Accueil

Traduire le site :

Innovations
La Plaisance EcologiqueConsommer moins de carburant
La Plaisance EcologiqueBulbe d'étrave
L'éco-navigationInitiatives Ecologiques
Comment caréner écolo son bateau de plaisanceCarénage Ecologique
Protection écologique des bateaux de plaisanceProtection Metagrip
La Plaisance EcologiqueVoiles & cerfs-volants tracteurs
La Navigation EcologiqueGestion électrique à bord
La Green PlaisanceBatteries marines
Plaisance Econo-logiqueEclairage à bord
Gestion du froid à bordGestion du Froid à bord
La Plaisance EcologiqueLa propulsion électrique
Une plaisance plus écologiqueBateaux promenade électriques

Préserver le milieu
La Plaisance EcologiqueGuide navigation éconologique
Cargos EcologiquesImpact fioul lourd
Le gasoil EcologiqueLe gasoil non routier (GNR)
Préservation du milieu aquatiqueDraguage et fauchage durables
La Plaisance EcologiqueGestion de l'eau à bord
Plaisance écoloTraitement des eaux noires
Plaisance éco-responsableGestion des eaux grises
Pratiquer une plaisance plus écologiqueGestion des déchets de bord
La Plaisance EcologiqueEcluses & environnement
La Plaisance EcologiqueL'Eutrophisation de l'eau
Une plaisance plus EcologiqueBonne pratique du Mouillage
Une plaisance plus EcologiqueCroisières maritimes écologiques
La Plaisance EcologiqueLe Grenelle de la mer
Le Pavillon BleuLe Pavillon Bleu
Manifeste pour une navigation plus eco responsableTourisme fluvial écologique
Promotion d'une plaisance plus écologiqueImpact CO² & NO² sur océans
La Plaisance EcologiqueMarées Noires

Trucs & astuces
Trucs de plaisanciersTrucs et astuces pour bateaux
Bateaux électriquesRemotorisation électrique
Antidérapants pour bateauxAntidérapant pour ponts
Entretien des bois d'un bateauEntretien et réfection bois
Peinture écologique des bateaux de plaisancePeintures marines
Double vitrage bateauxIsolation et double-vitrage
Acheter un bateau neuf ou d'occasion ?Acheter neuf ou d'occasion ?
Monter une voile sur un trawlerAdaptation voile sur vedette
Osmose des coquesOsmose des coques
Rouille des coquesDossier rouille
Electrolyse des coquesL'électrolyse des coques
Entretien du moteur bateauEntretien du moteur
Rendre son bateau autonome en eauAutonomie en eau
Passer sous pavillon belgePavillon belge
Le club des possesseurs de bateaux NicolsClub "Nicols"

Comprendre
Dictionnaire de la Plaisance écologiquePetit lexique de la batellerie
Lexique de la marine à voile écologiquePetit lexique de la marine
La Plaisance EcologiqueHélices et propulsion
La météo et les vents marinsVents & Météo marine
La Plaisance EcologiqueTout savoir sur la VHF
Code maritime des pavillonsCode des pavillons
Classement des bateaux de PlaisanceCatégories plaisance
Classement des bateaux de commerceClassement commerces
Comment participer à la gestion de son portGestion des ports
La sortie NMEA 183La sortie « NMEA 183 »
La Plaisance EcologiqueCalcul taxe passeport maritime
La Plaisance EcologiqueBibliographie
La Plaisance EcologiqueCanal du Nivernais
La perle des canaux de BourgogneCanal de Givry

Vivre
Comment bien choisir son assurance bateauAssurance Plaisance
Comment concilier plaisance et handicapPlaisance & handicap
Carnets de bord croisièreCarnets de croisière
Paroles et radios de Chants de marinsChants de marins
Comment passer les écluses en toute sécuritéPassage des écluses
Les camps nautiques pour jeunes à bord des Mandarines sur le Canal du NivernaisLes Bateaux-colo
Le rendez-vous bisannuel des vieux gréements à SèteEscale à Sète 2012
Produits d'entretien naturelsProduits d'entretien
Forums nautiques pour plaisanciersForums nautiques
Vivre à bord d'une pénichePéniches-Logements
Comment faire du pain à bord en croisièreFaire son pain à bord
Comment participer à la gestion de son port de résidentAssoces plaisance
Evénements PlaisanceAgenda Plaisance
Les coups de gueule des navigateursCoups de corne !
Scènes nautiques étonnantesScènes étonnantes

Services
Tarifs et conditions de la vignette plaisanceVignette 2013
La co-navigationLa co-navigation
Calcul d'itinéraire plaisance fluvialeCalcul d'itinéraires
Calcul des marées et des courantsCalendier marées
Entretien moteur de son bateauEntretien moteur
Comment bien hiverner son bateauHiverner son bateau
Trouver les coordonnées des marques nautiquesCoordonnées des marques
Jeu de simulation navigationShip Simulator
La Plaisance EcologiqueLiens
La Plaisance EcologiqueAgenda écologique
La Plaisance EcologiqueImmobilier écologique
La Plaisance EcologiqueContact

Page Facebook de Plaisance Ecologique

Nous aider ?

Chantier nautique alternatif du Centre


Les batteries à usage marine

Effervescence dans le monde des batteries...La révolution des batteries marines est en marche
Nos réservoirs à énergie électrique sont en pleine mutation.
De l'antique batterie au plomb aux dernières générations de batteries lithium, ou de celle à venir au graphène, il y a un monde, aussi bien en capacité, décharge, nombre de cycles, qu'en poids et surtout en prix.
Nous évoluons d'ailleurs de plus en plus du simple accumulateur vers un système sophistiqué de gestion électronique et informatique intelligente de l'électricité à bord !
De même, les possibilités de meilleur usage, désulfatage et entretien des batteries ne sont pas encore suffisamment exploitées...



Des notions indispensables pour comprendre
Capacité ou "capacité de stockage"
C'est la quantité de courant qu'une batterie en parfait état (neuve) est capable de délivrer en étant chargée. Elle est exprimée en Ampère-heure (Ah).
Par exemple, une batterie de 100 Ah peut débiter un courant de 1 A pendant 100 heures ou un courant de 100 A pendant 1 heure.
La capacité d'une batterie solaire est exprimée en ampères heure (Ah). Cette capacité représente le courant que la batterie peut potentiellement débiter.

Vitesse de décharge
La vitesse de décharge d'une batterie a également un impact sur sa capacité : plus la décharge est rapide, plus la capacité réelle de la batterie devient faible.
Cette vitesse de décharge est indiquée sous la forme : C10, C20, C100…
Par exemple, une batterie de 70 Ah en C 100 aura réellement une capacité de 70 Ah si la décharge dure 100 heures sur une intensité de 0,7 A. Si la décharge se fait en 20 heures (donc sur une intensité de 2,75 A), la capacité de cette batterie descendra à 55 Ah, pour passer à seulement 50 Ah en 10 heures avec 5 A.
C'est donc une notion à prendre en compte, selon l'usage que vous prévoyez.

