Ecologie Solutions
MAISONS OSSATURE BOIS ou PARPAINGS BOIS

Maisons en bois


La nouvelle tendance des maisons en boisChaque année - ou presque - apporte son lot de nouveautés concernant l'usage du bois dans la construction, même si nombre d'inquiétudes écologiques subsistent, à bon droit, concernant l'origine du bois et l'usage intempestif de bois exotiques...
Les maisons en bois sont le standard de fabrication dans de nombreux pays (Pays du Nord, Pays scandinaves, Russie, Canada, USA...) ou les forêt de résineux sont courantes.
Elles reviennent à la mode en Europe grâce à leurs qualités d'isolation naturelle et contre toute attente, leur résistance au feu !
Ecologiquement, le bois est un matériau nécessitant peu d'énergie à la fabrication et à la fois complètement renouvelable par principe.
Si vous voulez que votre maison soit saine, il vous faudra utiliser des bois traités naturellement.


Nous attirons cependant votre attention sur le fait que beaucoup d'entreprises se sont lancées sur le créneau lucratif des maisons en bois (un peu comme pour le photovoltaïque) sans réelle maîtrise du sujet ; à l'arrivée il y a de nombreux déçus, avec des malfaçons et des procés interminables au menu ! Le rêve tourne alors vite en cauchemar...
Si vous avez un projet de maison en bois, nous ne pouvons donc que vous conseiller la vigilance la plus absolue pour le choix de votre constructeur, les garanties dont il faut s'entourer, et une connaissance minimum sur ce type de produit, pour exercer un contrôle efficace tout au long de sa construction.
Ce n'est surtout pas une aventure à mener "au feeling".
Vous voilà prévenu.

Ce dossier, s'il n'a pas la prétention d'être exaustif, vous aidera à mieux définir votre projet et à éviter certaines erreurs. Il a été réalisé par un groupe de travail n'ayant aucun intérêt ou implication dans la filière bois ou celle des constructeurs.


Les maisons en bois représentent environ 5 % du marché français.
Elles sont très rapides à construire (2 à 4 mois de moins qu'une maison maçonnnée) et leurs murs sont moins épais à résistance thermique identique.

Différents types de maisons en bois
- maisons à ossature bois (pour lesquelles les murs sont réalisés sous forme de poutres entre lesquels on peut installer un certain nombre de matériaux isolants),
- maisons en bois massif dont les murs sont réalisés sous forme de rondins ou poutres empilées,
- maisons sandwich à ossature bois utilisant des panneaux isolants contre-collés,
- maisons en parpaings de bois massif.

Attention, ne pas confondre la structure et le parement d'une maison : il existe des maisons en bois qui sont recouvertes d'un crépi et (qui ont donc la même apparence qu'une maison maçonnée) et inversement, des maisons maçonnées peuvent être recouvertes d'un bardage bois !


Avertissement !
Si vous avez un projet de construction de maison en bois et que vous craignez les champs électromagnétiques (électro-sensibilité), prenez la précaution d'utiliser des câbles blindés ou des gaines (et boitiers) graphitées pour constituer votre réseau électrique.
En effet les mesures comparatives faites entre ce type de construction (organique) et la construction traditionnelle (minérale) établissent que les champs rayonnés du circuit électrique (220 V - 50 Hz) y sont beaucoup plus importants !


Vidéo du géobiologue Christophe Garnier,
mettant en relief l'interaction entre le bois et les champs électriques.

Forum sur ce sujet
J'ai une maison ossature bois de 10 ans et les valeurs de champs électriques me font peur : c'est incroyable, un minimum de 150 V/ m partout !
Je ne vois pas vraiment ce qu'il est possible de faire, peut-on relier l'ossature à la terre ?
Est-ce une solution à moindre coût ?

Nils M.
Réponse
Vous pouvez toujours relier l'ossature à la terre, mais du bois sec n'est pas bon conducteur électrique, alors que d'un autre côté il amplifie l'irradiation des champs électriques, cela ne changera donc pas grand chose !
Pas de solution à moindre coût donc, il vous faut en passer par le changement de votre araignée électrique pour du blindé, ou plus simplement les gaines et les boitiers de raccordement pour du graphité...
Vous pouvez toujours limiter les dégâts en installant des bio-rupteurs sur les circuits des chambres.
Nous alertons depuis longtemps sur les risques électriques liés à ce type de construction lorsque des mesures adaptées mais onéreuses n'ont pas été prévues à la construction, mais la mode immodérée pour les maisons en bois à tout emporté sur son passage !

Pour en savoir plus :
- Consultez l'ouvrage "Construire une maison non toxique" qui traite de façon détaillée des risques et solutions en faisant un inventaire précis de toutes les sources électro-magnétiques que l'on peut trouver dans une maison ou un appartement :
Comment construire une maison non toxique

- Consultez la page sur les champs électromagnétiques.

2éme avertissement
La construction d'une maison en bois digne de ce nom est affaire de spécialiste et fait appel à de nombreux savoir-faire fondamentaux qui ne s'improvisent pas et ne s'apprennent pas sur Internet ou dans des livres, aussi bien faits soient-ils.

Ceux qui munis que de leur seule bonne volonté s'y sont souvent cassé la patience, le budget, et quelquefois leur couple pour un résultat pas toujours satisfaisant.
Dépassement du budget (+ 30 à 50 %), des délais prévus (+ 50 à 150 %), nombreuses malfaçons non couvertes par les assurances... resrent malheureusement monnaie courante.
Ne parlons même pas de la cohérence écologique de l'ensemble du projet.

