
Le rendez-vous bisannuel des vieux gréements à SèteEscale à Sète 2012
Produits d'entretien naturelsProduits d'entretien
Forums nautiques pour plaisanciersForums nautiques
Vivre à bord d'une pénichePéniches-Logements
Comment faire du pain à bord en croisièreFaire son pain à bord
Comment participer à la gestion de son port de résidentAssoces plaisance
Evénements PlaisanceAgenda Plaisance
Les coups de gueule des navigateursCoups de corne !
Scènes nautiques étonnantesScènes étonnantes

Services
Tarifs et conditions de la vignette plaisanceVignette 2013
La co-navigationLa co-navigation
Calcul d'itinéraire plaisance fluvialeCalcul d'itinéraires
Calcul des marées et des courantsCalendier marées
Entretien moteur de son bateauEntretien moteur
Comment bien hiverner son bateauHiverner son bateau
Trouver les coordonnées des marques nautiquesCoordonnées des marques
Jeu de simulation navigationShip Simulator
La Plaisance EcologiqueLiens
La Plaisance EcologiqueAgenda écologique
La Plaisance EcologiqueImmobilier écologique
La Plaisance EcologiqueContact

Page Facebook de Plaisance Ecologique

Nous aider ?

Chantier nautique alternatif du Centre



Carnet de bord "Nevers - Les Saintes-Maries-de-la-mer "

Carnet de bord de croisière fluviale entre Nevers et les Saintes Maries de la MerUne vedette hollandaise, le temps nécessaire pour découvrir la France du centre au sud par canal, rivière et fleuve jusqu'aux Saintes-Maries-de-la-Mer et l'envie de partager cela au jour le jour, avec ceux qui l'ont déjà fait et ceux qui rêvent de le faire...
C'est l'objet de ce carnet de bord qui aborde à la fois les aspects techniques humains ou impressionnistes propres à la belle aventure de la plaisance.
En espérant, que le lecteur y trouvera son compte autant que nous.
Paul et Carla.


Fiche technique
distance parcourue : 718 km
nombre d'écluses franchies : 99
voies d'eau : canal, rivière, fleuve, mer.


Nevers - Gannay-sur-Loire
Après modification de la platine de pied de mât *, et quelques autres préparatifs techniques, départ de Nevers ce matin vers la Méditerranée pour une campagne d'essai et de validation en croisière des dispositifs éconologiques embarqués.
Les cales sont remplies de victuailles ; l'équipage est prêt...
Temps légèrement couvert mais pas de pluie.
Nous passons les écluses automatiques du canal de la Jonction et nous engageons en amont du canal Latéral à la Loire, si souvent parcouru.
Après le long bief de 10 km s'annonce l'écluse de Jaugenay.

chaland transformé en jardinière en amont de l'écluse de Jaugenay

Puis c'est Luthenay-Uxeloup avant celle de Fleury où l'éclusier nous propose ses légumes.

Ecluse de Fleury sur le latéral à la Loire

Deux écluses plus loin et nous dépassons l'embranchement de Decize ; ça y est nous quittons notre territoire proche.

Toue cabannée à Decize
Une toue cabannée reconstruite à l'identique, un moteur hors-bord en plus, sur le bras mort de Loire à Decize.

Saulx, La Mothe, L'Huilerie, Vanneaux ; il est déjà temps de faire escale pour la nuit à la très agréable halte nautique de Gannay-sur-Loire où nous transmettons le bonjour de Jean-Pierre/ Françoise et Xavier/ Simone à la "Vacancière"...
* Adaptation du gréement d'une bonne vieille planche à voile Bic (principe appliqué de la récup et du recyclage) sur une vedette hollandaise pour soulager la conso du moteur en mer et estuaire ou fleuves


Ganay - Génelard
Mardi matin à la boulangerie, rencontre avec un gars qui randonne à pieds avec sa femme et son chien depuis Nevers pour rejoindre la source de la Loire.
Un peu plus loin, un solitaire avec son cheval sur le chemin de halage.
Navigation sans histoire.
Mercredi, passage sur le désormais célèbre pont canal de Digoin, même si à notre avis, il est moins impressionnant que celui du Guétin et ne battra jamais l'émotion ressentie sur le must du genre, celui de Briare.

