Accueil

Traduire le site :

Innovations
La Plaisance EcologiqueConsommer moins de carburant
La Plaisance EcologiqueBulbe d'étrave
L'éco-navigationInitiatives Ecologiques
Comment caréner écolo son bateau de plaisanceCarénage Ecologique
Protection écologique des bateaux de plaisanceProtection Metagrip
La Plaisance EcologiqueVoiles & cerfs-volants tracteurs
La Navigation EcologiqueGestion électrique à bord
La Green PlaisanceBatteries marines
Plaisance Econo-logiqueEclairage à bord
Gestion du froid à bordGestion du Froid à bord
La Plaisance EcologiqueLa propulsion électrique
Une plaisance plus écologiqueBateaux promenade électriques

Préserver le milieu
La Plaisance EcologiqueGuide navigation éconologique
Cargos EcologiquesImpact fioul lourd
Le gasoil EcologiqueLe gasoil non routier (GNR)
Préservation du milieu aquatiqueDraguage et fauchage durables
La Plaisance EcologiqueGestion de l'eau à bord
Plaisance écoloTraitement des eaux noires
Plaisance éco-responsableGestion des eaux grises
Pratiquer une plaisance plus écologiqueGestion des déchets de bord
La Plaisance EcologiqueEcluses & environnement
La Plaisance EcologiqueL'Eutrophisation de l'eau
Une plaisance plus EcologiqueBonne pratique du Mouillage
Une plaisance plus EcologiqueCroisières maritimes écologiques
La Plaisance EcologiqueLe Grenelle de la mer
Le Pavillon BleuLe Pavillon Bleu
Manifeste pour une navigation plus eco responsableTourisme fluvial écologique
Promotion d'une plaisance plus écologiqueImpact CO² & NO² sur océans
La Plaisance EcologiqueMarées Noires

Trucs & astuces
Trucs de plaisanciersTrucs et astuces pour bateaux
Bateaux électriquesRemotorisation électrique
Antidérapants pour bateauxAntidérapant pour ponts
Entretien des bois d'un bateauEntretien et réfection bois
Peinture écologique des bateaux de plaisancePeintures marines
Double vitrage bateauxIsolation et double-vitrage
Acheter un bateau neuf ou d'occasion ?Acheter neuf ou d'occasion ?
Monter une voile sur un trawlerAdaptation voile sur vedette
Osmose des coquesOsmose des coques
Rouille des coquesDossier rouille
Electrolyse des coquesL'électrolyse des coques
Entretien du moteur bateauEntretien du moteur
Rendre son bateau autonome en eauAutonomie en eau
Passer sous pavillon belgePavillon belge
Le club des possesseurs de bateaux NicolsClub "Nicols"

Comprendre
Dictionnaire de la Plaisance écologiquePetit lexique de la batellerie
Lexique de la marine à voile écologiquePetit lexique de la marine
La Plaisance EcologiqueHélices et propulsion
La météo et les vents marinsVents & Météo marine
La Plaisance EcologiqueTout savoir sur la VHF
Code maritime des pavillonsCode des pavillons
Classement des bateaux de PlaisanceCatégories plaisance
Les bateaux de commerce pour transporter du fretTransport fret fluvial
Comment participer à la gestion de son portGestion des ports
La sortie NMEA 183GPS et sortie NMEA 183
La Plaisance EcologiqueCalcul taxe passeport maritime
La Plaisance EcologiqueBibliographie
La Plaisance EcologiqueBateaux-lavoirs
La Plaisance EcologiqueCanal du Nivernais
La perle des canaux de BourgogneCanal de Givry

Vivre
Comment bien choisir son assurance bateauAssurance Plaisance
Comment concilier plaisance et handicapPlaisance & handicap
Carnets de bord croisièreCarnets de croisière
Paroles et radios de Chants de marinsChants de marins
Comment passer les écluses en toute sécuritéPassage des écluses
Les camps nautiques pour jeunes à bord des Mandarines sur le Canal du NivernaisLes Bateaux-colo
Le rendez-vous bisannuel des vieux gréements à SèteEscale à Sète 2012
Produits d'entretien naturelsProduits d'entretien
Forums nautiques pour plaisanciersForums nautiques
Vivre à bord d'une pénichePéniches-Logements
Comment faire du pain à bord en croisièreFaire son pain à bord
Comment participer à la gestion de son port de résidentAssoces plaisance
Evénements PlaisanceAgenda Plaisance
Les coups de gueule des navigateursCoups de corne !
Scènes nautiques étonnantesScènes étonnantes

Services
Tarifs et conditions de la vignette plaisanceVignette 2013
La co-navigationLa co-navigation
Calcul d'itinéraire plaisance fluvialeCalcul d'itinéraires
Calcul des marées et des courantsCalendier marées
Entretien moteur de son bateauEntretien moteur
Comment bien hiverner son bateauHiverner son bateau
Trouver les coordonnées des marques nautiquesCoordonnées des marques
Jeu de simulation navigationShip Simulator
La Plaisance EcologiqueLiens
La Plaisance EcologiqueAgenda écologique
La Plaisance EcologiqueImmobilier écologique
La Plaisance EcologiqueContact

Page Facebook de Plaisance Ecologique

Nous aider ?