Nous vous conseillons donc à minima de choisir :
- un architecte spécialisé dans ce type de construction, et pouvant justifier de plusieurs réalisations que vous aurez pris le temps de visiter avec évaluation sincêre du retour de satisfaction des propriétaires (attention aux complaisances, quelquefois de mise contre d'éventuels avantages...) Hé oui, cela existe aussi dans le milieu écolo !
- un constructeur spécialisé dans le type de construction en bois que vous aurez choisi, présentant toutes les garanties (décénale, assurances...) et pouvant vous certifier un prix et un délai.
- un artisan spécialisé dans ce type de maisons en bois, présentant souvent moins de garanties, mais qui pourra au moins coordonner correctement le chantier.
Enfin, et ce n'est pas le moindre des conseils, prenez vraiment le temps de prévoir et de budgétiser à l'avance toutes les options hors déco, c'est souvent la principale cause de surcoûts et de retards importants.
Ces précautions prises, vous mettez les chances de votre côté pour un chantier sans trop de déconvenues.


Fondations
Il faut vérifier le drainage naturel, les pentes avant d'installer le chantier et commencer les fondations.
La maison en bois est à poser sur des fondations de type traditionnel, ou encore mieux sur un chaînage isolant (type monomur), voire sur pilotis, ce qui est la solution la moins impactante sur l'environnement et certainement la plus stable dans le temps.
Normalement, même dans le cas de l'ossature bois, les travaux de fondation, les pilotis (mais il en existe en métal), plots, murets périphériques sont souvent exécutés en maçonnerie traditionnelle.

La largeur de la semelle est de l'ordre de 50 cm, celle-ci permet de supporter facilement 2 étages. La profondeur de la fondation dépend généralement de l'altitude avec un minimum de 50 cm. On y ajoutera 3 mm de profondeur supplémentaire pour 10 mètres d'altitude.
altitude (m) 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000
profondeur (cm) 53 56 59 62 65 68 71 74 77 80

Ne pas oublier de prévoir l'assainissement le cas échéant : terrassement et mise en place des sorties de buses, étanchéité et raccordement.


Vide sanitaire et dalle
Le chaînage bas est constitué de préférence avec de la brique alvéolée en terre cuite qui présente une relativement faible résistance thermique mais une excellente inertie tout en étant perméable à la vapeur d'eau.
Seule une maison à briques à alvéoles restera quasi intacte même après avoir subi une inondation ! On la trouve sous les appellations Monomur, Biomur, et quelques autres...
Pour jouer la carte écologique jusqu'au bout, le vide sanitaire peut être rempli de galets qui évitent les remontées d'humidité, sont très stables et souvent faciles à trouver en local.
Les réseaux et canalisation y seront facilement intégrés.
La dalle intérieure peut être également réalisée en mortier de chanvre.


Avantages du bois
Ce matériau disponible en grande quantité est robuste, se travaille facilement tout en étant un bon isolant naturel.


Maisons à ossature bois et panneaux
De plus en plus de français adoptent ce genre de construction à base de panneaux sandwich.
Certaines sont fabriquées au Canada sur plan (très en avance sur ces techniques de construction bois), transportées jusqu'en Europe et montées sur place comme un mécano.
Les éléments de l'ossature des murs sont composés de lisses, montants, linteaux et parfois de quelques traverses. Les sections des montants sont de 46 x 122 ou 46 x 147 mm.


Maison en panneaux sandwich bois en phase de finitions.


calpinage
Première couche d'isolation sur une paroi de maison à ossature bois La répartition des montants souvent appelée "calpinage" doit respecter les dimensions des panneaux extérieurs type "OSB" (panneau multi-usage constitué de lamelles orientées de bois résineux disposées en trois couches croisées d'où son nom technique d'OSB3). Il dépend entre autre des descentes de charges et de la zone de l'exposition aux vents où est construite la maison. En général, les entraxes des montants sont de 600 mm et de 400 mm pour les murs des étages inférieurs.
Au-dessus des linteaux, les sections des montants seront alignées avec celles des montants bas pour maintenir la trame de calpinage de 600 mm.
(Ces 600 mm sont justement la largeur standardisée de la majorités des isolants mur que l'on trouve sur le marché ; renseignez-vous avant, car certains sont en largeur de 575 mm !)

équilibrage
Pour équilibrer les descentes de charges, on place 2 linteaux aux 2 nus des montants ou un linteau d'une section suffisante pour combler l'épaisseur du mur. Un linteau de 45 x 220 mm sur une longueur de 1,80 m reprend une descente de charges de 1,5 tonnes. Un élément de mur de 120 cm pèse environ 80 kg (entre 20 et 25 kg /m²) manipulable par 2 hommes.

contreventement
Coupe 1 d'une paroi d'une maison à ossature bois Les panneaux de contreventement sont cloués à l'ossature avec des clous cannelés galvanisés de 60 mm espacés de 15 cm en périphérie et de 30 cm sur les montants intermédiaires. Le contreventement sera un panneau de type contreplaqué résineux de 8 à 12 mm ou de type OSB 3 (de dimension standard 122 cm x 144 cm). Préférez un panneau de largeur identique au BA 13 (120 cm).

ceinturage
La lisse de ceinturage se pose une fois les murs de l'étage posés. Elle participe au contreventement du plan supérieur du niveau. Dans le cas d'une construction avec des éléments de mur de 120 cm (largeur d'un panneau), la lisse maintiendra la linéarité de l'ensemble des murs. Dans un angle de mur, il est nécessaire de croiser la lisse haute du mur avec la lisse de ceinturage.

fixation au sol
Identique à la fixation de la lisse basse, elle se compose de chevilles métalliques de 140 x 8 mm avec au minimum une cheville tous les 2 mètres. Il est préférable de croiser les chevilles de la lisse basse avec celles de l'ossature pour un meilleur ancrage. En ajoutant quelques tire fonds de 80 mm on obtient un ancrage au sol satisfaisant.