Vue de la Loire depuis le pont canal de Digoin

Avons croisé hier à Digoin un bateau expérimental type péniche, bardée de panneaux photovoltaïques.
Puis c'est le début du canal du Centre, avec ses écluses automatiques synchronisées.
Puits en bord de canal à digoin

Aujourd'hui, La pluie nous a rejoints vers 11 heures ce matin, après une escale à Paray le Monial. Petite visite nocturne à vélo : c'est vraiment superbe.
Paray-le-Monial

Comme je le disais à Carla, une des choses qui pourrait faire vaciller mon agnosticisme est la beauté de ces bâtiments et de la musique sacrée.
Le réservoir d'eau étant vide, nous avons basculé sur le système de potabilisation récemment installé (objet d'un article détaillé dans le numéro de septembre 2011 sur le magazine "Fluvial" et sur une page de ce site. Ca le fait : 2 douches, vaisselle... l'eau, pourtant puisée dans le canal est claire, sans goût ni odeur.
Tous les appareils électriques du bord sont alimentés par les 4 batteries gel cumulant 400 Ah.
Par précaution (compte tenu du temps pluvieux prévu), nous préférons basculer le frigo trimix en position gaz.
Il tombe des haussières et à 13h00, nous en avons suffisamment notre compte pour faire une étape à Génelard, où nous attendons une éclaircie pour repartir.
Halte sympa, en profitons pour faire le complément de recharge des batteries de servitude alimentées par les panneaux photovoltaïques car la météo annoncée dans les jours à venir n'y pourvoira sans doute pas complètement.

Le bief de partage à Génelard

Nuit à la sauvage en autonomie, après Montceau-les-Mines où nous faisons du gazoil et quelques courses.
J'en profite pour finir le montage de mes écoires (écarteurs de berges), et les tester, car les berges sont agressives et j'ai horreur de faire gratter la carène. Cela fonctionne nickel.

Un des ponts levants de Montceau les Mines

Pour ceux que cela intéresse, dès que j'ai un moment, je fais un compte rendu de fabrication sur ce site (sans doute dans la page trucs et astuces).


Vendredi - Samedi : Santenay - La Saône
Arrêt (toujours en autonomie) à Santenay (le vin qui rend plus gai et qui fait les centenaires...) dans une charmante halte entre les frondaisons ; juste le temps de prendre l'apéro, et une rincée de chez rincée nous redégringole dessus, nettoyant les stigmates de plusieurs jours de navig dans les écluses...
Par contre ni réseau ni TV ! Aucune importance on avait emmené des DVD.

Le matin un long bief nous emmène jusqu'à Chagny, où nous effectuons l'appoint en eau, on ne sait jamais et naviguer, c'est prévoir encore plus qu'à terre...

Le long bief de Chagny

Puis une tapée d'écluses tous les 600 mètres, avec de plus un fort vent de travers.
Quelques gouttes, et nous nous amarrons à l'Embarcadère, à proximité d'un Leclerc, là aussi, pour faire l'appoint en carburant.
Nous cassons la croute et nous présentons vers l'impressionnante écluse guillotine 34bis, qui clôt le Canal du Centre.

L'écluse à guillotine 34 bis qui clôt le canal du Centre côté Saône

Nous voilà maintenant sur la Saône : impression d'espace, de quiétude, nous retrouvons avec plaisir les cygnes et leurs petits, typiques des rivières et des fleuves ; un fort vent lève un clapot qui nous oblige à fermer les hublots avant.

L'écluse 34 bis vue du côté Saône

Une averse survient, puis de nouveau le soleil.