Chantier nautique alternatif du Centre


Les bateaux lavoirs

Les bateaux lavoirs sur la Loire Prenant le relais des lavoirs, l'installation des bateaux-lavoirs sur nos rivières remonte au milieu des années 1860 et va se généraliser vers 1900 jusqu'à faire partie du paysage de toutes les berges des centres de villes fluviales.
Victimes du progrès et de la démocratisation à la fois de l'accès à l'eau courante "à tous les étages" et des machines à laver domestiques, ce n'est qu'un siècle plus tard qu'ils vont petit à petit être abandonnés ou "déchirés".


Historique
Le système des bateaux-lavoir s'est généralisé en quelques années (entre 1861 et 1870), comme en témoignent les nombreuses demandes d'autorisation qui seront déposées à la Division des Travaux Publics) qui gérait ce secteur à l'èpoque.
Le gouvernement avait la volonté d'améliorer l'hygiène publique, tandis qu'une population qui venait s'installer en ville, découvrait des habitudes vestimentaires nouvelles avec l'utilisation d'habits plus légers en coton, qui nécessitait des lavages plus fréquents.
Par ailleurs, les blanchisseries traditionnelles sont encore peu nombreuses et les lavoirs existants peu commodes en l'absence d'eau chaude et soumis aux aléas climatiques.

L'historien fluvial Paul de Haut, écrit dans son ouvrage "Nevers au fil de l'eau" :
"A l'époque où la machine à laver est un élément de confort dont chaque français bénéficie, il est difficile pour les jeunes générations d'imaginer ce que cette tâche pourtant incontournable représentait encore au début du XXéme siècle, en contrainte de temps et de peine.
La corvée du linge était d'ailleurs un curseur fiable pour stratifier le niveau social des familles.
Deux catégories principales se détachaient : « celles qui font » et « celles qui donnent à faire ».
Une autre distinction s'établit dans les deux cas : celles qui font au bord de l'eau, exposées à tous les temps et celles qui ont accès à l'eau chaude, accomplissant cette tâche sans avoir à s'agenouiller, dans le relatif « confort » des bateaux lavoirs à l'abri des intempéries."


Enfin, la réalisation de quais mieux aménagés pour à la fois développer le commerce par voie d'eau et lutter contre les crues dévastatrices, a favorisé l'apparition des bateaux-lavoirs et leur multiplication au sein des villes fluviales.
Victimes de leur succès, on observe entre 1895 et 1910 un renouvellement important de la flotte des bateaux-lavoirs qui deviennent plus long que les bateaux de la première génération à un niveau, construits entre 1865 et 1875.
La longueur la plus fréquente pour les bateaux construits vers 1900 passe de 20 à 30 m pour une largeur de 5 m.

Après la Libération
Les années soixante sont une période de transition, car les machines à laver familiales commencent à équiper les foyers et remplacent peu à peu les laveuses.
Des considérations esthétiques se font aussi jour sur les centre-ville, si bien que l'installation de nouveaux bateaux-lavoirs n'a plus été accordée par l'administration, même si cette activité va subsister jusqu'au début des années soisante-dix dans certaines villes.
Les rescapés, à la fois par manque d'activité et donc d'entretien, vont alors être détruits ou reconvertis...

Equipement des bateaux lavoirs
Il s'agissait en réalité de gabarres (ou chalands de bois à fond plat) sur lesquelles étaient érigé une sorte de hangar bardé compartimenté.
Il existait deux grands types de bateaux-lavoirs :
- Ceux à un seul niveau, constituant l'annexe d'une buanderie et d'un séchoir installés sur la berge, couverts ou non couverts,
- Ceux à deux niveaux servant à la fois de lieu de travail et d'habitation.
L'activité se déroulait à la fois à l'étage inférieur où se trouvaient les chaudières ainsi qu’à l'étage supérieur doté de cuves.

Les laveuses professionnelles travaillaient le plus souvent pour les familles aisées. Le confort des bateaux lavoirs leur assurait d’exercer leur activité à l’abri des intempéries, de bénéficier d’un cabinet d'aisance et de l’eau chaude fournie par un gros poêle. Outre l’espace pour laver le linge, elles disposaient également d’un endroit pour le sécher (souvent à l'étage supérieur) doublé d’un étendage périphérique.
Il était également étendu sur des cordes tendues entre des piquets sur les quais ou même à même les perrès des quais.