La tension de « floating » ou « charge d'entretien »
C'est la tension à laquelle on doit maintenir en permanence un accu pour être sûr qu'il soit chargé de façon optimale au moment où l'on doit s'en servir : 2,25 à 2,28 V/ par élément (Elt) à 25 °C (rappelons que l'unité de base d'un accu plomb est de 2 V).
Par exemple, pour une batterie de 12 V le "floating" est de 14,6 V à – 10 °C, 13,6 V à + 25 °C et 13,2 V à + 40 °C.

La tension d'absorption
C'est la tension maximum envoyée vers la batterie en opération de charge (14,1 volts typiquement pour une batterie AGM à une température de 25 °C, moins pour une batterie GEL).
Ensuite, cette tension est conservée jusqu'à ce que la batterie soit chargée à 100 % avant de passer à la tension de floating.

Capacité de cyclage des batteries
Lorsqu'on parle d’un nombre de cycles de "charge-décharge", cela correspond au nombre de cycles à partir duquel la dégradation de la batterie est telle que son utilisation n’est plus possible pour l’usage initial.
Un cycle correspondant à une décharge et une charge complètes d’une batterie. Il est communément admis que la profondeur d’usure acceptable est de l’ordre de 75 %.
Considérons une batterie de 10 kWh qui est garantie pour 1000 cycles. Elle pourra délivrer 10 × 1000 = 10 000 kWh tout en restant avec une capacité de plus de 75 % de sa capacité initiale.
- Si je consomme 5 kW par heure de navigation, je pourrai faire 2000 heures de navigation,
- Si je consomme 10 kW par heure de navigation, je pourrai faire 1000 heures avec le même pack de batteries.

Autonomie de batteries de traction
Regardons maintenant ce que cela donne en autonomie pour un usage de traction, par exemple :
- 10 000 kW à 100 A en 48 V = 2 heures de navigation,
- 10 000 kW à 200 A en 48 V = 1 heure de navigation.


Les batteries AGM
Batterie marine AGM d'Effekta (Absorbed Glass Mat)

Usage conseillé
Batteries de servitude à recharge solaire ou éolienne, mais également adaptées au démarrage, si capacité suffisante.

Généralités
Dans cette technologie de batterie, l'électrolyte est absorbé et donc immobilisé dans des buvards en fibre de verre (boro-silicate), placés entre les électrodes.
Le processus de recombinaison des gaz est différent de la technologie des batteries ouvertes : les molécules d'oxygène diffusent à travers les tissus-séparateurs, des électrodes positives vers les électrodes négatives, pour y former de l'eau (jusqu'à 99 % de l'hydrogène et oxygène peut ainsi être recombiné en eau).

Fabrication et sécurité
Les alliages Pb - Ca et Pb (plomb) - Ca (calcium) - Sn (étain) sont utilisés pour construire les batteries AGM car ces combinaisons permettent de limiter l'électrolyse de l'eau (peu de dégazage).
Malgré leur étanchéité, les batteries AGM sont pressurisées et donc équipées d'une soupape de sécurité : lorsque la pression devient trop importante (surcharge, température élevée...), les gaz s'en échappent.
Elles n'aiment donc pas la chaleur, directement liée à une diminution de leur durée de vie.

Avantages des batteries AGM
l'étanchéité
Pas d'entretien, pas d'ajout d'eau distillée ; sécurité renforcée par rapport aux batteries plomb ouvertes.

des plaques toujours planes
Car leur association avec le séparateur en mat de fibre de verre qui présente une très faible résistivité, optimise la faible résistance interne de l'accumulateur (quelques milli Ohms).
Cette faible résistance interne des batteries AGM leur permet de supporter des vitesses de charge et de décharge très élevées, jusqu'à 4C (leur capacité nominale en Ampères).
Autre intérêt de la très faible résistivité des batteries AGM, un rendement faradique de 96 à 98 % alors que pour les batteries ouvertes, il est de l'ordre de 90 %.

un faible taux d’autodécharge
De l’ordre de 1 % à 3 % par mois, ce faible taux permet un entreposage durant de longues périodes sans recharge, contrairement aux batteries plomb standard acide ouvertes.

une bonne résistance aux chocs et aux vibrations
Les plaques des AGM étant étroitement comprimées et solidement fixées par le haut et le bas dans la cellule, ce montage est nettement supérieur - à cet égard - aux batteries conventionnelles.

une bonne réaction à la gite ou à la houle
Son étanchéité à l'électrolyte sous sa forme liquide, la rend insensible à tous les phénomènes liés à la navigation en mer : gite, houle, tangage, roulis...


Inconvénients des batteries étanches AGM
une faible durée de vie en cyclage
C'est le principal inconvénient des batteries AGM lié en partie à la stratification de l'électrolyte.
Les fabricants de batteries ont tentés de remédier à ce souci en créant des gammes de batteries AGM cycliques (plaques et séparateurs plus épais, plaques + denses...), mais leurs performances restent inférieures à celles des meilleures batteries Gel type Sonnenschein.

Ces batteries AGM à décharge profonde comme la gamme DISCOVER supportent la décharge à 100 % et retrouvent leur capacité nominale si le temps de maintien déchargé est court.
Ce n'est pas du tout le cas des batteries AGM stationnaires standard : la recharge s'effectue mal et les batteries perdent de leur capacité (ne jamais dépasser 80 % de décharge).
Ce grave inconvénient provoque la perte de nombreuses batteries AGM dans les systèmes solaires quand elles sont utilisées avec des convertisseurs de mauvaise qualité. La tension de coupure peut être de 10,5 V et la batterie est totalement déchargée. Au bout de quelques évènements de ce type, c'est la fin opérationnelle de la batterie.
Ce problème survient surtout pour les batteries AGM dont la durée de vie en floating est de 5 à 6 ans (les moins chères des AGM qu'on trouve souvent dans les kits solaires)...

un risque de concentration en acide de l'électrolyte
Les batteries AGM étant des batteries étanches, elles souffrent de la perte progressive de l'eau de leur électrolyte, ce qui conduit à l'acidification de l'électrolyte et des taux de corrosion plus importants ; d'où l'intérêt d'avoir des modèles avec les tissus des séparateurs épais, pour lesquels la quantité d'électrolyte est grande, ce qui augmente la durée de vie des batteries.

La perte de l'eau se produit lors des surcharges : pour les éviter, l'emploi d'un régulateur de qualité est essentiel si l'on souhaite maintenir la durée de vie des batteries AGM (ceci dit, les batteries Gel sont encore plus sujettes à ce problème).

Conseils
Pour des applications cycliques et /ou en décharge profonde porter son choix de préférence sur :
- des batteries AGM dont la durée de vie en floating est de 10 ans et +,
- des batteries AGM cyclique (Gamme NPC Yuasa ou équivalent),
- des batteries AGM à décharge profonde type DISCOVER.

Attention
Comme toutes les batteries Plomb, les batteries AGM sont très sensibles à l'élévation de la température : toute augmentation de celle-ci de 10°C divise la durée de vie des batteries AGM par 2.
Une batterie AGM ayant une durée de vie en floating de 10 ans à 20 °C aura une durée de vie de 5 ans à 30°C.
Mais alors que dans le cas d'une batterie ouverte, on peut rajouter de l'eau, ce n'est pas le cas pour les batteries étanches (sauf à savoir le faire). Cela implique que le chargeur ou le régulateur de charge doit prendre en compte la température lors du processus de charge (baisse de la tension de floating en fonction de la température...) afin de limiter les risques de surcharges.