Note de François Crasnier :
Je suis technicien en construction bois et je souhaite apporter des précisions sur ce système constructif :
- le panneau OSB, ("Triply" est une marque) reprend une partie du contreventement, il peut être nécessaire d'apporter d'autres dispositifs de contreventement tel que des poutres auvents, feuillards métalliques, le plancher OSB peut également contribuer au contreventement de la structure.
- la lisse de chaînage ne contribue en aucun cas à la stabilité au vent.
- les linteaux ne supportent pas uniquement les charges permanentes des murs, ils peuvent être amenés à supporter des charges climatiques, neige (en vertical), et vent (en horizontal) ; de plus une charge de 1,5 tonne peut être répartie ou ponctuelle.
Les systèmes décrits ne sont pas faux mais imprécis (comme l'OSB cloué tous les 15 et 30 cm sont des minimum ; on peut être amené à réduire cet espace).

Le bardage
Installation du pre-pluie sur les parois d'maison à ossature bois (selon prescriptions DTU 41.2 « revêtements extérieurs en bois » de juillet 1996 complété par l’avenant de novembre 2001)
a) Le pare-pluie
La pose d’un pare-pluie est obligatoire, sauf sur un mur en béton banché ou si la façade est déjà étanche. Utiliser un pare-pluie spécifique résistant aux U.V. si le bardage est posé à claire-voie.
b) Tasseaux d’ossature
L’épaisseur minimum des tasseaux d’ossature est liée à l’entraxe entre ces tasseaux.
L'utilisation de tasseaux de 25 x 45 mm avec un espacement entre tasseaux de 60 cm (maximum) est conseillé.
c) Lame d’air ventilée
L’air doit pouvoir circuler sans entrave entre le pare-pluie et le bardage. Une ventilation haute et basse doit être ménagée d’au moins 50 cm2 par mètre linéaire de façade, soit un jour d’environ 6 mm. Dans le cas d’une pose verticale, il est indispensable de prévoir deux réseaux perpendiculaires de tasseaux pour le passage de l’air de bas en haut.
Coupe 2 d'une paroi d'une maison à ossature bois d) Parties basses
Le bardage ne doit pas se trouver à moins de 20 cm du sol fini pour ne pas être humidifié par les eaux de rejaillissement.
e) Lames de bardage
- Hygrométrie
Avant la pose, contrôler l’humidité des bardages qui doit être d’environ 20 %.
Pour parvenir à cette hygrométrie, les lames de bardage doivent être stockées à l’extérieur, bien ventillées, mais sous abri, au moins 15 jours.
- Coupes
Toutes les coupes d’un bardage (encadrements d’ouverture ou angles) doivent être retraitées ou repeintes, même si elles ne sont pas visibles.
- Fixations
Pointes annelées (ou vis) en INOX A4. La pointe doit pénétrer d’au moins 20 mm dans le support.
- Cintrage
Le cintrage des lames de bardage est possible pour un rayon minimum de 8 m environ (suivant le type de profil - se renseigner).
Les durées de vie des finitions sont diminuées par le cintrage du bois.
- Cornière d’angle
Toutes les coupes d’un bardage (encadrements d’ouverture ou angles) doivent être retraitées ou repeintes, même si elles ne sont pas visibles.


Maisons à ossature bois sectionnelle
Traditionnellement la construction d'une maison se fait selon le même ordre :
- les fondations,
- les murs extérieurs périphériques,,
- puis la charpente.

Principe de l'ossature sectionnelle
Il s'agit d'un brevet français déposé par la jeune société française "Osébois" installée dans le Cher.
La maison est « découpée » en sections (la même section est composée de l'élément de plancher, de mur extérieur et de charpente correspondant)
La structure est ensuite répétée, afin de constituer le squelette de la maison.

Maison à ossature bois sectionnelle Osebois
Usages
La plupart des formes de pavillon est envisageable, le principe étant celui de la fermette industrielle, partout où cette technique est applicable la M.O.S. l'est (les maisons à toit terrasse, les faibles pentes, les maisons avec étages…). Seule contrainte : les trop grandes portées doivent être reprises par un mur de refend.
Comme la construction de M.O.B. classique, les longs murs extérieurs doivent être renforcés par des cloisons perpendiculaires afin d'empêcher leur déformation sous la poussée du vent. De même il n'est pas plus possible en M.O.S. qu'en M.O.B. d'ouvrir trop de larges baies qui limitent l'action du voile travaillant (il faut plus d'OSB que d'ouvertures).

Fabrication
Les structures sont fabriquées par des ateliers de fermettes industrielles indépendants.
Les pignons sont traités selon le même principe, leur structure est fabriquée en atelier, à plat.
Les ouvertures sont faites ensuite par découpe des structures, en façade et, ou en pignon, les jambages sont renforcés, le linteau s'appuie dessus.
Possibilité de créer de larges baies puisque la technique ne limite pas la taille des ouvertures.
Le bois utilisé pour l'ossature est normalisé NF, traité classe II (obligation légale), de bonne qualité mécanique (CE 24).
La construction est cadrée par les DTU : la section d'un seul jambage est suffisante pour transmettre les charges du bâtiment, l'ensemble des efforts mécaniques des maisons est calculé pour garantir une absolue sécurité.

