Accueil

Traduire le site :

Innovations
La Plaisance EcologiqueConsommer moins de carburant
La Plaisance EcologiqueBulbe d'étrave
L'éco-navigationInitiatives Ecologiques
Comment caréner écolo son bateau de plaisanceCarénage Ecologique
Protection écologique des bateaux de plaisanceProtection Metagrip
La Plaisance EcologiqueVoiles & cerfs-volants tracteurs
La Navigation EcologiqueGestion électrique à bord
La Green PlaisanceBatteries marines
Plaisance Econo-logiqueEclairage à bord
Gestion du froid à bordGestion du Froid à bord
La Plaisance EcologiqueLa propulsion électrique
Une plaisance plus écologiqueBateaux promenade électriques

Préserver le milieu
La Plaisance EcologiqueGuide navigation éconologique
Cargos EcologiquesImpact fioul lourd
Le gasoil EcologiqueLe gasoil non routier (GNR)
Préservation du milieu aquatiqueDraguage et fauchage durables
La Plaisance EcologiqueGestion de l'eau à bord
Plaisance écoloTraitement des eaux noires
Plaisance éco-responsableGestion des eaux grises
Pratiquer une plaisance plus écologiqueGestion des déchets de bord
La Plaisance EcologiqueEcluses & environnement
La Plaisance EcologiqueL'Eutrophisation de l'eau
Une plaisance plus EcologiqueBonne pratique du Mouillage
Une plaisance plus EcologiqueCroisières maritimes écologiques
La Plaisance EcologiqueLe Grenelle de la mer
Le Pavillon BleuLe Pavillon Bleu
Manifeste pour une navigation plus eco responsableTourisme fluvial écologique
Promotion d'une plaisance plus écologiqueImpact CO² & NO² sur océans
La Plaisance EcologiqueMarées Noires

Trucs & astuces
Trucs de plaisanciersTrucs et astuces pour bateaux
Bateaux électriquesRemotorisation électrique
Antidérapants pour bateauxAntidérapant pour ponts
Entretien des bois d'un bateauEntretien et réfection bois
Peinture écologique des bateaux de plaisancePeintures marines
Double vitrage bateauxIsolation et double-vitrage
Acheter un bateau neuf ou d'occasion ?Acheter neuf ou d'occasion ?
Monter une voile sur un trawlerAdaptation voile sur vedette
Osmose des coquesOsmose des coques
Rouille des coquesDossier rouille
Electrolyse des coquesL'électrolyse des coques
Entretien du moteur bateauEntretien du moteur
Rendre son bateau autonome en eauAutonomie en eau
Passer sous pavillon belgePavillon belge
Le club des possesseurs de bateaux NicolsClub "Nicols"

Comprendre
Dictionnaire de la Plaisance écologiquePetit lexique de la batellerie
Lexique de la marine à voile écologiquePetit lexique de la marine
La Plaisance EcologiqueHélices et propulsion
La météo et les vents marinsVents & Météo marine
La Plaisance EcologiqueTout savoir sur la VHF
Code maritime des pavillonsCode des pavillons
Classement des bateaux de PlaisanceCatégories plaisance
Les bateaux de commerce pour transporter du fretTransport fret fluvial
Comment participer à la gestion de son portGestion des ports
La sortie NMEA 183GPS et sortie NMEA 183
La Plaisance EcologiqueCalcul taxe passeport maritime
La Plaisance EcologiqueBibliographie
La Plaisance EcologiqueCanal du Nivernais
La perle des canaux de BourgogneCanal de Givry