Les batteries GEL
Les batteries acide plomb étanche de technologie GEL utilisent un électrolyte gélifié et des séparateurs en duroplastique microporeux (les batteries HAZE sont en GEL véritable).
Elles ont été mises au point vers 1950 en Allemagne, par la société Sonnenschein.
L'électrolyte est figé par l'addition de gel de silice et dans certaines batteries, de l'acide phosphorique est ajouté afin d'améliorer la durée de vie en cyclage profond.
Des fissures se créent lors des premiers cycles au travers de l'électrolyte gélifié entre les électrodes positives et négatives, ce qui facilite la recombinaison en favorisant le transport des gaz.

Usage conseillé
Pour profiter de ses avantages et limiter ses inconvénients, l'idéal serait une recharge à quai, avec un chargeur adapté et bien réglé.
Toute charge "moteur", par le biais de l'alternateur ou "solaire" demanderait des super-régulateurs et ne permettrait d'emmagasiner qu'une partie de l'électricité produite !

Avantages des batteries GEL
- Récupération totale après une décharge profonde, même lorsque la batterie n'est pas immédiatement rechargée,
- Idéal pour des cycles répétitifs, en utilisation quotidienne,
- Bonnes performances au cours de décharges longues,
- Pas de stratification par utilisation d'un électrolyte liquide,
- Pas de nécessité de charge d'égalisation,
- Auto décharge réduite (1 à 3 % par mois),
- Des plaques positives protégées,
- Des plaques épaisses afin de réduire la corrosion des grilles,
- Bonne résistance à l'évaporation avec une configuration de charge adaptée,
- Séparateur polymère ultra stable avec fibre de verre,
- Bonne résistance aux courts-circuits grâce aux performances mécaniques du séparateur polymère,
- Peut être déchargée même lorsque la recharge complète n'a pas été effectuée, sans perte de capacité,
- Durée de vie en cyclage élevée (500 à 1600 cycles à 80 % de décharge).

Inconvénients des batteries GEL
- Le prix (environ 30 % de plus qu'une AGM),
- Leur résistance interne relativement élevée entraîne qu'elles ne supportent pas des vitesses de charge et de décharge élevées ; en continu, le courant de charge ne doit pas excéder C/10 (le dixième de la capacité).
Les batteries gel doivent donc être rechargées lentement, ce qui n'est pas forcément adapté à un stockage d'énergie d'origine photovoltaïque.
- Plus que pour les autres batteries plomb, les paramètres de charge (tension de floating, charge et égalisation...) doivent être respectés ; par exemple, une notice constructeur précise que "si la tension de charge dépasse de 0,7 V la tension spécifiée, la durée de vie des batteries sera amputée de 60 %". A noter que la tension seuil de charge des batteries gel est de 0,2 V inférieure aux autres types de batteries plomb-acide.
- Comme pour les autres batteries Plomb, la durée de vie des batteries Gel est diminuée par une hausse de la température (au-delà de 20°C, - 50 % pour la durée de vie par tranche de 10°C pour les batteries Plaques Planes, - 30 % pour les plaques tubulaires). La tension de charge variant avec la température, les batteries gel peuvent être doublement affectées si le chargeur et/ou le régulateur de charge n'est pas équipée d'une compensation en température. Cette compensation n'est généralement indispensable que si la température des batteries varie en dehors d'une plage définie par le fabricant (15°C - 35°C pour Sonnenschein).
- Nécessite un chargeur et/ou un régulateur de charge adapté, avec compensation en fonction de la température.


Laquelle choisr : AGM ou GEL ?
A la lecture comparée de notre présentation, beaucoup d'entre vous se posent la question.
Difficile de répondre définitivement tant les cas d'utilisation, de charge et des équipements amont ou aval des batteries peuvent être différents sur chaque bateau.

Nous nous contenterons de constater que la quasi-totalité des shipchandlers ne proposent maintenant que des batteries AGM, tant pour les servitudes que pour le démarrage...


Les batteries au silicone (ALS)
Batterie marine de traction ALS au silicone d'Aquamot Les batteries Silicone à décharge profonde ALS (développées par Aquamot) sont des batteries de traction dont la technologie permet d'accroître la durabilité et les performances par rapport aux batteries classiques AGM et GEL.

Technologie
Dans les batteries ALS, l'électrolyte est un gel silicone, qui leur assure d'opposer une résistance interne plus faible, et donc des pertes en chaleur (pertes Joule) moindres, ce qui entraîne un gain de longévité et de sécurité.
Elles sont présentées comme étant robuste, très fiable, souple d’utilisation et plus économique (nombre de cycles plus important).

Tableau comparatif
Type de batterie
Plomb « classique»
AGM
Silicone
Nbre cycles charge/décharge à 50%
300
600
950
Température d’utilisation
-10°C à +40°C
-10°C à +40°C
-25°C à +60°C
Autodécharge
5 % mois
3 % mois
- de 2 % par mois
Durée vie théorique à 20°C
5 à 8 ans
10 ans
15 ans
Garantie
1 an
1 an
2 ans

Prix (en HT)
- 12 V/ 85 Ah (poids 26 kg) : 229 €
Chargeur batterie marine haute-fréquence d'Aquamot – 12 V/ 105 Ah (poids 30 kg) : 269 €
- 12 V/ 115 Ah (poids 33 kg) : 299 €
– 12 V/ 145 Ah (poids 42 kg) : 389 €
– 12 V/ 200 Ah (poids 59 kg) : 539 €
– 12 V/ 260 Ah (poids 77 kg) : 679 €.

Recharge des ALS
Tous les chargeurs dédiés aux batteries AGM peuvent recharger les batteries silicone ALS.
Il existe cependant des chargeurs haute-fréquence HFS et HFM, censés optimiser les recharges.

Existent en 12, 24, 36 et 48 V et avec une intensité de 10 à 50 A.
Compter entre 239 € et 1199 € (HT)


Les batteries Lithium-Ion
Définition
Un accumulateur Lithium est une technologie de stockage d'énergie de la famille des accumulateurs électrochimiques, dont la réaction est basée sur le lithium (métal alcalin de symbole li, situé dans le premier groupe du tableau périodique des éléments).

Ressources et réserves
- Il faut compter environ 3 kg de lithium pour construire une batterie de 10 kWh,
- Le lithium est recyclable à 95 %,
- les réserves de Lithium sont estimées à 11 millions de tonnes par l’US Geological Survey (USGS). De récentes découvertes en Argentine et aux Etats-Unis permettraient d'extrapoler ces réserves à 16 millions de tonnes métriques. Le taux de récupération du lithium est d’environ 50 % ce qui laisse environ 8 millions de tonnes exploitables pour l’industrie.
- Les plus importantes réserves de lithium, entre 60 et 70 %, sont situées en Amérique du Sud et plus particulièrement en Bolivie.

Intérêt
- des batteries moins lourdes et plus petites
Cette technologie offre la plus forte énergie spécifique (rapport énergie / masse de l'ordre de 100 à 260 W/ kg) ainsi que la plus grande densité d’énergie (énergie / volume).