Montage
L'ossature ainsi créée est contreventée dans sa partie charpente comme une charpente industrialisée classique, les murs extérieurs sont contreventés par un voile travaillant (panneaux d'OSB3).

Détail d'une section de maison à ossature bois sectionnelle Osebois

Avantages
- les structures des M.O.S. (maisons ossatures sectionnelles) sont manu-portables, elle ne nécessite pas d'engin de levage, une fois livrées sur le chantier, il suffit de les redresser sur les lisses basses fixées sur des longrines béton, ou sur une dalle. Elle s'adapte aux dénivellations du support (pas de problème du à l'état de la surface).
- le fait qu'elles soient parallèles entre elles permet d'avoir une continuité de l'isolant, sans présence de lisse haute, pas de rupture d'isolant entre les parties verticales et horizontales.
- l'habitacle est entouré d'isolant (entre les solives : 25 cm, entre le voile travaillant externe des murs et le parement interne : 30 cm, au dessus du plafond : 40 cm.
- il n'y a plus de ponts thermiques grâce au double jambage qui permet d'avoir des couches isolantes sans rupture et l'écartement des jambage est réglable, sans surcoût permettant de passer des isolants plus épais type botte de paille. L'épaisseur de l'isolant n'est plus tributaire de l'épaisseur des montants.
- au niveau phonique : puisque chaque jambage porte son voile (OSB à l'extérieur, plaque de plâtre à l'intérieur), lorsqu'un voile vibre, il ne transmet pas la vibration à l'autre.
- la section réduite des montants, leur faible épaisseur permet au bois de sécher plus rapidement s'il se ré-humidifie,
- il est inutile d'utiliser des bois parfaitement rabotés et chanfreinés sur les 4 faces.

Coût
Ce type de construction ne revient pas plus cher qu'une construction traditionnelle en agglos, par exemple.


Maisons en rondins ou fustes
Un autre type de maison en bois commence à faire des adeptes en France : la maison de rondins.
A l'origine, plutôt réservée à des constructions sommaires de type cabane, les modèle actuels, souvent fabriqués dans le Jura ont des surfaces au sol pouvant dépasser largement les 100 m².


Vaste et confortable maison en rondins



Murs en bois cordé
On peut aussi monter les murs avec des rondins de bois, maçonnés avec un mélange de chaux naturelle et de sciure, en parement extérieur et intérieur, et remplis avec un mélange sable et sciure au milieu.
Le mur se monte comme une corde de bois avec un isolant entre les bûches et du mortier aux deux bouts.Vu de face, il présente les extrémités des bûches.
Un des avantages de cette technique est qu'une fois monté, le mur est terminé; pas de bardeau à poser, pas de peinture à faire et il a naturellement un aspect rustique et chaleureux, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur..
Le remplacement de certains rondins par des bouteilles de verre, peut agrémenter l'ensemble, tout en amenant des touches colorées et lumineuses.


Mur réalisé en bois cordé


Maisons en bois cordé
A ne pas confondre avec la construction de bois rond ou rondins, la maison de bois cordé utilise des bûches et non des billots entiers.
Particulièrement économiques, les cordes de bois demandent cependant un bois très sec lors de la construction.
Le mortier est composé de sable, de sciure, de ciment et de chaux.
La force du mur est assurée par les joints et le mortier et non pas par les bûches.
Le bois cordé peut aussi être utilisé pour la cave, mais il est nécessaire de se renseigner sur la densité du sol, car certains terrains sont trop mous pour supporter son poids.

calendrier
On choisira de préférence l'été pour construire sa maison se laissant le temps de l'automne pour exécuter les finitions.
Ce type de construction exécuté à 2 peut avancer d'environ 3 m² par jour, soit entre 6 à 8 semaines pour faire une maison d'une centaine de m². Cette taille étant généralement suffisante, avec une mézanine, pour un couple ou une petite famille.

charpente et toit
Il est conseillé de construire la charpente et le toit dès le départ est une excellente idée, pour protéger le chantier des intempéries et abriter vos outils et les matériaux.

huisseries
Prévoyez à l'avance l'encastrement de vos portes et fenêtres qu'il est conseillé de monter au cours de l'édification du mur.
En cas de réemploi de matériaux de récupération prenez soin de les avoir sur le chantier pour vérifier par leur présentation, qu'ils s'intégreront facilement aux ouvertures que vous avez réservées.

le bois utilisé
N'importe quelle sorte de bûche et essence de bois fait l'affaire pour ce type de construction (bûches fendues, non-fendues, rondes, carrées, poteaux de téléphone, piquets d'acacia, etc.)
La seule condition est qu'il soit très sec (l'arbre que vous couperez vous-même prendra plusieurs années à sécher complètement...)
Il ne faut pas rechercher systématiquement les grands diamètres et si une grosse bûche présente est fendue, il est conseillé de la fendre complètement.
Au contraire, les petites bûches se transportent mieux, sont moins lourdes et travaillent moins que les grosses une fois le mur terminé.
La quantité de bois à prévoir, (pour 100 m²) avec des bûches de 40 cm de long (équivaut à une isolation de R-20), demandera environ 9 cordes, en calculant qu'une corde couvre environ 9 m². Dans ce calcul, les "pertes" sont comptées, c'est-à-dire les ouvertures (portes et fenêtres).