Tournus - Macon
Escale à Tournus, où j'ai revu le patron du chantier "América", Noël Talmard, toujours pressé, toujours peu disponible ; je profite des commodités du ponton pour refaire mes réserves d'eau filtrée à l'aide de l'osmoseur nomade.

Abbatiale du XIéme siècle à Tournus

Apéro au rosé sur la terrasse ; au menu du soir : poulet au curry, Carla s'est sublimée pour fêter notre arrivée sur la paisible Saône.

Ponton de Tournus

Petite balade digestive et découverte de la ville.
A 11h30, nous passons au droit de Macon.

Le pont Saint Laurent à Macon

Trop tôt pour la pause casse-croute... nous continuons fiers et droits, le moteur calé sur 1350 tours/mn à une vitesse moyenne de 9 km/h.
Le bon vieux Mercedes de 1979 ronronne tranquillement.


Macon - Andancette
Nous profitons d'une attente à l'écluse de Vaugris et d'une connexion correcte pour poursuivre ce petit compte rendu.

Le pont de Trevoux

Passage sous le pont de Trévoux, avec sa citadelle du XIVéme siècle, la Saône étend maintenant ses méandres entre le département du Rhône et celui de l'Ain.

Depuis Macon, nous voguons la Saône tranquillement, faisons un mouillage à la cape hors chenal pour le déjeuner, puis repartons jusqu'à ce que vers 16h00, Carla aperçoive une brocante rive gauche, à la hauteur de Villefranche.
Nous nous accrochons un peu à l'arrache sur un ponton de pêche en nous échouant.
La brocante arpentée, nous nous déséchouons sans trop de mal (mise à la gite opposée de l'équipier et conjugaison de fortes poussées à la gaffe avec l'action du propulseur d'étrave, une fois décollés, c'est le courant qui nous retourne et je prends soin de ne démarrer le moteur que lorsque le fond redevient suffisant.

Propriété en bord de Saône

Petites manœuvres avant arrière, pour libérer les algues câlines de l'hélice et nous voilà repartis.
Le soir, amarrage pour la nuit à Neuville-sur-Saône, à couple avec le Connoisseur d'un Africanien sympa.
En passant, un bateau belge prenait la place de 2 unités, et il se serait bougé un peu, on était à quai...
Y'a pas, avec des citoyens de ce tonneau, la plaisance risque de devenir comme le traffic routier : "chacun pour soi !".
Lundi, nous démarrons la journée sous un beau soleil.
Je vais "au pain" et trouve avec étonnement une boulangerie qui fait des pains d'un kilo (depuis mon enfance ce type de pain existait de moins en moins souvent, puis plus du tout.

21 km plus loin, nous traversons Lyon... Majestueux !
Nous sommes pressés de rejoindre la Méditerranée et ne nous attardons pas...

Puis c'est l'entrée sur le Rhône, et la première grande écluse à bollards flottants : Pierre Bénite.

Passage de l'écluse de Pierre bénite

Nous éclusons en même temps qu'une péniche reconvertie en colonie de vacances flottante ; les gamins à bord sont surexcités par cette première journée à bord, ravis de passer une semaine de vie commune sur le Rhône.
Chouette expérience pour ces gamins du "Grand Lyon".
Le pilote trône dans une cabine à élévation hydraulique, pour naviguer avec une vision au loin optimum.
Au dernier moment, un couple de cygnes et leurs cygnons décident de passer l'écluse avec nous, c'est l'attraction du moment, chacun y va de son petit cliché souvenir...
Le courant dans la dérivation canalisée de Pierre-Bénite est de seulement environ 3 km/h, et nous avons un vent modéré dans le nez.

Halte déjeuner à Givors sur le petit appontement de la halte nautique, protégés du soleil qui tape fort, par notre bimini...
Nous passons Châsse sur Rhône, puis Vienne trop souvent traversée par l'autoroute sans en avoir jamais rien vu...

Le pont et la citadelle de Vienne

Vienne : la tour Philippe de Valois
La tour Philippe de Valois à Vienne.