- des batteries plus durables
Les batteries au Lithium peuvent fonctionner jusqu'à 15 ans (aéronautique, véhicules hybrides, systèmes de secours). Les satellites Galiléo sont d'ailleurs équipés de batteries Li-Ion SAFT d'une durée de vie vérifiée de 12 ans.

Un peu de technique
On distingue la technologie :
- Lithium-Métal où l'électrode négative est composée de lithium métallique,

- Lithium-Ion (Li-Ion), où le lithium reste à l'état ionique grâce à l'utilisation d'un composé d'insertion aussi bien à l'électrode négative (généralement en graphite) qu'à l'électrode positive (dioxyde de cobalt, manganèse, phosphate de fer...).
Contrairement aux autres technologies, les accumulateurs Li-ion ne sont pas liés à un couple électrochimique. Tout matériau pouvant accueillir en son sein des ions lithium peut être à la base d'un accumulateur Li-Ion.
D'où le grand nombre de variantes de cette technologie...

- Lithium-Polymère (Li-Po), une variante d'accumulateur Lithium-Ion.

CARACTERISTIQUES PRINCIPALES des BATTERIES LITHIUM (*)
Energie / Poids
Entre 100 et 200 Wh/kg
Energie / Volume
Entre 200 et 400 Wh/L
Rendement charge / décharge
99,9 %
Autodécharge
De 4 à 8 % par mois
Durée de vie
Maximum testé : 12 ans
Nombre de cycles de charge
Entre 800 et 3.000
Tension nominale par élément
3,6 V ou 3,7 V par élément
* Les fourchettes indiquées s'expliquent par les variantes dans la conception de ces batteries.

Dans le cadre d'une utilisation régulière, il est préférable de ne pas décharger ces batteries au-delà de 80 % de leur capacité ; les 20 % restants sont considérés comme une sécurité, un peu comme la réserve d'un réservoir de carburant.

Avantages des accumulateurs Li-Ion
- Possèdent une haute densité d'énergie pour un poids très faible, grâce aux propriétés physiques du lithium (très bon rapport poids/potentiel électrique). Ces accumulateurs sont donc très utilisés dans le domaine des systèmes embarqués.
- un taux d'autodécharge (de 1 à 10 % par mois selon conditions et technologies) acceptable mais moins bon que les AGM ou GEL,
- pas de maintenance,
- aucun effet mémoire.

Inconvénients des accumulateurs Li-Ion
- profondeur de décharge : ces batteries s'usent moins vite lorsqu'elles sont rechargées tous les 10 % que lorsqu'elles le sont tous les 80 %.
- courants de charge et de décharge admissibles plus faibles qu'avec d'autres technologies.
- nécessitent quelques précautions dans leur manipulation.

Attention !
Comme pour tous les accumulateurs mal utilisés, cette technologie présente des dangers potentiels ; notamment, ces batteries peuvent se dégrader en chauffant au-delà de 80°C en une réaction brutale et dangereuse.
Il faut donc :
- Ne jamais mettre en court-circuit l'accumulateur, inverser les polarités, surcharger ou percer le boîtier.
- que les batteries soient toujours équipées d'un circuit de protection empêchant une charge ou une décharge trop profonde, d'un fusible thermique et d'une soupape de décharge.
- que la charge respecte des paramètres précis,
- que les éléments ne descendent jamais en-dessous de 3 V.

Les batteries Lithium-Polymère
Il s'agit en fait d'une appellation commerciale du "Lithium-Ion-Polymère" où l'électrolyte est un polymère gélifié.
Les batteries Li-Po (ou "Li-Poly") utilisent un principe de fonctionnement semblable aux batteries Li-ion et ont des caractéristiques proches, tout en présentant quelques différences.

Avantages des Li-Po par rapport aux Li-Ion
- les Li-Po peuvent prendre des formes fines et variées,
- les Li-Po peuvent être déposées sur un support flexible,
- poids allégé (le Li-Po permet parfois d'éliminer l'enveloppe de métal lourde),
- les Li-Po sont plus sûres que les Li-Ion (plus résistantes à la surcharge et aux fuites d'électrolytes),
- les Li-Po autorisent plus de cycles de vie.

Inconvénients des Li-Po par rapport aux Li-Ion
- densité énergétique un peu plus faible que les Li-ion de génération précédente,
- les Li-Po sont un peu plus chères que les Li-Ion classiques,
- les charges sont soumises à une procédure stricte sous peine de risque d'inflammation.
Une batterie Lithium-Polymère n’est pas plus dangereuse qu’une autre batterie rechargeable dès lors qu'elle est de bonne qualité et utilisée correctement.

Attention :
Certaines batteries Li-Po sont vendues sans circuit de protection (BMS) et doivent donc être manipulées avec une grande précaution.


Les éléments indispensables à la bonne gestion d'une batterie Li-Po
Un système d'accumulateurs Li-Po industriel doit impérativement comporter les composants suivants : un BMS, un PCM, un équilibreur et un chargeur dédié.

Le BMS (Battery Management System)
Il gère la charge et la décharge de la batterie car il ne faut jamais charger un élément "Li-Po" à plus de 4,20 V et le décharger à moins de 2,5 V.
Ce composant BMS est capital sur une batterie Li-Po et sa qualité est essentielle à la durée de vie de ces accumulateurs très technologiques.

Le PCM (Protection Circuit Module)
Il s'agit d'un module lié à chaque cellule qui contrôle en permanence leur tension.
En cas de dépassement des seuils haut (4,2 V) ou bas (2,5 V), le PCM envoie un signal au BMS.

Equilibreur
En cas de déséquilibre de tension entre éléments d'une même batterie, c'est l'élément de tension la plus basse qui déclenche l'arrêt de la décharge, même si les autres éléments contiennent encore suffisamment d'énergie.
Plus ce déséquilibre s'accentue, plus l'énergie disponible diminue.
Le remède consiste à ramener tous les éléments à la même tension.
C'est le rôle de l'équilibreur de décharger les éléments les plus pleins pour se caler sur la tension de l'élément le plus faible.
Une fois ces tensions rééquilibrées, la charge de l'ensemble de la batterie peut continuer.


Les batteries Li-Ion industrielles
Il existe des accumulateurs Li-Po industriels de grande puissance qui sont très stables et performants, grâce à une chimie plus travaillée, une gestion électronique poussée et un système d'équilibrage des éléments élaboré. De plus en plus d'industriels ainsi que les militaires, utilisent des batteries Li-Po dans de nombreux systèmes nécessitant des systèmes de stockage d'énergie nomades performants.

Contrairement aux produits grand public (qui s'usent même quand on ne s'en sert pas), les batteries Li-Po industrielles sont mieux protégées et présentent bien moins de risques de corrosion interne induisant une augmentation de la résistance ; d'où :
- une bonne sécurité et une fiabilité vérifiée,
- une élévation de température inférieure à 30°C au cours d'un cycle.
- une durée de vie largement supérieure à 5 ans avec un nombre de cycles entre 800 et 1200.