électricité
On peut passer le réseau électrique entre les bûches dans les murs, tout en sachant qu'il ne sera plus accessible ensuite.
La solution de le faire longer le mur par le plancher et le dissimuler après pallie cet inconvénient.

le mortier
Chaque constructeur a sa recette de mortier. Posé sur une largeur d'environ 10cm aux extrémités des bûches, la partie intermédiaire (environ 20 cm) est remplie d'un isolant naturel (le plus souvent un mélange sable-sciure).
Voici une recette de base : 5 portions de sable, pour 4 portions de sciure, avec 2 portions de ciment et 1 portion de chaux.
La sciure, par ses qualités d'absorbsion, empêche le mortier de sécher trop vite, et évite donc qu'il ne craque ensuite.
Il est cependant recommandé de mouiller le soir, la partie du mur édifiée dans la journée pour l'humidifier et pour la lisser. Le lissage se faisant avec un gros pinceau, en insistant sur la jonction bûches / mortier

En cas d'apparition de fentes ou craquelures autour des bûches après un certain temps, il existe des solutions :
- enduire par chaulage le mur où la chaux remplira les petits trous, créera une paroi "complète", de façon naturelle. (cette solution modifiera l'aspect cordé du bois et rendra le mur uniforme).
Libre à vous ensuite de recouvrir ce support de chaux par un enduit naturel, à base de pigments, colle de lapin, lait, blanc d'oeuf, etc.
- recouvrir le mur de stucco.
- bardage du mur (en jointif avec couvre-joint, avec joint feuillure, ou recouvrement...).

Attention
Pour éviter qu'un jour s'ouvre autour de vos bûches, après séchage, il faut veiller à ce que le mortier adhère bien à chaque bûche, en le faisant déborder un peu sur celles-ci pendant la construction. Ne pas sauter la phase de lissage.
On peut aussi planter des clous autour des extrémités pour bien faire adhérer le mortier.

isolation
Il faut la mettre en oeuvre l'isolation entre les bûches en même temps que l'édification du mur, car ensuite c'est plus difficile, sauf à employer de la cellulose liquide sous pression (voir page consacrée à l'isolation).
Laine minérale, sciure traitée à la chaux, Zonolite, billes de styrofoam, la ripe sèche... Les matériaux en vrac remplissant mieux les cavités que la laine minérale, ils sont le choix préféré des auto-constructeurs.

étanchéité
On assure l'étanchéité des murs de bois cordé en huilant les extrémités des bûches (sur environ 7 cm), par trempage dans un volume d'huile à moteur 10W/30 neuve (uniquement pour la couleur et de l'huile usagée bien filtrée fait autant l'affaire !) et un volume d'essence ordinaire sans plomb.

chauffage
Une véranda vitrée au sud permettra la récupération passive de l'énergie solaire en hiver.


Maisons en madriers de bois
Couverture d'un chalet en bois madriers Appelé aussi chalet de bois, il s'agit là d'un véritable jeu de construction pour adultes !
Cette technique qui peut être mise en oeuvre en auto-contruction permet à un couple d'édifier sa maison en quelques semaines (même avec un étage), sur une dalle (avec vide sanitaire) préparée à l'avance en faisant appel à l'aide ponctuelle d'une bande de copains ou de se faire livrer sa maison clés en main.
La conception et la fabrication assistée par ordinateur permet de vraiment réaliser une maison sur mesure, selon son budget, ses besoins, les conditions climatiques du lieu d'implantation et les choix des matériaux de second oeuvre...

étude et plans
- le bureau étudie avec vous les paramètres de votre projet de construction : surface, orientation, nombre taille et disposition des pièces, équipement de chauffage ventilation, électricité, plomberie...
- le projet est ensuite optimisé en éco-conception selon 12 indicateurs avec un logiciel conçu avec le CTBA,
- le chiffrage du coût de la construction est alors effectué,
- vous avez une projection en 3 D de votre future maison.

matériaux
ossature : pin traité contre les insectes et les champignons avec un cocktail en phase aqueuse (sans solvants), mais un traitement bio est en cours d'étude.
isolation : traditionnelle : polystyrène, mouse de polueréthane, laine de verre et ses alternatives écologiques : fibre e bois, ouate de cellulose...

Détails élément construction d'un chalet en bois madriers Détails élément construction d'un chalet en bois madriers


fabrication
C'est le logiciel SEMA qui prend le relais et assure la mise en production du plan final.
Toutes les pièces sont alors taillées et usinées au millimètre près par des machines numériques de 32 m de long dernière génération (centre d'usinage 5 axes).
La même machine outil fabrique au fur et à mesure des étiquettes numérotées agrafées automatiquement à chaque pièce usinée afin de la différencier des autres.
Les chutes de bois sont limitées par optimisation numérique et celles qui restent sont éco-recyclées.
Les pièces de bois sont pré-percées pour le passage des câble électriques et l'encastrement des prises.

Pré-perçage électricité dans construction en bois madriers Panneaux isolants d'une maison en bois madriers


construction
Une fois la dalle réalisée sur vide sanitaire et les réseaux sol étant passés ou réservés, tous les éléments de la maison sont livrés sur le chantier.
L'assemblage sur site s'effectue en suivant un plan de construction étape par étape livré avec le bois, et le reste est une histoire de méthode, de patience et de précision...
Le temps de construction est de moins de 2 mois pour la version "clés en main".
Et de quelques semaines (dalle mise à part) pour le clos et le couvert, si vous optez pour l'autoconstruction.

Distribution des pièces maison en bois madriers


Prix
3 formules existent, puisqu'il s'agit de "sur-mesure" :
- en kit : environ 800 € / m² selon les options,
- formule carcasse : environ 1000 € / m² selon les options (avec ou sans dalle) comprenant le montage de la structure mais laissant le second oeuvre à votre charge,
- clés en main : entre 1300 € et 1500 € / m² selon les options, livrée prête à l'emménagement (hors décoration).