Vivre
Comment bien choisir son assurance bateauAssurance Plaisance
Comment concilier plaisance et handicapPlaisance & handicap
Carnets de bord croisièreCarnets de croisière
Paroles et radios de Chants de marinsChants de marins
Comment passer les écluses en toute sécuritéPassage des écluses
Les camps nautiques pour jeunes à bord des Mandarines sur le Canal du NivernaisLes Bateaux-colo
Le rendez-vous bisannuel des vieux gréements à SèteEscale à Sète 2012
Produits d'entretien naturelsProduits d'entretien
Forums nautiques pour plaisanciersForums nautiques
Vivre à bord d'une pénichePéniches-Logements
Comment faire du pain à bord en croisièreFaire son pain à bord
Comment participer à la gestion de son port de résidentAssoces plaisance
Evénements PlaisanceAgenda Plaisance
Les coups de gueule des navigateursCoups de corne !
Scènes nautiques étonnantesScènes étonnantes

Services
Tarifs et conditions de la vignette plaisanceVignette 2013
La co-navigationLa co-navigation
Calcul d'itinéraire plaisance fluvialeCalcul d'itinéraires
Calcul des marées et des courantsCalendier marées
Entretien moteur de son bateauEntretien moteur
Comment bien hiverner son bateauHiverner son bateau
Trouver les coordonnées des marques nautiquesCoordonnées des marques
Jeu de simulation navigationShip Simulator
La Plaisance EcologiqueLiens
La Plaisance EcologiqueAgenda écologique
La Plaisance EcologiqueImmobilier écologique
La Plaisance EcologiqueContact

Page Facebook de Plaisance Ecologique

Nous aider ?

Chantier nautique alternatif du Centre


La gestion de l'eau à bord

Vers une meilleure gestion de l'eau à bord Deux types de gestion de l'eau du bord s'imposent à tout plaisancier : l'eau sanitaire et l'eau de boisson.
La plupart du temps, les 2 réservoirs de part et d'autre de la ligne de quille (équilibrage oblige) stockent les besoins en eau pour quelques jours, et l'eau de boisson est embarquée dans des bouteilles plastiques ou bidons alimentaires.
Pourquoi ne pas s'équiper de systèmes ayant fait leurs preuves à terre, avec à la clé d'importantes économies tout en vous faisant gagner en autonomie et en vous affranchissant des escales obligatoires dans les ports de plaisance, toujours plus chers et encombrés ?

Une meilleure gestion de l'eau à bord commence par la maîtrise de sa consommation en s'équipant de petits appareils astucieux (réducteurs de débit, stop'eau...) qui permettent d'économiser l'eau des réservoirs au quotidien.
Mais pourquoi ne pas utiliser également un système de collecte d'eau de pluie, qui convient parfaitement pour le rinçage du matériel ou le lavage des ponts.

Série de filtres pour la purification de l'eau sanitaire L'eau de service
L'installation d'une batterie de filtres adaptés en amont de votre circuit d'eau vous permettra de puiser directement dans la voie navigable sur laquelle vous serez, l'eau dont vous avez besoin.
Un premier filtre textile lavable puis un filtre à diatomés (utilisé pour les piscines) ou encore mieux, un filtre à charbon actif, devraient dans la plupart des cas vous fournir une eau suffisamment purifiée pour un usage sanitaire courant (hors alimentaire).

Les réservoirs d'eau
Sur les petits voiliers, les réservoirs sont généralement souples pour mieux "coller" à l'intérieur de la carène et éviter ainsi toute place perdue.
Sur les bâtiments plus importants et les trawlers, nous sommes plutôt dans une configuration de réservoirs à eau en dur, généralement positionnés de part et d'autre de la ligne de quille et reliés entre eux.
Evidemment, ces réservoirs (l'inox alimentaire reste le must) sont équipés d'évents assurant leur remplissage complet sans comprimer l'air à l'intérieur (qui sera chassé par ce moyen et dont le volume sera remplacé par de l'eau).