Les batteries Li-Po industrielles
La firme KOKAM fabrique depuis longtemps des batteries pour les modèles réduits (voitures, bateaux, avions) ainsi que pour les téléphones portables, caméscopes, PDA, ordinateurs portables...
Cette entreprise a mis au point une technologie spécifique (the Superior Lithium Polymer Battery, SLPB) qui est utilisée dans un grand nombre de véhicules électriques : vélos, scooters, bateaux, voitures, avions légers et ULM.


Comment stocker une batterie Lithium ?
Bien que plus résistant que les autres technologies, le lithium doit être entretenu afin d'avoir la plus grande durée de vie possible.
C'est pour cela qu'en cas de stockage durant une longue période (par exemple pendant les mois d'hiver), il est important de respecter quelques règles :
- votre batterie ne doit pas être stockée entièrement chargée ou entièrement déchargée, stockez la entre 40 et 60 %.
- mettez-la en charge pendant 30 à 45 minutes tous les 2 mois afin de faire bouger le lithium et ne pas le laisser dans un état statique.


Les prochaines batteries...
Les batteries silicium/ graphène
Qu'est-ce que le graphène ?
Si on commence à bien connaître le silicium, il n'en est pas de même du "graphène".
C'est une matière découverte en 2004 par une équipe de chercheurs de l'université Vanderbilt aux Etats-Unis, constituée de particules de carbone.
Ses propriétés prometteuses alimentent une suractivité dans la recherche technologique.
A tel enseigne qu'en 2015, la Commission européenne a décidé de miser un milliard d'euros sur 10 ans pour développer les projets scientifiques relatifs aux applications liées à ce matériau.

Propriétés du graphène
Dans son usage de "réservoir à énergie électrique", le graphène permettrait :
- un temps de chargement considérablement réduit,
- une durée de vie est bien plus importante qu'une batterie classique : 5.000 rechargements en moyenne contre 1.200 pour les technologies précédentes.

Batterie à l'aluminium
Une équipe de l’université de Stanford développe une batterie en aluminium qui se rechargerait à 100 % en moins d’une minute tout en étant très sûre (pas de risque de prendre feu ni d’exploser). De même, elle peut être rechargée 7 500 fois sans perdre de son efficacité, soit sept fois plus que les batteries précédentes.
Mais cette technologie semble pour l'instant plutôt réservée aux batteries de téléphone, puisqu'elle elle ne permet de stocker que 40W/ kg, contre 100 à 260 W/ kg pour les batteries Lithium-ion !
Est-elle donc déclinable sur des unités de forte puissance, et pour l'usage de traction marine qui nous intéresse ?

Si ces "nouvelles races" de batterie tiennent leurs promesses, il s'agirait bien de l'ouverture de l'électrification à de très nombreuses applications...


Les chargeurs
Ce type de batterie exige également des chargeurs spécifiques, permettant l'équilibrage et la gestion des cellules (BMS).
Il est d'ailleurs conseillé de recharger ses batteries immédiatement après la décharge, afin de toujours les stocker chargées.
Pour indication, avec les cellules Li-Po industrielles, la recharge complète d'une batterie de 3 kWh ne prend qu'1h30. Les batteries sont utilisables tout de suite après recharge.

Le chargeur doit être spécialement dédié à la charge des batteries Li-Po. La charge se fait à intensité constante jusqu'à obtenir une tension de 4,2 V par élément, puis elle se poursuit à tension constante jusqu'à ce que l'intensité de charge passe en dessous de C/20 (le vingtième de sa capacité nominale).

Pour les cellules LiPo industrielles, la charge peut intervenir immédiatement après utilisation. La recharge complète d'une batterie de 3 kWh prend 1h30. Les batteries sont utilisables tout de suite après recharge.

Remarque générale
La question est souvent posée : faut-il laisser les batteries en charge (branchées sur un chargeur 220 V) en permanence lors d'une période longue d'inutilisation (hivernage par exemple) ?
Sauf à avoir un système de charge autonome (photovoltaïque ou éolienne de bord avec gestion intelligente de la charge) il vaut mieux recharger en surveillant pendant une demi-journée chaque mois ses batteries, que de les laisser en charge permanente ; en effet, outre une consommation électrique importante, cela risque d'exposer votre bateau à l'électrolyse (coque et/ ou groupe propulseur), et à des accidents électriques.


L'avenir des batteries LithiumExemple de batterie Lithium 48 V - 100 Ah
De nouvelles technologies de batteries ayant une énergie massique bien supérieure aux Li-Po sont actuellement en cours d'essai dans les laboratoires, et en phase de pré-industrialisation pour certaines.

COMPARATIF CAPACITES TECHNOLOGIES ACCUMULATEURS
Technologies disponibles
Energie massique en Wh/kg
Plomb (Pb)
30
Nickel - Cadmium (Ni-Cd)
50
Nickel – Zinc (Ni-Zn)
80
Sodium – Chlorure de Nickel (Na-NiCl)
85
Lithium – Ion (Li-Ion) 1ère génération / 1992
90
Sodium - Soufre (Na-S)
107
Lithium Métal Polymère (LMP) / 2004
110
Lithium – Polymère (Li-Po) 1ère génération
120
Lithium – Ion (Li-Ion) 2ème génération / 2000
150
Lithium – Polymère (Li-Po) 2ème génération
170
Technologies en cours de développement
Energie massique en Wh/kg
Zinc - Argent
200
Lithium - Manganèse
300
Lithium - Soufre
300
Lithium - Vanadium
350
Poudre de céramique aluminium
680

Les recherches s'intensifient ces dernières années avec le développement des motorisations électriques...
La batterie Lithium-Air (ou Lithium-Oxygène), qui utilise l'oxygène de l'air pour fonctionner, pourrait apporter une avancée technologique majeure.
En effet sa densité d'énergie peut potentiellement atteindre 5 kWh/kg, et en pratique (vérifiée en labo), mesurée autour de 1,7 kW/kg.

Ce serait donc environ 10 fois mieux que les modèles actuels !

Représentation comparative du rapport poids/capacite des batteries
Comparatif des énergies massiques de batteries (mai 2009).


Avant de sauter le pas !
Le bon choix
Il convient de faire le bon choix (ou compromis) selon votre usage envisagé entre deux types de batteries :
- les "haute capacité",
- les "haute puissance".

BATTERIES "haute capacité"
- Tension nominale : 3,7 V
- Tension maximale : 4,2 V
- Energie massique = 170 Wh/kg
- Capacité = 40 Ah
- Charge sous 1 C max
- Décharge sous 1 C en continu (3 C en pic)
BATTERIES "haute puissance"
- Tension nominale : 3,7 V
- Tension maximale : 4,2 V
- Energie massique = 130 Wh/kg
- Capacité = 40 Ah
- Charge sous 3 C max
- Décharge sous 5 C en continu (10 C en pic)

* C = capacité de charge nominale.

Précautions
L'énergie électrique n'est ni plus ni moins dangereuse que les carburants traditionnels, car un feu de bateau qu'il soit d'origine hydrocarbure ou électrique est toujours dévastateur !
Il suffit de respecter quelques règles basiques pour une utilisation en toute sécurité :
Pas plus qu'il ne vous viendrait à l'idée de fumer à proximité du réservoir, mettre une prise de masse lorsqu'on fait le plein ou utiliser un carburant inadapté et de mauvaise qualité… Les utilisateurs de batteries de traction doivent respecter des règles simples :
- ordre correct des connexions,
- batteries de bonne qualité et homogènes (type, année, charge...) (*),
- vérifier le niveau d'électrolyte pour les batteries conventionnelles au plomb (**),
- absence de court-circuit,
Résultat d'une charge forcée sur une batterie dont deux cellules étaient sèches... - connexions parfaites...