Couverture d'un chalet en bois madriers Couverture d'un chalet en bois madriers


Conseils
- choisir une entreprise possédant une garantie dommage et une garantie décennale (elles sont peu nombreuse en matière de construction bois),
- ne jamais utiliser une pièce pour une autre, et ne pas les recouper (si cela ne va pas, c'est que vous vous êtes forcément trompé quelque-part !)


Maisons en dômes
Voir page spécifique : Maisons rondes, dômes et yourtes...


Maisons en parpaings de bois
Basée en Corse, la société Kallisté Eco Forêt propose ce nouveau matériau de construction à la fois écologique et innovant, primé au concours des frères Lumière et par l'Association Nationale de Valorisation de la Recherche (ANVAR).
Le brevet est déposé et bénéficie d'un classement par le centre technique du Bois.
Dans l'esprit de beaucoup de gens, le bois à utiliser doit être d'une parfaite rectitude, mais le "parpaing bois" est constitué à partir de bois de rebut, et même les chutes de sciage peuvent être récupérées.

A l'origine du projet, Jacques Soux, également responsable de gestion forestière, se préocupe des gaspillages occasionnés sur les bois tordus ou qui ont connu des problèmes de croissance et réfléchit à un usage du surplus de bois de mauvaise qualité mis sur le marché en raison des tempêtes de 1999-2000.
Ses réflexions l'amènent à concrétiser son idée de récupérer cette matière première en la transformant en un nouveau matériau de construction, un parpaing de bois massif.

fabrication
Elle favorise l'amélioration de l'entretien et de la protection des forêts grâce à une meilleure gestion des espaces forestiers.
Le parpaing en bois ne se limite pas aux essences régionales, il s'adapte pour tous types de bois.

présentation
Le produit se présente sous la forme d'un bloc de 50 centimètres de long et 20 centimètres de large et ressemble à un parpaing traditionnel. Sauf qu'il s'inscrit parfaitement dans une démarche de Haute Qualité Environnementale et offre tous les avantages du bois.



avantages
- écologique,
- renouvelable,
- bonne résistance parasismique,
- résistance au tassement du sol,
- matériau plus léger qu'un parpaing en béton (140 kilogrammes au m² contre 400 kg),
- pas besoin de traitement de protection particulier à l'extérieur ou à l'intérieur (le bois se patine avec le temps),
- résistance naturelle du bois au feu,
- résistance à l'humidité (la surface du parpaing gonfle au contact de l'eau en créant une protection supplémentaire),
- bonne réaction au vieillissement,
- supporte bien les fissures (contrairement à son homologue en béton).

utilisation
Ce parpaing reproduit les mêmes caractéristiques que les diverses autres applications du bois dans la construction, il n'est donc pas sensé poser de problèmes notables à l'architecte dans ses divers calculs lors de la conception.
De plus le parpaing bois se marie bien avec d'autres matériaux, la pierre notamment, mais aussi le béton.
Par exemple, un mur de parpaings peut être très bien accolé à des piliers de bétons, les deux matières sont ensuite reliées par fixation.
Il suffit juste de créer des embrasements dans le pilier, des encoches, afin d'y incruster les extrémités des parpaings.

Le parpaing en bois massif se suffit à lui-même, ses caractéristiques permettent de créer des angles. Les professionnels habituels de la construction (les maçons) moyennant une formation rapide peuvent le mettre en oeuvre sans difficulté.
Ils s'empilent comme des parpaings en béton, en quinconce, mais leur mode de fixation diffère puisqu'ils sont vissés entre eux, tandis que les joints sont recouverts par du mastic naturel.
Cette disposition permet, de gagner du temps à la réalisation puisqu'il n'y a pas de temps de séchage !

précautions
- usage homologué pour l'instant que pour des logements ou des habitations ne dépassant pas un étage.
- prévoir en amont les éventuelles réticences des services d'urbanisme de collectivités concernées. A ce niveau, les réactions des responsables administratifs peuvent être variables, même si rien n'interdit de construire en bois.
Un accord cadre «Bois, Construction, Environnement», signé en 2001 entre 8 ministères, l'ADEME et 9 organisations professionnelles du bâtiment et du bois, prévoient d'ailleurs une augmentation de 25% des parts de marché du secteur Bois dans le bâtiment, les faisant passer de 10 à 12,5 %.
« Si l'interlocuteur à la mairie n'a rien contre le bois, il ne devrait pas y avoir de problème, s'il a un a priori négatif en revanche, il faudra défendre son projet ».

Autre système
Briques en bois à base de Douglas de fabrication française

Système de montage de murs en briques de bois Douglas

briques de bois Douglas


Pour en savoir plus
Avant d'engager tout projet de maison en bois, pour éviter les mauvaises surprises ou les désillusions, nous vous recommandons de consulter l'ouvrage : "Construire en bois, quelles solutions choisir ?"
Paru chez Edisud, dans la collection "Le Choix Durable"
Construire en bois, quelles solutions choisir ?


News
La maison bois poursuit sa croissance
Après avoir triplé le nombre d’unités annuelles en moins de dix ans, le secteur de la maison bois pourrait accélérer sa croissance ; selon une étude de Xerfi on prévoit 22.000 nouvelles constructions en bois chaque année d'ici à 2014. Mais la filière devra évoluer et faire baisser ses prix car ce type de maison reste encore de 10 à 20 % plus cher que la moyenne.

Liens connexes
- Le contrat CMI
- Risques éléctromagnétiques liés au bois
- Peintures écologiques
- Maisons de paille
- Maisons rondes, dômes et yourtes...

Lexique de la construction en bois

Arbalétrier : élément de ferme incliné suivant la pente du comble et recevant les pannes ou les liteaux.