Bon à savoir :
Vous avez l'impression que votre réserve d'eau vous fait moins longtemps que d'habitude ?
Vous ne voyez pas sortir d'eau d'un ou de vos deux évents ?
Sans aucun doute, ils sont bouchés, certainement par des insectes qui ont profité de ces cavité pour y nidifier en période d'hivernage.
Il vous suffit d'y enfoncer un fil souple pour percer ces opuscules et libérer la pression d'eau qui empêche vos réservoir de se remplir totalement...

Système de potabilisation de l'eau
L'eau de boisson
Un système de filtre à charbon actif suivi d'un filtre UV, vous assureront une eau souvent de meilleure qualité que l'eau "potable" disponible dans les ports de plaisance !

Système de potabilisation de l'eau avec filtre à charbon actif et traitement UV
(voir page consacrée aux traitements de l'eau, pour plus d'informations).

A savoir
Il faut compter une moyenne de 2 litres d'eau de boisson par jour et par personne.
Cette info est importante à prendre en compte lorsqu'on se lance sur des grandes croisières.

Osmoseur nomade
Jusqu'à présent réservée pour des stations de purification terrestres ou les laboratoires, l'osmose inverse utilise une très fine membrane 0,0001 micron qui filtre tous les éléments indésirables que l'eau peut contenir.
Système d'osmose nomade de l'eau La taille d'un virus étant de 0,002 micron, ils sont éliminés à 100 % ainsi que les microbes et les bactéries.
L'eau délivrée sur les pontons ou puisée dans les réservoirs est rarement utilisée pour la boisson ou la cuisine à bord, et c'est raisonnable, lorsqu'on accorde une importance à sa qualité.

Cet osmoseur nomade vous permet d'obtenir une eau d'une pureté exceptionnelle pour environ 490 €, en vous affranchissant de l'achat, du transport et du recyclage des bouteilles ou bonbonnes plastiques.

Comme les systèmes fixes, il est équipé :
- d'un pré-filtre à sédiments qui élimine les impuretés de 5 microns (rouille, boue, sable et autres),
- d'un pré-filtre à charbon actif qui retient le chlore, goûts et odeurs et tous les produits chimiques (pesticides, herbicides, métaux lourds),
- d'un post-filtre à charbon actif de lissage.
L'osmoseur élimine jusqu'à 99 % des 700 contaminants de l'eau tels que les nitrates, le calcaire, les herbicides et pesticides, les minéraux inassimilables par l'organisme et les métaux lourds même à l'état atomique.

Seules contraintes : une pression suffisante pour le faire fonctionner... et le temps nécessaire à cette ultra-filtration...


La pompe de soutiragePompe sanitaire hydrophore
Evidemment, la pompe à pied qui équipe encore quelques bords est complètement autonome et ne consomme aucune énergie électrique.
Cependant, si elle convient parfaitement pour faire la vaisselle ou se laver les dents, lorsqu'on est sous la douche, c'est déjà moins pratique !

La solution de la pompe sanitaire électrique s'impose ainsi de plus en plus sur nos bateaux.

Il en existe deux sortes :
- avec un réservoir tampon ou hydrophore,
- délivrant l'eau sanitaire en direct.
Pompe sanitaire multi-membranes Jabsco
Les deux systèmes font appel à une pompe et un pressostat (contacteur pressostatique), qui enclenche l'alimentation du moteur, dès que la pression dans le circuit aval descend en dessous de la valeur de service.

Dans le cas de l'hydrophore, l'eau passe d'abord dans un réservoir (en fait une outre le plus souvent en caoutchouc) avant de servir les points de puisage.

Forcément, la dernière génération de pompe sanitaire (multi-membranes) est plus silencieuse, ne donne pas d'à-coup et consomme moins que les modèles plus anciens.
De plus la majorité des pompes proposées sont équipées de systèmes de raccordement rapides (ISO228/1-G3/8" pour flexible de 1/2" soit 13 mm) facilitant les démontages, à l'occasion d'hivernage ou de réparations.
Mais leur point faible est le pressostat intégré, très fragile et sensible !