(*) Ne jamais jumeler des batteries de type et ancienneté différents au risque de voir en quelques heures la meilleure perdre sa capacité.
(**) La photo ci-contre correspond au résultat d'une batterie rechargée de façon intensive alors que 2 de ses éléments (à droite) n'avaient plus suffisamment d'électrolyte...



Conseil de bon sens
A moins que vous soyez "pété de tunes" (qui peut investir plus 2500 € HT actuellement pour 270 Ah rn 12 V ?), faites vos armes avec de bonnes vieilles batteries traction au plomb dans un premier temps, quitte à tenter l'expérience des batteries AGM (proposées à un prix devenu plus abordable) parfaites en batteries de servitude ; en effet, les nouvelles batteries Lithium sont dans les tuyaux et non seulement leurs performances vont faire en immense bond en avant, mais leur prix va forcément chuter pour devenir enfin accessible aux bourses de la majorité des plaisanciers.

Merci à Electravia et à Emotor pour leurs données et graphiques.


La régénération professionnelle des batteries
Il existe maintenant des centres de maintenance industrielle agissant dans le sens du développement durable, en régénérant les batteries.

Dans un premier temps la batterie est diagnostiquée à l'aide d'un testeur spécialisé qui met en évidence les anomalies, et indique si celle-ci est compatible avec une régénération.

Petit rappel
On ne peut recharger une batterie que si le sulfate de plomb qui recouvre les plaques reste au contact de ces plaques ; s'il est tombé au fond de la cuve, c'est fini !
Vous en conclurez également, qu'un maniement "délicat" de vos batteries déchargées évitera à cette couche de sulfate de plomb un décollement mécanique.

Applications
Batteries au plomb
C'est la sulfatation qui détériore avant tout les batteries au plomb.
Adapté aux batteries : stationnaires, marines, camion, auto (démarrage) ainsi qu'à toutes les batteries de tractions ou de chariot élévateur.
Permet de rénover les batteries de 24 V ou 48 V (ou 2 x 24 V en série), de capacité comprise entre 100 et 3000 Ah.

Batteries au Nickel
Les batteries au Nickel NiCD (Nickel Cadmium) ou NiMH (Nickel Metal-hydrure) subissent un phénomène de cristallisation interne qui se forme lorsque la batterie n'a pas été suffisamment déchargée. La cristallisation se matérialise par la formation de sulfate et devient permanente entre 3 à 4 mois après sa formation ; elle se traduit par une perte de capacité.

La régénération
Le processus de régénération consiste en l'envoi de micro-impulsions de forte puissance (jusqu'à 13 A) avec une tension max par élément de 2,6 V.
Cette action va réduire la résistance interne de la batterie et la ramener à la normale, ce qui permettra à la batterie d'être chargée normalement ensuite.
La pleine capacité de la batterie sera atteinte après quelques cycles de charges/ décharge.
La durée de cette opération va de 24 heures, pour une régénération d'entretien à 72 heures, pour une régénération de reconditionnement.

Résultats obtenus
- Restitue leur capacité originelle aux batteries sulfatées,
- augmente la durée de vie de la batterie qui peut même être doublée (en effectuant régulièrement une régénération d'entretien),
- assure une utilisation plus longue de la batterie entre deux charges,
- diminue le temps de charge (résistance interne réduite),
- réduit le nombre de cycles de charges pour un même rendement grâce à une charge plus complète à chaque recharge.

Intérêt écologique
- réduction des collectes et de la destruction des batteries,
- réduction des déchets à la fabrication comme à la destruction de batteries de remplacement,
- diminution importante de l'énergie grise nécessaire à la fabrication et au transport de nouvelles batteries,
- réduction du gaspillage des matières premières et des importations...

Cette démarche peut également être entreprise pour l'entretien préventif et la maintenance de vos batteries de démarrage, de servitude ou de traction.

Tarifs
C'est également l'occasion de réduire les coûts de renouvellement de votre parc de stockage d'énergie.
- la régénération de batterie garantie 12 mois se facture à 40 % du tarif de la batterie neuve,
- la régénération de batterie garantie 24 mois se facture à 55 % du tarif de la batterie neuve.

Vous avez également la possibilité d'acheter ces équipements, mais ce n'est pas donné * (417 € pour le testeur, 1799 € pour le désulfateur, 5889 € pour le régénérateur pro).
* il s'agit de prix indicatifs.


Les petits régénérateurs / désulfateurs de batteries
Compte-tenu d'une demande en augmentation et des prix dissuasifs constatés tant des appareils que des traitements professionnels, quelques firmes se sont lancées dans l'étude et la commercialisation de petits montages électroniques sensés obtenir le même résultat.

Principe
Ces appareils proposent d’augmenter la durée de vie des batteries solaires, stationnaires, marines... en émettant des impulsions électrique réglées sur la fréquence de résonance du sulfate de plomb pendant un certain nombre d'heures (en fonction de l'état et de la puissance de la batterie).
L'effet de ce traitement va dissoudre les cristaux qui sont déposés sur les plaques intérieures de la batterie.
En d'autres termes, le "pulseur" éviterait la cristallisation du sulfate tout en "détruisant" les cristaux qui auraient tendance à se reformer à la décharge.
Pour compléter cette désulfatation, il est prévu d'ajouter à l'électrolyte un agent de nettoyage chimique (SULFASODIUM) par exemple.

Particularité
L'originalité de ce dispositif est d'être branché et installé à demeure (avec un adhésif double face fourni) sur la batterie en cours d'usage ; ainsi, plutôt que de désulfater la batterie lorsqu'elle est à genoux, cette opération est réalisée régulièrement pendant le temps où la batterie n'est pas sollicitée électriquement.
La régénération est donc entièrement automatisée et sans intervention particulière.

Caractéristiques techniques
- Entrée voltage : 11,5 – 17 V
- Plage de courant de sortie : 1,6 A (pk)
- Plage de fonctionnement : 12,5 V
- Indicateur de fonctionnement : LED verte
- Indicateur de faible voltage : LED rouge
- Dimensions : 25 mm x 78 mm x 60 mm
- Protection inversion polarité
- Protection court-circuit : 3 A autoreset
- Type connexion : cosses UL1015.

Limites
Les limites indiquées par le fabricant sont les suivantes :
- pour batterie de moins de 10 ans,
- inefficace pour les batteries ayant des cellules "court-circuitées" (définitivement HS),
- inefficace pour les batteries dont le voltage ne dépasse plus 10,5 Volts après recharge,
- déconseillé fortement sur des batteries dont le boîtier est endommagé (fissures, bombage), ou avec des batteries dont l’électrolyte a gelé.

Prix
Sur Internet : environ 40 €.