Les Roches de Condrieu, Chavanay, avant la dérivation des Sablons jusqu'à Saint-Rambert d'Albon, séparant le département de la Loire de celui de l'Isère. br />
Eglise entre Vienne et Tain l'Hermitage

L'après-midi est belle, même si le temps se couvre quelquefois, nous obligeant à adapter notre tenue à plusieurs reprises.

Château d'Arenc à Ampuis

Nous accostons à Andancette vers 19 heures, sur un petit ponton rive gauche, à proximité d'une fontaine. Barbecue contre un muret (avec le seau d'eau à côté, of course...) et repas sur la terrasse.

Tournon, la citadelle

Profitant du plan incliné, un couple vient mettre à l'eau son jet-ski et disparaît à l'horizon.
La soirée est douce, mais le soleil se cache vite, car nous sommes encaissés dans une vallée assez étroite.
Je tente d'orienter l'antenne TV, mais rien ne passe vraiment pour les mêmes raisons liées au relief.
Je mets un CD et ensuite je tente la radio.
La seule station qui passe est Radio-Espérance avec une émission sur l'émancipation des femmes par rapport à la religion.
Carla, qui en entend mollement des bribes est "sciée" que j'écoute cela.
Sans doute un signe du créateur : les 3 croix d'Andance, haut lieu des escales des anciens mariniers du Rhône, sont illuminées sur la crête de la colline surplombant le fleuve.


Andancette - Châteauneuf du Rhône
Mardi, grosse journée de navigation, même si quittons notre petit ponton d'Andancette après avoir fait une inspection du moteur imposée par une semaine de bons et loyaux services.
Graissage du presse-étoupe, démontage du bocal, ajout d'huile dans l'inverseur Paragon, toujours un peu fuyard...
La nuit a été troublée par le passage à plein régime de plusieurs paquebots hôtels et quelques longues barges poussées (l'équivalent d'au moins 20 camions de 10 tonnes) ; ce n'est pas tant le bruit qui nous réveille que les grosses vagues produites par l'étrave, conjuguées avec celles du puissant groupe propulseur, presque 150 m plus tard... la combinaison de toutes ces vagues, se mélangeant avec leur écho sur les berges, nous brasse pendant un moment, et cela ne plait pas du tout à Carla, qui appréciait le calme de certaines des nuits précédentes.
Plein également d'eau de boisson, puis départ vers 8h30.

A la sortie de l'écluse, nous croisons une bonne quarantaine de bateaux pneumatiques, avec à bord des handicapés, accompagnés d'un pilote et d'un accompagnateur ; ils ont vraiment l'air de s'éclater de l'expérience. Nous passons Saint-Vallier avec la Drôme en rive gauche et l'Ardèche en RD, puis c'est l'écluse de Gervans.
Nous glissons entre Tournon et Tain l'Hermitage, en même temps que l'on découvre sur le territoire de la première le corps calciné de cette pauvre jeune-fille. Nous sommes vraiment dans une société où le malheur peut-être au rendez-vous de chacun, plongeant des familles dans la détresse la plus extrême.
Qui fabrique donc de tels monstres ?

Ponton d'attente de l'écluse de Tain l'Hermitage

Un petit voilier viking nous rattrape ; à bord 4 jeunes de Stockholm en route depuis 4 mois rejoignant l'Italie où ils laisseront leur embarcation pour y revenir plus tard et rejoindre la Grèce...
Nous nous suivons pendant quelques écluses, ils nous font profiter de la (bonne musique) qu'ils écoutent.
Ils navigueront jusqu'à ce que mort s'ensuive, sans arrêt... sans trêve...
La jeunesse n'a pas de limite.

De magnifiques paquebots de croisière sillonnent cette portion du Rhône, avec force arrêts dans les hauts lieux vignicoles... Ainsi le mistral, rattaché à Tain l'Hermitage.

Le paquebot de croisière fluviale "Mistral"

Amarrage à Valence pour déjeuner, puis nous complétons notre réserve d'eau à couple avec la pénichette d'un gars très sympa et serviable, en train de la restaurer complètement.