Voir sur la page trucs & astuces pour la réparation et l'amélioration de ce type de pompe.

Impératif : Ne pas monter ces pompes directement raccordées à un circuit en dur (cuivre) à cause des vibrations induites, notamment ; un raccord souple intermédiaire d'au moins 20 cm est recommandé.

Dernier conseil : Si vous monter la pompe verticalement (sur une paroi) il est préférable de mettre le moteur tourné vers le haut.


L'eau chaude sanitaire
Système de chauffage d'eau sanitaire par échange thermique moteur Le système à échangeur moteur
La plupart des bateaux à moteur inboard possède un dispositif à échangeur qui assure après chaque navigation ou mise en route du moteur thermique, une quantité d'eau chaude suffisante pour un emploi immédiat.
Les calories sont récupérées dans la perte thermique inhérente à tout moteur à explosion, c'est à dire sans consommation d'énergie supplémentaire, en cas de navigation.
Dans le cas d'un usage immobile, compter environ une demi-heure de moteur pour le rendre opérationnel.

Les systèmes à échangeur solaire
Pour les autres, l'installation de 5 m2 de panneaux solaires thermiques permet de chauffer en toute autonomie pendant la belle saison environ 300 litres par jour.
Cette technique est parfaitement maîtrisée aujourd'hui et facile à installer sur les roofs, en faisant cependant attention aux problèmes d'étanchéité...
Pour de plus petites unités, il existe des capteurs de 2 m2 qui suffisent amplement pour assurer 100 litres d'eau chaude par jour.
Et même des mini installations compactes et mobiles :

Chauffe-eau solaire 60 litres (pour 2 personnes)
Capteur compact équipé de 6 tubes solaires sous vide avec embout en cuivre, d'une partie préparateur, de ses protections et d'un support chevalet à 45 degrés ; ce chauffe-eau peut également fonctionner en position verticale.

CARACTERISTIQUES :
Chauffe-eau compact à bord - 1 collecteur en cuivre avec isolation,
- 6 tubes sous vide,
- Dimensions : Largeur : 80 cm, Longueur : 100 cm, Hauteur : 100 cm
EFFICACITE :
Hiver : 1 journée de soleil eau = 25 à 30 degrés
Eté : 1 journée de soleil eau = 60 degrés.

PARTICULARITES :
Système ne pouvant pas bénéficier du crédit d'impôt.
Livré en kit,
Si le chauffe-eau est a la portée des enfants, prévoir une protection.

PRIX :
650 € TTC + 100 € TTC de port (France Métropolitaine)
Prix d'un tube de remplacement : 30 € TTC + port.
Distribué par :
Soleil+
Virazeil
47200 - Marmande
Tél : 05-53-20-70-44


Panneaux hybrides photovoltaïques/ thermiques
Initialement destiné aux maisons et bâtiments, cette solution est particulièrement adaptée aux bateaux.
Le panneau hybride photovoltaïque / thermique de DualSun En effet, elle permet d'obtenir de l'eau chaude sanitaire à bord :
- gratuitement,
- sans avoir à faire tourner le moteur,
- sans devoir utiliser un chauffe-eau à gaz ou électrique,
- sans installer sur les roofs un nouveau capteur encombrant et disgracieux...
... et cela en augmentant le rendement de ses panneaux photovoltaïques, ce qui est un plus pour le plaisancier.

Principe
Intégration d'un échangeur thermique inox au dos d'un panneau photovoltaïque pour le refroidir (comme le radiateur d'une voiture thermique) et récupérer cette chaleur à travers un liquide caloporteur qui alimentera un ballon d'eau chaude sanitaire à travers un échangeur classique à serpentin.
De plus, la circulation de l'eau refroidit les cellules photovoltaïques, ce qui augmente leur rendement électrique jusqu'à 15 % en plein été.

caractéristiques
- panneaux monocristallins de 250 W nominal (60 cellules de 6 pouces),
- puissance thermique de sortie nominale : 912 Wth (*).
- dimensions : 1677 mm sur 990 mm
- épaisseur de cadre : 4 cm
- poids : 31,7 kg (avec liquide)
- raccords circuit échangeur : 1/2 pouce.
(*) bien entendu, la chaleur récupérée dépend (comme sur un panneau thermique classique) d'une part de l'ensoleillement et d'autre part, de la température extérieure.