Conditions d'amarrage
Comme tout commerçant à terre, le gérant de ce type d’établissement flottant devait s'acquitter d'une patente pour exercer. Outre la partie professionnelle, on trouvait fréquemment à bord le logement du propriétaire ou de l’exploitant.
Dès lors que les bateaux-lavoirs n'apportaient pas d'entraves à la navigation, les services préfectoraux autorisent leur installation le long des quais, à la condition toutefois de respecter des consignes très strictes en matière d'amarrage.

En effet, en périodes de crues et d'embacles, il ne s'agissait pas que ces installations partent à la dérive au fil de l'eau, d'où leur protection en amont par des « estacades » constituées de pieux en bois.

Les bateaux-lavoirs de Nevers
Les bateaux lavoirs Leur implantation se fait en rive droite de la Loire, en amont du pont de pierre comme le « Saint Boyer-Morel » et les « Saint-Hénault » (l'usage voulait que leur nom soit généralement celui de leur propriétaire précédé de « saint ») ; lorsque les premiers bateaux bains seront installés, ces derniers sont déplacés au niveau du pont neuf de Médine.

Plusieurs autres bateaux lavoirs s'établiront à Nevers : en aval du pont principal rive droite on en comptera jusqu'à quatre en 1902, dont le Jean Bart qui finira tristement sous forme d'épave.

Les bateaux-lavoirs de Laval
Les bateaux lavoirs sur la Mayenne Entre 1861 et 1870 plus de 20 demandes d'autorisation sont déposées à la Division des Travaux Publics de Laval (sur la Mayenne).
Les blanchisseries de linge traditionnelles sont confrontées à la restructuration du paysage riverain, notamment par la réalisation de quais entre 1847 et 1875 le long de la Mayenne.
De ce fait, l'apparition des bateaux-lavoirs et leur histoire est liée à celle de la ville où la construction des quais est un moyen de faciliter le trafic fluvial, de limiter les inondations et de donner du travail à une population subissant dans les années 1862-1865 la crise cotonnière (La guerre de Sécession a interrompu les approvisionnements de coton américain).

Cependant, devant leur multiplication, la municipalité de Laval émet de 1866 à 1868 de vives réserves principalement au nom d'arguments esthétiques. Après la Libération, l'installation de nouveaux bateaux-lavoirs n'a plus été accordée par l'administration mais l'activité subsistera jusqu'en 1971.

Le "SAINT-JULIEN" et le "SAINT-YVES"
Ce sont les rescapés de cette épopée à Laval.
Les embarcations les plus petites étaient peut-être construites à Laval, c'était en revanche exceptionnel pour les bateaux à deux niveaux probablement fabriqués à Angers. L'on constate en effet une certaine similitude de technique d'assemblage entre la gabarre, construite en Maine-et-Loire, et la "cale" de ces bateaux- lavoirs.
En 1959, la flotte des bateaux-lavoirs est limitée à 9 unités.
Dix ans plus tard, beaucoup d'entre eux sont désaffectés, démolis, reconvertis ou transformés en habitation.
Les années soixante forment une période de transition (les machines à laver familiales se diffusent, faisant disparaître peu à peu les laveuses) et deux bateaux-lavoirs sont convertis en blanchisserie "industrielle".
Par ailleurs, leur manque d'entretien les place au centre d'une contestation basée de nouveau sur des arguments esthétiques.
En 1965, le Conseil municipal de Laval décide de "ne pas laisser subsister les bateaux-lavoirs lorsqu'ils n'auraient plus de raison d'être en tant qu'installations destinées au lavage du linge".
Le début des années soixante-dix voit pourtant l'adoption d'un nouveau discours en matière de protection des derniers bateaux-lavoirs.
La municipalité réussit ainsi à préserver deux bateaux témoins : le "SAINT-YVES" (l'ancien" BAZILLER" de 1904) et le "SAINT-JULIEN" (anciennement "POIRIER", de 1905) classés tous deux monuments historiques le 2 décembre 1993.
Si la ré-utilisation du SAINT-YVES ne paraît pas encore définie, le SAINT-JULIEN est depuis 1985 une annexe du musée municipal, témoignant à Laval un patrimoine précieux.


Autres liens connexes
- Les catégories de bateaux
- Le classement des bateaux de commerce

[Amis du Canal de Givry] [Ecologie au Féminin] [Ecologie Appliquée] [Esotérisme] [Hivernage Camping-Cars] [Immobilier Ecologique] [Santé & Ecologie] [Des Chevaux & des Hommes] [LEDs Distribution] [Voix des Amognes] [Mon Avis] [Musique Passion] [Nièvre Passion] [Ma sécurité] [Les Ferronniers] [E-nigmes]

Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.