Le quai de Valence

C'est l'écluse de BeauChastel et le passage devant La Voulte : magnifique !

La Voulte et le pont amont

Un peu plus en aval, le Rhône reçoit les eaux de la Drôme en rive gauche.
Le Pouzin, tout va bien !
Nous passons l'écluse de Logis-Neuf sans encombres derrière le Mistral.

Passage de l'écluse de Logis-Neuf derrière le Mistral

Mais d'un coup le vent se lève, et cela devient une autre histoire.
Je sors l'anémomètre, il est quand même à 35 km/h, des moutons se forment avec de l'écume sur leur crête.
Le vent annule largement le fort courant du Rhône et nous avons du mal à tenir les 9 à 10 km/h.
On comprendra mieux le fameux proverbe rhodanien : "Quand le Rhône est calme, ma petite sœur navigue"...
Le vent est si violent qu'une bourrasque fait s'envoler la bôme en bambou que j'ai fabriquée pour ma voile.
Pas question de la laisser au Rhône ; je fais les manœuvres nécessaires pour la repêcher, et dois m'y reprendre à trois fois compte tenu du courant et du vent.
Le Rusina se comporte très bien, quasiment pas de tangage.
Nous laissons à tribord la centrale nucléaire de Cruas ; Mowgli est toujours sagement assis sur son feu.

La centrale atomique de Cruas

Compte tenu de l'heure qui s'avance et des conditions difficiles et peu productives de navigation, nous décidons d'apponter à Ancône, juste avant Montélimar.
Malgré plusieurs essais, le courant s'opposant constamment à des rafales de vents irrégulières, les conditions de sécurité minimum ne me paraissent pas réunies et je préfère aller nous abriter au ponton d'attente de l'écluse de Châteauneuf du Rhône.
Nous y passerons la nuit.


Châteauneuf du Rhône - Caderousse
Départ de Châteauneuf du Rhône vers 9h00 pour une petite journée de navigation puisqu'une halte chez les cousines de Caderousse est programmée.
Passage à Viviers, superbe village avec sa statue de Saint-Michel sur un escarpement rocheux.

Le temps est couvert avec des éclaircies mais nous n'avons pas à nous plaindre, si ce n'est un vent modéré dans le nez, nous croisons toujours de nombreux paquebots-croisière flambant neufs, dont un qui porte le venteux nom de Mistral, ayant sa base à Tain l'Hermitage.

Ecluse de Bollène

L'écluse de Bollène, une des plus hautes et impressionnantes d'Europe avec ses 23 m de chute d'eau se passe sans encombre.
Puis c'est l'arrivée à celle de Caderousse vers 15h30, après la pause casse-croute syndicale au ponton d'attente de Bollène.

Passage devant les ruines de la Tours de l'Hers en face du quai de Roquemaure.

Tour de l'Hers à Roquemaure

En rive droite, c'est St-Etienne des Sorts ; entre parenthèses, pour ceux qui connaissent le trajet, les pontons n'existent plus (paraît-il emporté par les crues), empêchant maintenant toute escale au pied du très joli petit village vinicole...

Saint-Etienne des Sorts

Les cousines nous rejoignent avec leur deux chiennes, visitent le bateau et nous laissent gentiment leur voiture pour que nous allions à l'avitaillement.
Une fois les cales et le réservoir rechargés, nous les retrouvons dans leur mas pour vivre un bon moment familial et gastronomique.
Elles ne voudront pas nous laisser partir sans nous remplir un sac avec des produits locaux : melons, ail fraîche, haricots, salade, courgettes, concombres.
En fin de soirée nous retrouvons notre coque, offrons un Bailey à nos hôtesses et passons une bonne nuit à bord à côté d'un bateau hollandais.