Bardage : Revêtement extérieur de façade en bois, ardoise ou métal fixé mécaniquement sur une ossature.

Bardeau : Pièce en bois de petites dimensions utilisé comme matériau de couverture ou de bardage.

Cavité : Volume entre les éléments de l'ossature, fermé par ceux-ci et les matériaux de parement directement appliqués. Il peut être rempli ou non par un isolant. On distingue les cavités fermées des cavités ouvertes dans laquelle il y a circulation d'air.

Chaînage : élément de structure continu ou rendu tel, fixé sur les parois porteuses.

Contreventement : Dispositif constructif ayant pour fonction de stabiliser le bâtiment.

Clin : élément constitutif de bardage posé à recouvrement horizontalement, verticale ou en biais.

Durabilité : Ensemble de propriétés (chimiques, physiques, anatomiques) naturelles ou artificielles, conférées par un procédé quelconque, que possède un bois pour résister aux atteintes biologiques (insectes, champignons).

Durabilité Naturelle : Il s'agit de celle d'un bois, dans des conditions données, en l'absence de tout traitement de protection.

Echarpe : Pièce de bois oblique participant au contreventement.

Elément de mur : Ensemble généralement composé de montants et traverses assemblés ou non avec des parements. On distingue :
- ceux ouvert composés de montants et traverses contreventés en usine sur lesquels l'isolant et les parements sont installés sur chantier.
- ceux fermés composé de montants et traverses avec isolant et parements intérieurs et extérieurs entièrement mis en oeuvre en usine.

Elément de structure : Partie d'ouvrage travaillant sous différentes sollicitations :
- éléments principaux dont l'effondrement totale ou partielle compromet la stabilité d'une construction sous les charges qui lui sont appliquées (montants, solives.)
- éléments secondaires dont l'effondrement n'a pas d'incidence sur la stabilité des éléments principaux (contreventements).

Encorbellement : construction en porte-à-faux (étage supérieur en surplomb).

Entrait : (ou “tirant”) élément de structure reliant les arbalétriers.

Essentage : Les poutres du colombage ou une partie de la façade sont recouvertes d'ardoises ou de bardeaux pour les protéger de l'humidité et du feu.

Etrésillons : élément de faible longueur reliant des membrures, les arbalétriers ou les entraits.

Ferme : Pièce de charpente soutenant directement les pans du toit en façade du pignon.

Frein-vapeur : film respirant pas totalement étanche à la vapeur d'eau.

Grenier-étente : grenier ouvert utilisé par les teinturiers pour faire sécher les Pièces de tissu.

Humidité relative du bois : Rapport exprimé en pourcentage, entre la quantité d'eau contenue dans une Pièce de bois et le poids anhydre de ce même bois.

Inertie thermique : Capacité d'un matériau ou d'une construction à maintenir stable sa température intérieure malgré les variations des températures extérieures ou de l‘ensoleillement.

Lasure : Produit pigmenté, laissant apparaître les veines du bois, non pelliculaire, pour rehausser et conserver l‘aspect du bois. Ce type de produit ne nécessite pas de décapage des couches précédentes, lors de son entretien.

Lisse basse (ou semelle) : élément de liaison entre les fondations et le plancher, ou, entre le plancher et les murs.

Lisse haute : voir chaînage.

Module Tridimensionnel : Volume composé d'éléments tels que plancher, murs plafond, cloisons, toitures, entièrement fabriqués et assemblés en usine.

Montant : Pièce de bois verticale d'un élément de structure.

Ossature : Ensemble des montants et traverses composant un élément de mur. Définit également un ensemble de solives et entretoises composant un plancher.

Panne : Pièce de bois posée sur les arbalétriers ou sur les murs porteurs et qui leur transmet les charges de la couverture.

Panneau dérivé du bois : Panneau d'origine ligno-cellulosique comprenant : les panneaux de particules, les contreplaqués, les panneaux de fibre, les panneaux lattés...

Parement : Surface visible extérieure ou intérieure d'un mur qui peut recevoir un revêtement décoratif ou protecteur : peinture, enduit. bardage... ou rester en l'état si sa surface est destinée à être apparente.

Pare air : Matériau mis en oeuvre conjointement avec les parements ou les pare pluie et pare vapeur pour assurer l'étanchéité à l'air des ouvrages.

Pare pluie : Matériau utilisé sous le revêtement extérieur du mur comme protection contre le passage de l'eau. Il reste cependant perméable à la vapeur.

Pare vapeur : Matériau mis en oeuvre sur la face chaude de la paroi destiné à limiter la transmission de la vapeur d'eau.

Pigeart : Poteau supportant l'encorbellement.

Planche : Pièce de bois dont l'épaisseur est comprise entre 22 et 41 mm.

Plancher : élément de structure horizontale destiné à séparer une construction en plusieurs niveaux.

Plénum : Espace situé entre deux parements de paroi.

Poteau : Pièce de bois verticale supportant une structure.

Revêtement : Elément recouvrant le parement d'une paroi et permettant de la consolider, de l'isoler ou de la décorer (enduit, peinture, bardage, papier peint, carrelage, parquet...)

Sablière : poutre horizontale soutenant un étage.

Solive : Pièce de bois recevant le support de revêtement de sol et éventuellement le plafond.

Solive de rive : Pièce de bois continue reposant sur la lisse haute (chaînage).

Traverse : Pièce de bois continue assemblée à chaque extrémité des montants dans un élément de mur.

Voile Travaillant (ou contreventement) : Ouvrage en plaque (OSB le plus souvent) associé à une ossature.