Notre avis
Au prix du remplacement des batteries ou de leur régénération professionnelle, l'appareil a l'air intéressant et économique, mais comme nous n'avons pas encore eu l'occasion de le tester, il est difficile d'émettre un avis sur la réalité des résultats avancés, ainsi que sur leur durée dans le temps.
Il nous semble cependant, présenter une puissance de choc d'impulsion un peu faible avec les batteries utilisées en marine (souvent de capacité supérieure à 100 Ah) et demanderait de multiplier l'achat lorsqu'on est équipé d'un parc de plusieurs batteries en servitude (installation photovoltaïque par exemple).
Enfin, ne vous attendez pas à des miracles, car lorsque les dépôts de fond de cuve sont importants, les plaques sont définitivement en court-circuit !

Retour des internautes
De manière générale, la majorité des retours d'expérience consultés sur les forums indiqueraient une efficacité "toute relative".


Astuces
On voit parfois sur certains fils de forum évoquée une méthode pour récupérer une batterie sulfatée (si évidemment elle n'est pas en court circuit !) ; elle consiste à :
- la vider de son acide,
- de le remplacer par de l'eau distillée,
- de la charger.
Au fur et à mesure que le sulfate se réduit, le taux d'acide remonte et l'électolyte se recrée.

Notre avis
Nous avons tenté l'expérience sur une batterie de 90 A.
Au bout de plusieurs jours de charge (à 5 A car au delà, le chargeur se mettait en sécurité) selon cette méthode, le maximum obtenu a été 8,5 V et 15 A.

Le fait de rajouter de l'acide à concentration normale dans une batterie sulfatée dont le taux d'acide a baissé aboutit au résultat inverse ; en ce cas vous l'achevez irrémédiablement.

Autre corolaire de cet effet : on peut augmenter la durée de vie d'une grosse batterie utilisée à faible puissance en remplaçant une partie de l'électrolyte par de l'eau distillée pour diminuer sa concentration en acide.

Batterie AGM à régénérer Prolongement des batteries AGM
De même, il est paraît-il, possible de doubler la durée de vie des batteries AGM, en les rechargeant en électrolyte, après avoir démonté leur couvercle.

Voici en détail la procédure sur des batteries Effecta de 100 Ah, après 7 ans de service.
Au moment de l'opération, la batterie titre encore 12 V, mais ne tient plus la charge :

Ouverture d'une batterie AGM 1) dessertissage de la bande plastique de protection des cellules.

2) ouverture des capuchons caoutchouc bouchant les évents des cellules. Un "pschitt" caractéristique de l'équilibrage de la pression, se fait entendre.

3) recharge en eau distillée du niveau d'électrolyte de chaque cellule, à l'aide d'un petit entonnoir.

4) pesage éventuel de l'électrolyte pour vérifier sa concentration et ajout d'acide, si nécessaire.
Remplissage complémentaire des cellules d'une batterie AGM
5) rebouchage des events des cellules,

6) remise d'une bande de protection,

7) charge de la batterie.

Malheureusement, le résultat n'est pas au rendez-vous !
Mais peut-être n'avons-nous pas réalisé les opérations dans les règles de l'art...


Entretien des bornes
Sur les batteries plomb classiques, des bornes oxydées (résultat des vapeurs acides sur le plomb) sont fréquentes sur les unités anciennes, mal chargées et en présence d'humidité, cause de perte électrique.
Il convient donc de les nettoyer, si ce stigmate n'est pas le signe d'une batterie en fin de vie.
Le recours à la brosse métallique peut être remplacé avantageusement par une immersion dans l'eau bouillante additionnée de bicarbonate de soude (pour les cosses) et le nettoyage avec un chiffon imbibé de cette préparation (pour les bornes) ; ce traitement présente la propriété de dissoudre le sulfate de plomb.
Ensuite, le fait d'enduire les bornes et leurs cosses à la vaseline, prolongera leur protection.
Enfin, la carcasse d'une batterie doit impérativement être sèche, afin d'éviter le passage de tout courant non utile entre les bornes.


L'hivernage des batteries
Autant les propriétaires de bateaux n'oublieront pas d'hiverner leur moteur et leur circuit d'eau sanitaire, autant beaucoup d'entre eux ne savent pas précisément comment s'occuper de leur batterie hors saison.
Certains les enlèvent et leur font passer l'hiver dans leur garage.
Lorsqu'il s'agit de batteries plomb de 60 kg, c'est généralement vite vu !
Est-ce vraiment mieux que de les laisser à bord ? Ce n'est pas forcément le cas.
Ce qui intervient plus, c'est de les recharger environ tous les mois pendant une quinzaine d'heures, et bien sûr avec un chargeur adapté et réglé sur le type de batterie et à sa capacité.

A savoir
- Une batterie déchargée risque plus facilement d'avoir son électrolyte qui gèle.
- Une batterie Lithium, ne doit pas être hivernée avec une charge supérieure à 40 à 60 %.

Attention
La recharge d'une batterie au plomb dégage une quantité importante d'hydrogène ; il faut donc ne pas le faire dans un local sans ventilation et ne pas engager d'activité susceptible de provoquer des étincelles avant une aération complète.

Quelques généralités à connaître
1 - Ne pas hésiter à regarder la date de fabrication (généralement codée et cachée au milieu du numéro de lot) de la batterie que vous achetez ; en effet, elle se décharge (autodécharge) même si l'on ne s'en sert pas ! Si elle traîne depuis un moment chez votre revendeur, elle risque de ne plus être très en forme :
* en dessous de 12,6 V, elle perdra en efficacité et en durée.
* en dessous de 12,45 V, (plus que 60 % de sa capacité d'usage) elle ne retrouvera jamais sa pleine capacité.
2 - un des ennemis des batteries est leur augmentation de température :
* stockée à 30° C, elle se déchargera 2 fois plus vite qu'à 20° C,
* chaque augmentation de 10° C multiplie par 2 l'auto-décharge.
3 - le bon état des éléments électriques du bateau (alternateur, chargeur, câblerie, démarreur ...) va bien entendu participer à la longévité et au maintien des performances de vos batteries.


Une proposition
Un avenir durable amènerait à fabriquer et distribuer des batteries démontables.
En effet, dans une batterie, il n'y a qu'une partie des plaques qui s'use, l'autre étant comme neuve.
Ainsi, lorsqu'une batterie aurait perdu un peu de sa matière active, on pourrait :
- la vider de son électrolyte, en le réservant,
- la nettoyer de l'intérieur en enlevant la boue de sulfate de plomb accumulée au fond,
- remplacer la ou les plaques les plus "rongées" par l'acide,
- réintroduire l'électrolyte.
Une batterie ainsi traitée retrouverait un nouvel usage, même si sa capacité diminuerait un peu.
Une anticipation d'un circuit de réemploi plus élaboré permettrait dès la conception de pouvoir changer les plaques de plomb en échange standard.