Un jeudi de contrariété entre Caderousse et le petit Rhône !
Nous nous engageons dans l'écluse à 8h00, bien décidés à rejoindre la mer et le golf de Fos par Port Saint-Louis et son écluse maritime.
Mais le passage des écluses de Villeneuve-lès-Avignon et Beaucaire va nous demander plus de 2 heures à chaque fois !

Ecluse de Villeneuve-lès-Avignon

Pour la première, après s'être engagés et amarrés non sans mal aux doubles bollards flottants à cause d'un bon vent de travers, Môssieur l'éclusier nous demande de ressortir de l'écluse...
Imaginez, faire un demi-tour avec une embarcation de 11 m plus l'annexe pendue aux bossoirs, tout cela entre 2 bajoyers distants de 12 m.
Je m'en arrange malgré tout et nous nous réinstallons au ponton d'attente plaisance et regardons passer un "commerce" qui met déjà un certain temps à rejoindre l'ouvrage.
Pendant ce temps, le premier commerce déjà installé dans l'écluse attend également.
Pas très correct tout cela ; l'opérateur devait être en cheville avec le retardataire pressé...
Comble de malchance, avant de recharger la bassinée, il attend encore un autre "commerce" montant.
Passablement de mauvaise humeur nous finissons par descendre la marche de 21 m qui sépare les 2 biefs, sans le remercier.

Beaucaire, le château du roi René

Le vent est de plus en plus violent, le temps se gâte franchement avec de la pluie en rafales ; je capote le poste de pilotage extérieur.
Carla qui est à l'intérieur m'alerte : un drôle de bruit résonne dans la partie bâbord de la carène avant.
Elle prend la barre, et je tente de localiser plus précisément le désordre en ouvrant les planchers ; pas de doute il y a bien quelque-chose qui cogne contre la coque dès qu'on avance.
Il va falloir intervenir.
J'enfile mon maillot de bain et la combinaison de planche à voile que j'avais heureusement pensé à embarquer.
Je mets des lunettes de plongée pour y voir un peu clair sous les eaux troubles du Rhône. Une fois de plus, l'ancre est jetée hors chenal rive gauche.
Il pleut, beaucoup de vent et un fameux courant ; il ne s'agit pas de prendre des risques.
Je prépare donc une amarre longue à laquelle j'attache en son milieu la bouée de sauvetage règlementaire et à son extrémité la taille du plongeur de circonstance.
Je saute sans enthousiasme dans l'eau à la proue et ne tarde pas à attraper une belle branche qui s'était coincée entre la coque et une des anodes boulonnées avant et que les vibrations des vagues d'étrave faisait taper contre l'acier.
Ouf ! Ce n'était que cela !
J'en profite pour inspecter l'hélice, elle est claire.
Une fois hissé à bord et l'ancre remontée, nous voilà repartis avec pour seuls bruits le glissement de l'étrave sur l'eau à l'avant et le ronronnement régulier du moteur.
Le temps de se sécher, de se changer et nous nous présentons bientôt à l'écluse de Beaucaire, juste derrière le commerce en attente, qui nous avait damé la place à l'écluse précédente.
Contact VHF avec l'éclusier, qui nous prévoit un passage avec le Mistral, déjà évoqué.
Mais la galère recommence : cette fois il s'agit - nous l'apprendrons après - d'un problème électrique sur la commande de la porte amont, obligeant l'intervention d'une équipe avec homme grenouille.
La situation est rétablie et nous entrons enfin dans l'ouvrage derrière les quelques 150 m du paquebot-croisière.
Pendant la bassinée, l'éclusier visiblement soulagé nous gratifie de chansons de séries pour enfants à travers le réseau des haut-parleurs de l'écluse.
Cette avarie technique nous aura malgré tout coûté une autre paire d'heure.
Le moral de Carla est franchement en berne.
Je me dis que tel que c'est parti aujourd'hui, il vaut mieux relâcher la pression et décide de changer nos plans.
Juste avant Arles, nous bifurquons sur le petit Rhône, parcourons encore quelques kilomètres pour s'éloigner des routes et ponts, et jetons l'ancre dans un écrin de verdure.