Où se les procurer
Sauf cas particuliers, la société s'appuie sur des installateurs agréés pour distribuer ses panneaux, mais sans doute que les plaisanciers peuvent les obtenir en direct.
DualSun
Pôle de l'Etoile - Technopôle de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie
13451 - Marseille Cedex 13
Tel : +33 (0) 4.13.41.53.70


Le chauffe eau instantané à gaz
Lorsqu'on a du gaz à bord, pour sa plaque de cuisson (si, si, certains y tiennent !), et où pour son chauffage (Trumatic par exemple...) pourquoi ne pas fabriquer son eau chaude avec un bon vieux chauffe-eau instantanné à propane ?
La consommation en gaz reste très raisonnable et, autant on peut craindre de laisser en marche un chauffage à gaz pendant son sommeil, autant il est facile de fermer sa vanne de chauffe-eau après son utilisation pour dormir sur ses deux oreilles.
Rappelons à cette occasion que les bonbonnes de propane sont interdites à l'intérieur de l'habitacle d'un bateau.


Chauffe-eau compact à bord Le chauffe eau instantané : une solution inadaptée !
Bien que très compact, efficace, le chauffe eau électrique instantané est inutilisable sur un bateau à cause de sa consommation au delà des calibres en ampérage des pontons.
En effet, ce type d'équipement tire entre 24 et 30 Ampères avec ses résistances de 6 à 8 kW ; un coup à tout faire disjoncter et à vous fâcher avec tous vos voisins plaisanciers...
Dommage car le prix d'environ 290 € et sa facilité d'installation le rendaient attractif.


Pour économiser l'eau douce à bord
Chacun sait que l'eau trop "douce" rince moins bien le savon qu'une eau plus "dure" (qui a un TH* plus important) et que les adoucisseurs classiques ajoutent du sel dans le réseau d'eau sanitaire ; de même il est courant de rajouter du sel dans les lave-vaisselles pour éviter les traces sur les verres.
Lorsqu'on navigue ou mouille en mer, si l'on renonce à se laver à l'eau de mer, ce qui peut se comprendre, mais que l'on veut ne pas trop puiser sur les réserves de bord, pourquoi ne pas envisager un réservoir (hors eau alimentaire) avec un mix d'eau douce et salée ?

* Le TH est la dureté d'une eau exprimée en degré français (°F) appelé également titre hydrotimétrique ; il correspond essentiellement à la présence de sel de calcium et de magnésium. Il est considéré comme faible si le TH est inférieur à 15°, moyenne si le TH est compris entre 15°F et 25°F, forte si le TH est compris entre 25°F et 35°F, très forte si le TH est supérieur à 35°F...

Autre astuce
En mer et lorsque vous exécutez une longue traversée, du type transatlantique, vous ne pourrez sûrement pas embarquer toute l'eau douce nécessaire pour assurer toutes les douches ou toutes les vaisselles pendant quelquefois entre 20 à 30 jours sans aucune escale...

Pour continuer à maintenir un minimum d'hygiène tant corporelle que pour la vaisselle, utiliser un simple pulvérisateur de jardinage, qui vous permettra de ne consommer que 2 litres par douche et par vaisselle (si vous la rincez à l'eau douce, ce qui n'est pas toujours indispensable).