Forum
Bravo pour votre démarche et la qualité de vos dossiers. Je me pose et vous pose une question : J'avais jusqu'à présent un parc de batteries AGM qui donné entière satisfaction mais qui est maintenant à bout de souffle. Dois-je reprendre cette technologie ou passer aux batteries Lithium dont les prix ont pas mal baissé ?
A.G
Réponse
Votre question est totalement d'actualité, car aujourd'hui, le prix des batteries Lithium avoisinent le double de celui des batteries AGM, à capacité égale.
Sauf qu'on peut mobiliser chaque Ah d'une batterie LiPo4 alors que seulement la moitié d'une batterie plomb, même dernière génération ! Dans les faits, cela signifie que si vous aviez un parc de 400 Ah, par exemple, un parc de 200 Ah en Lithium, vous offrira le même service...
Autre avantage du Lithium, le poids et l'encombrement sont divisés au moins par 2 et leur durée de vie est doublée.
Pour nous, c'est tout vu !
Par contre, pour plus de sécurité, rester,dans la gamme des LiPO4, et sur des modèles équipés de BMS.

Super votre page et votre site en général, ça change des forums ou blogs nautiques où dans le meilleur des cas, c'est du radio-ponton approximatif et dans le pire où vous vous faites insulter copieusement, si vous faites pas partie de la bande...
Pour en revenir aux batteries, vaut-il mieux (par exemple) mettre une grosse de 200 Ah ou 2 petites de 100 Ah que vous couplez ?

M.B

Réponse
Indéniablement, le couplage des 2 petites de préférence à une grosse.
Plusieurs raisons :
- moins de poids, lorsqu'il s'agit de les débarquer ou de les remettre,
- plus facilement logeables,
- une batterie étant déjà un assemblage de plusieurs accus de 2 V nominal, il n'y a aucune contre-indication à rajouter des éléments dans la chaine, sauf à avoir des câbles et cosses de connexions de mauvaise qualité.
Pour l'exemple, les batteries plomb tubulaires les plus performantes (et les plus chères) du marché sont des unités de 2 volts de forte puissance, que l'on relie en série et/ou parallèle pour obtenir les 12 ou 24 volts prévus pour l'alimentation des servitudes à bord.

Impeccable votre site, c'est devenu ma bible nautique !
Justement, à mon tour de vous poser une question sur les batteries : quelle est la différence entre un montage "série" et un montage "parallèle" ? Et lequel est préférable ?

G.G

Réponse
Pour reprendre les explications déjà évoquées sur cette page, les batteries telles qu'elles vous sont livrées, c'est à dire à l'intérieur d'un coffret étanche (généralement en bakélite), sont déjà un montage en série d'unités de 2 V nominal pour obtenir les 12 ou 24 Volts nécessaires.
Cela signifie que chacun des (+) est relié à chacun des (-) dans ce montage, les voltages de chaque élément s'additionnent, mais la puissance (capacité) reste celle de l'élément, même s'il y en a plusieurs !.
Le montage en parallèle se fait plutôt pour jumeler des batteries de même voltage pour augmenter la puissance (capacité) totale disponible ; en ce cas, le voltage reste celui de chaque élément mais les puissances s'additionnent.
On peut donc faire des montages à la fois "parrallèle" et "série" si l'on veut augmenter la puissance tout en augmentant le voltage de son pack batteries.

Génial et très didactique votre site, sincères félicitations !
A mon tour de vous poser une petite question quitte à passer pour un ignare, mais je sais qu'ici on ne m'enfoncera pas...
Quel intérêt d'avoir un circuit de batteries en 12 V ou en 24 V ?

Maxime G.

Réponse
L'intérêt de monter en voltage (24 V plutôt que 12 V) est qu'à puissance égale, l'intensité transportée par le circuit est plus faible (dans ce cas divisée par 2) ; cela limite les pertes en ligne par effet joule (*) lorsqu'on distribue l'électricité sur des longueurs signifiantes, ce qui n'est pas rare sur un bateau.
Son inconvénient est qu'il existe moins d'équipements électriques grand public (donc moins onéreux en prix) en 24 V qu'en 12 V.

(*) L'effet Joule est la manifestation thermique de la résistance électrique lors lors du passage d'un courant électrique dans un matériau conducteur.
Il est mis en valeur par la formule W = R x I ² x t
où :
W est la puissance dissipée sous forme de chaleur en Joules (J)
R est la résistance électrique du conducteur en Ohm
I est l'intensité en Ampères (A)
t est le temps en seconde (s).

L'auto-combustion des batteries Lithium a t-elle été maitrisé ? Parce que je me vois mal avec un feu à bord.
S.L
Que faites-vous avec vos batteries en hiver, parce que le LiPo4 ne supporte pas le froid (-20°C) ? Plus d'une fois, après coup elles sont mortes.
L.S
Pouvez-vous mettre le lien des batteries LiPo4 que vous avez choisies ?
N.G
Réponses groupées
1) La génération LiPo4, ne présente plus les mêmes risques que les premières Lithium-ion concernant l'auto-combustion.
2) Pour des températures très froides, aucune batterie n'apprécie, et les plomb, pas plus que les Lithium des températures en dessous de -20°. Une différence de poids, cependant : il est plus facile de manipuler pour les hiverner à bonne température, des batteries qui à capacité égale sont presque 4 fois moins lourdes, que des batteries au plomb...
3) Pour prix, modèles, etc... nous nous gardons bien de conseiller l'un ou l'autre car ces nouvelles générations sont trop récentes pour que je prenne la responsabilité de conseiller une marque ou une filière commerciale, sur lesquels on n'a pas suffisamment de recul... Pour calmer le débat là-dessus, et au delà de ce qu'avancent les commerciaux voulant vous vendre leur matos en débinant la concurrence... quasiment toutes les cellules sont fabriquées en Chine puis quelquefois assemblées en Europe ou ailleurs. Quelques BMS sont fabriqués ailleurs, mais cela reste marginal.
Alors, étudiez, comparez les notices... le risque n'est pas plus important que celui de prendre la mer !

Quelle est la garantie offerte par les distributeurs de batteries, selon leur type ?
J.B
Réponse
Les batteries sont des produits sur lesquels il y a beaucoup de problèmes de garantie ; en effet, on peut vous offrir une garantie à l'achat et ensuite vous déclarer (de bonne ou de mauvaise fois) que la batterie est devenue non opérationnelle suite à l'inobservation de règles de bonne utilisation et conservation (charge, taux de décharge profonde, nombre de cycles, température et temps d'hivernage...).
Faute de mouchard électronique sophistiqué qui doublerait le prix desdites batteries, il est impossible de prouver tout cela... alors cela reste un domaine d'appréciation.

Combien de cycles de recharge garantis, pour les différents type de batteries ?
H.R
Réponse
Chaque batterie est généralement fournie avec une fiche technique qui précise le nombre de cycles théoriques possibles selon le taux de décharge.
La température de la batterie au moment de la charge et de la décharge a également une grande importance et cela fait quelquefois l'objet d'un autre diagramme.


Autres liens connexes
la gestion de l'électricité à bord.
- la propulsion marine électrique.
- la régénération des piles alcalines.



[Amis du Canal de Givry] [Aventuriers du Web] [Ecologie au Féminin] [Ecologie Appliquée] [Esotérisme] [France Immo Express] [Immobilier Ecologique] [Santé & Ecologie] [Des Chevaux & des Hommes] [LEDs Distribution] [Voix des Amognes] [Mon Avis] [Musique Passion] [Nièvre Passion] [Ma sécurité] [Les Ferronniers] [E-nigmes]

Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.