Pont suspendu de Fouques sur le début du petit rhône

Le soleil et la chaleur sont de retour.
Une fois le mouillage assuré, je passe mon maillot, saute à l'eau et nage pour m'ébrouer de ces mauvaises vibrations de la journée.
Installé mollement dans l'annexe, le soleil me sèche la couenne ; c'est bon.
Douche et petite soirée sur la terrasse, en regardant le couchant.
La journée se termine mieux que prévue si ce n'est que les mosquitos camarguais s'intéressent à notre peau.
Il est temps d'installer les moustiquaires de hublots et de se calfeutrer pour dormir.
Chasse aux suceurs de sang à la tapette à mouches et essence de lavande préventive.
Nous avons parcouru 600 km et passé 97 écluses au 10éme jour de ce périple ; cela mérite bien un bon dodo.


Du Petit-Rhône aux Saintes-Maries-de-la-Mer
C'est le passage de plusieurs "chargés" qui nous réveille.
Le temps est beau et le vent modéré.
Nous prenons le petit déjeuner et levons l'ancre.
La navigation est calme, entre les frondaisons de bord du Petit Rhône.
Arrivés à l'embranchement de l'écluse de St-Gilles qui ouvre sur le canal du Rhône à Sète, puis celui du midi, nous continuons sur le Petit Rhône.
Jean Morlot, auteur du guide Vagnon nous a appâté en nous décrivant un parcours très riche au niveau faunistique, à condition cependant de bien surveiller les bancs de sable, les arbres en dérive et le fond très limité en période d'étiage.
Nous sommes à 35 km de la grande bleue et les berges sont hautes, envahies de végétation, ce qui empêche de profiter du paysage de la Camargue et rend la balade finalement monotone.
A environ 10 km des eaux maritimes, nous accostons pour déjeuner sur un ponton ombragé à proximité d'une guinguette-grillade sans âme qui vive et effectivement, derrière la digue qui les protègent des crues, moult mas et manades animent le paysage.

Jusque-là, nous n'avons croisé aucun autre bateau.
Nous repartons et cette dernière partie dans laquelle la plus faible hauteur des berges nous permet enfin de jouir de la vue des bâtiments camarguais typiques, avec leurs façades éclaboussant de blanc et leurs toits en tuiles canal.

Etendage sur le petit Rhône inférieur

Carla en profite pour faire un peu de lessive qu'elle étend sur les écoires au-dessus du premier roof.
Une petite heure se passe et la profondeur d'eau augmente.

A Saint-Sauvage il faut décapoter et supprimer tout ce qui dépasse pour se glisser sous le gros câble du bac, tendu en travers du chenal à une hauteur de seulement 2,50 m.

Le bac du Sauvage, limite des eaux maritimes

Ceux qui ne sont pas avertis ou un peu distraits doivent avoir une drôle de surprise en se trouvant confronté à cet obstacle pas facile à distinguer de loin avec le soleil dans les yeux...
C'est la limite officielle des eaux maritimes ; le Petit Rhône déroule ses derniers méandres, le vent forcit de plus en plus.
Les pontons abritant des embarcations privées se multiplient.
Nous croisons maintenant de gros bateaux-promenade faisant découvrir la Camargue de l'embouchure à des touristes sagement assis sur des banquettes, dont un rappelant les anciens vapeurs "le Tiki III ", magnifique.

Le Tiki 3, un bateau promenade vintage

Une dernière épreuve nous attend : le franchissement de la barre rocheuse immergée en limite de la côte, recouverte de seulement 1,20 m d'eau mais que je détecte à la seule vue de l'écume formée ; je la laisse à bâbord.
Cette fois nous sommes vraiment sur la grande Bleue, cap à l'est pour rejoindre Port Gardian. Mais le vent se renforce encore et de grands rouleaux nous ballotent à telle enseigne que même mon siège de pilote, plutôt réputé stable, se renverse.
Tout valdingue à l'intérieur où Carla n'est pas à la joie, se demandant ce qui lui arrive ; pour une arrivée en douceur sur la Méditerranée, c'est un peu raté !
Aucun bateau à l'horizon, pas étonnant...
Je me campe solidement sur mes pieds et m'accroche à la barre.
Une demi-heure de ce lessivage plus tard, nous pouvons enfin nous mettre à l'abri dans le port des Saintes-Maries.