Forum
A vous lire, et après avoir recoupé de nombreuses expériences relatées sur la toile, ou disséquées dans des magazines TV sur le sujet, je m'aperçois que la construction d'une maison en bois n'est pas une longue balade tranquille ! Je ne veux pas confronter à cette épreuve ma vie familiale et me mettre à l'abri de mauvaises surprises. N'existe-t-il pas maintenant suffisamment de maisons en bois déjà construites et habitées pour pouvoir les acheter sur le marché de l'immobilier et comment les trouver ?
Bernard.
Réponse :
Ce marché commence à exister, et c'est effectivement l'occasion de s'offrir une maison en bois "opérationnelle" et pour un prix "définitif". Le meilleur support pour accéder aux offres pour ce type de bien, reste "l'Immobilier Ecologique"

Dossier très intéressant, qui nous a permis de faire évoluer notre projet de maison en bois et de sortir du rêve pour mieux maîtriser la réalité : un investissement qui nous engage pour 20 ans et nos futures conditions de vie sur au moins la même période. Merci à vous.
Anne et François J.

Je viens de voir un magazine sur W9, présentant le suivi de 3 chantiers de construction de maisons en bois dont une en paille et je dois dire que cela m'a fait peur. Aucune maîtrise technique, d'organisation, de budget, de délais et un manque de cohérence écologique évident... Le tout aboutissant à un véritable calvaire pour le bâtisseur et sa famille. Franchement cela ne donne pas envie de se lancer dans l'aventure et je comprends mieux maintenant votre avertissement.
J'ajoute que j'avais vu quelques semaines avant le même type de magazine sur M6, qui mettait en lumiêre de nombreuses malfaçons, alors que le chantier maison de paille était suivi par Jean-Pierre Oliva, présenté comme un spécialiste de ces constructions... Je ne veux pas être méchante mais c'est bien la peine d'avoir écrit des livres sur le sujet.
Mon compagnon voulait que l'on construise une maison de paille, je lui ai bien fait comprendre, que je m'y opposais définitivement.

Lydia F.
Réponse :
Nous avons vu les mêmes reportages que vous, et il est vrai que cela ne donne pas une image très sérieuse des auto-constructions "ossature bois / paille".
Sachez cependant qu'il en existe quand même dans le lot qui ont été sérieusement pensées, puis réalisées...

Nous avons vu également le reportage de M6, sur la construction d'une maison de paille, qui semblait supervisée par JP. Oliva, présenté comme LE SPECIALISTE de ce type de chantier. Au vu du résultat, nous nous interrogeons sur les réelles qualités de conseil de ce monsieur que nous prenions pour quelqu'un de sérieux.
Charles et Marie K.

Réponse : Le mieux serait de lui demander des explications par le biais de sa maison d'édition.

Je suis dans la même suspicion que C et M K. sur Monsieur Oliva. Ecrire des guides pratiques est une chose, construire éco, au delà de l'expérimentation sur le dos et le budget des autres, en est une autre.
J'ai été confronté à ce défi et si mon modeste avis peut compter, rien ne vaut l'expérience d'avoir participé à un chantier de ce type - même bénévolement - pour vraiment comprendre les enjeux, les méthodes, les contraintes, la bonne utilisation des matériaux.
Et j'ajoute, cela ne suffit même pas, car certains désordres apparaissent plusieurs mois ou années plus tard.

Jean-Paul

En savoir plus

Habitat
Construire et aménager une maison écologique : les différents modes de construction, les maisons en bois, les maisons à ossature bois, le chauffage, le chauffe-eau, l'isolation, la ventilation, les polluants domestiques, les ondes, l'assainissement, la décoration, les aides...
Chauffage
Calcul du coût de votre chauffage, bilan énergétique de son logements, diagnostic thermique, pompes à chaleur, climatiqation réversibles, géothermie, plancher chauffant, chauffage au bois et aux céréales, puits canadien, chaudières à condensation, cheminée au bio-éthanol, recyclage du bois
Eau
Usage éco-responsable de l'eau : eau en bouteille, filtration de l'eau, polluants de l'eau, récupération et réemploi de l'eau, systèmes anti-calcaires, le bélier hydraulique, lavage des voitures, l'eutrophysation, les pluies acides...
Mobilité
Transports propres et carburants écologiques : conduite écologique, limites du pétrole, bio-carburants, vélos et scooters électriques, coursiers écologiques, voitures propres électriques et hybrides, covoiturage, moteurs pantome hybride électrique pneumatiques... recyclage des voitures, trains hybrides, croisières écologiques et cargos écolos
Planète
Enjeux de la qualité de l'air, de la climatologie et du réchauffement climatique, Impacts de la Déforestation et des Feux de Forêt, Taxe Carbone, Bilan Carbone et éco-citoyenneté, les inondations, les Marées Noires, Les Jachères Fleuries, Eco-villes et pollutions lumineuses Pacte écologique et Développement Durable, Green-Washing et Commerce Equitable, Charte pour l'Environnement et Natura 2000
Divers
Nouveautés Ecolos
Les SCIC et SCOP
Eco formations
Le Wwoofing
Ours & Loups
Associations
Prêts Solidaires
Enquête Publique
Ecologie au féminin
Ecologie & Santé
Ecologie Profonde
Ecologie & Religion
Humour & Ecologie

Médias
Forum
Eco-emplois
Liens
Soutien/ Publicité

Contact
Page Facebook de l'Ecologique Appliquée

Vous avez apprécié nos dossiers, nos conseils, notre indépendance ? Merci de le manifester et de vous faire notre ambassadeur sur les réseaux sociaux.




Follow EcologieA on Twitter
Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.



Partenaires :