LES DESSALINISATEURS
La grande croisière peut vous amener à ne pas pouvoir vous avitailler en eau pendant un mois !
Bien sûr, vous embarquerer des bouteilles d'eau, mais à raison de 2 litres minimum par jour et par personne, cela va à la fois surcharger inutilement votre bateau, mais également vous occuper une place non négigeable !
Et là, nous ne parlons que de vos nécessités en boisson...
Si l'on y ajoute l'eau nécessaire :
- à la cuisine,
- à la vaisselle,
- au lavage minimum de vos sous-vêtements,
- à votre toilette...
La consommation risque de s'envoler.

La solution : l'usage d'un dessalinisateur
La première réflexion à avoir est qu'il soit bien adapté à vos besoins (définis en litres par jour).
Ensuite, de savoir s'il est compatible avec votre capacité électrique à bord, en sachant que ces appareils sont assez gourmands en énergie.
Autre question à se poser, ai-je la place à bord pour caser cette "usine à eau" et en quoi cela va compliquer mon installation sanitaire ?
Enfin, les dessalinisateurs sont des appareils assez complexes, et donc avec des risques de panne importants (le plus souvent par colmatage de la membrane)..
Pour finir, les modèles disponibles vous engagent à un investissement financier important.
Il paraît donc intéressant d'opter plutôt pour un dispositif modulaire avec la partie surpression et celle de la membrane différenciés.
Le dessalinisateur de la firme australienne Rainman C'est ce que propose intelligemment la marque australienne Rainman avec sa gamme portable et modulaire.
D'un côté la pompe haute pression avec son moteur (thermique ou électrique en 220 V ou en 12 V *), de l'autre les membranes.
Le branchement entre les deux se fait par un simple raccord rapide et le moteur en route, le dessalinisateur produit son eau douce de 24 à 140 l/h, selon le modèle.
Le modèle à moteur thermique produit environ 300 litres en 2 heures et utilise environ 1,5 litres d'essence.
Fabriqué en Australie est distribué en France par ATMB Marine à un prix inférieur à un dessal fixe.

(*) Attention : il est important de savoir qu'en 12 V DC, ce dessalinisateur va tirer environ 110 A !
De même si vous le branchez sur un onduleur de bord, vérifiez bien avant, qu'il est suffisamment puissant et qu'il tiendra le coup ; l'appareil tire 1400 W en permanence, une fois lancé et beaucoup plus au démarrage.


Réaliser à faible coût son dessalinisateur
Dans notre page "trucs et astuces", nous vous expliquons comment réaliser vous-même un système de dessalinisateur, et pour un coût très faible.


Pour éviter de polluer l'eau inutilement
Pourquoi ne pas utiliser des produits d'entretien écologiques à bord ?
Enfin, dans le même esprit, Locaboat Holidays a sélectionné pour ses clients toute une gamme de produits biodégradables (lessive, liquide vaisselle, savon, shampoing...), en vente à des tarifs attractifs, au départ de chacune de ses bases nautiques.

Quelques éco-conseils
- Si vous en avez la possibilité, éviter de faire la vaisselle à bord sauf à utiliser des éco-produits lessiviels.
- De même pour tous les produits de toilette : savons, gels, dentifrices, etc. d'autant plus qu'il est facile de les fabriquer soi-même pour peu cher à partir de bases parfaitement naturelles.
- idem pour les produits basiques d'entretien de l'habitacle (multi-usages, bois, WC, pierre d'argile, etc).
- Privilégiez le lavage du bateau sans détergents.


Autres liens connexes
- Autonomie en eau
- Astuces techniques
- Gestion des eaux grises
- Traitement des eaux noires

[Amis du Canal de Givry] [Ecologie au Féminin] [Ecologie Appliquée] [Esotérisme] [Hivernage Camping-Cars] [Immobilier Ecologique] [Santé & Ecologie] [Des Chevaux & des Hommes] [LEDs Distribution] [Voix des Amognes] [Mon Avis] [Musique Passion] [Nièvre Passion] [Ma sécurité] [Les Ferronniers] [E-nigmes]

Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.