Port Gardian vu de la mer
Cette photo de l'entrée de Port Gardian date de 2 jours après notre arrivée tumultueuse, peu compatible avec une prise de vue sereine.

L'appontage est forcément difficile à cause d'un vent de travers qui ne mollit pas et je dois m'y reprendre à deux fois pour venir nous aligner correctement dans la marina. L'amarrage sur pendille effectué, nous nous détendons enfin.
Le vent siffle dans les haubans et les drisses des voiliers s'entrechoquent.
Enregistrement à la capitainerie.
Petite tentative de baignade sur la plage : l'eau est glacée à cause du vent soutenu des derniers jours et au delà de la mi-cuisse, nous sommes saisis par le froid.
On se contentera pour aujourd'hui de la position lézard sur serviette.
Douche chaude dans de très beaux équipements sanitaires.
Nous mangeons à bord, répondons aux copains ou à la famille ; tous prennent régulièrement de nos nouvelles.
Nous finirons la soirée en nous octroyant une promenade dans la très belle cité des Saintes.


Pause aux Saintes Maries...
Malgré un vent encore violent, la soirée est douce, propice à la découverte de la ville mythique des gardians et des gitans.
Beaucoup d'animations musicales de tout style dans les restaurants, même si le style Gipsy Kings est le plus représenté, forcément.
La ville est propre, bien entretenue, avec beaucoup de statues dédiées aux chevaux et aux taureaux, à Mireille, à Crin-Blanc. Il y a même une arène en bord de mer.

Le clocher des Saintes Maries, un amer remarquable de loin dans le paysage plat de la Camargue

Assez facilement, les personnes croisées vous disent bonjour et vous souhaitent une bonne soirée, même hors marina, comme de coutume ; cela change de notre quotidien !
Quelques beaux bâtiments dont l'église au faîte de laquelle on a vue sur toute la Camargue et le musée Baroncelli à l'architecture atypique, car très étroit, comme une arête plantée entre deux ruelles.
Les ruelles justement sont piétonnes et les restaurants, glaciers, cafés, brasseries, pizzéria... constituent l'essentiel de l'offre.
Nous finissons par aller nous coucher, fatigués mais heureux de cette bonne fin de journée.
Dès le matin je vais, comme à mon habitude marauder autour des bateaux en réparation ; on y apprend toujours des trucs intéressants.
Je me renseigne également sur le prix des sorties d'eau, des carénages et des anodes puisque notre vaillant Rusina doit y passer avant la fin d'année.
C'est carrément presque deux fois moins cher que chez nous, réalisable en deux jours. Comme la mer calme n'est pas prévue avant le début de la semaine et que je souhaite faire partager à Carla le bonheur d'une navigation cool, je décide de faire exécuter ces opérations à Port Gardian et de ne repartir qu'après.


Autres liens connexes
- Croisière "Nevers - Les Saintes-Maries de la Mer"
- Croisière "Chalon-sur-Saône - Nevers"
- Croisière "Le Grau du Roi - Chalon-sur-Saône"
- Cabotage dans le Golf du Lion
- Croisière "Briénon - Orléans et retour"

[Amis du Canal de Givry] [Ecologie au Féminin] [Ecologie Appliquée] [Esotérisme] [Hivernage Camping-Cars] [Immobilier Ecologique] [Santé & Ecologie] [Des Chevaux & des Hommes] [LEDs Distribution] [Voix des Amognes] [Mon Avis] [Musique Passion] [Nièvre Passion] [Ma sécurité] [Les Ferronniers] [E-nigmes]

Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.