Ecologie Solutions
ENDUITS ECOLOGIQUES PLATRE, CHAUX, STUCS

Enduits à la chaux, plâtre, argile...


La chaux, une matière ancestrale aux multiples qualités Une autre application courante de la bioconstruction concerne les enduits : chaux, plâtre, argile...

La chaux
C'est l'un des plus anciens et des plus beaux matérieux de construction utilisé par l'homme.
Jusqu'au XXéme siècle, on n'hésitait d'ailleurs pas à fabriquer un four à chaux préalablement à la construction des maisons.
Délaissée depuis au profit du ciment, elle retrouve ses lettres de noblesse.
Les bricoleurs et les professionnels du bâtiment soucieux de l'environnement et de la qualité de la vie redécouvrent les vertus de ce fantastique matériau.
Il est facile à mettre en oeuvre en respectant quelques principes essentiels, mais surtout il respire et crée ainsi des ambiances saines et naturelles.

Sous la dénomination "chaux naturelle" on trouve 2 types de chaux :

La chaux aérienne (CL 90)
Sa prise à l'air par carbonatation (absorption du CO² contenu dans l'air ambiant) la rend particulièrement adaptée aux enduits en milieu sec. Diluée à l'eau, elle constitue la base des peintures naturelles additionnées de pigments...
Sa prise lente, entre 24 et 48 heures, facilite son emploi par les néophytes
De plus, un mortier à la chaux CL peut se conserver assez longtemps une fois préparé, si vous avez pris la précaution de recouvrir votre contenant de quelques centimètres d'eau pour éviter tout contact avec l'air.
La chaux en poudre est vendue en sacs de 25 kg.
La chaux en pâte, en pots de contenance variable.

A savoir :
Si la densité du ciment est voisine de 1, celle de la chaux aérienne varie de 0,4 à 0,8 et quelquefois plus.
Plus elle est légère, mieux elle convient pour des travaux fins : finition d'enduits, badigeons.


La chaux hydraulique (NHL)
Sa prise se fait en 2 temps : d'abord à l'eau, puis à l'air.
Elle est plus indiquée pour les extérieurs (façades, dalles...) ou en intérieur pour les pièces humides (salle d'eau, dalles, cave, murs enterrés...).
C'est également ce type de chaux que l'on utilise pour les enduits isolants au chanvre pour accélérer la prise.
Contrairement à la chaux aérienne, sa conservation une fois gâchée ne peut dépasser 24 heures.
On en trouve plusieurs sortes différenciées par le chiffre suivant les trois lettres " NHL".
C'est ce chiffre qui détermine le taux d'hydraulicité de la chaux (plus il est grand, plus est rapide sa prise et importante sa résistance mécanique) :
- NHL 2, peu hydraulique, s'emploie en général sur les supports tendres (pisé, briques de terre crue, torchis, pierres tendres...) et dans les enduits chanvre ; elle prend en 18 à 24 heures.
- NHL 3,5, plus courante, convient à tous types de travaux : maçonnerie générale, enduits, dalles... prend en 10 à 12 heures et s'applique sur tous les types de supports : terre, pierres, brique, béton cellulaire...
- NHL 5, la plus hydraulique et sa prise s'effectue en 3 à 5 heures ; particulièrement recommandée dans la fabrication de dalles ou pour une prise rapide.

Il existe également, des enduits "à la chaux" ou "à base de chaux" ainsi que des peintures et stucs (effets marmorino, tadelakt...) très tendance, vendus prêts à l'emploi ou à délayer dans de l'eau.
Leur composition est généralement peu précise mais ils contiennent le plus souvent des "liants hydrauliques" et/ ou de "résines" qui autorisent leur emploi sur des supports inadaptés (ciment, parpaing, plaques de plâtre...) ; même remarque que précédemment : cela leur ôte leur qualité respirante.

Attention :
La chaux est est un matériau corrosif, il convient donc de prendre des précautions lors de sa manipulation : lunettes, masques et gants.

Hydraulicité
Ce terme s'emploie pour définir une qualité (découverte notamment par Louis Vicat au XIXéme siècle) des mortiers, plâtres, chaux et ciments ; plus le matériau est hydraulique, moins il est perméable à l'air et à l'eau.


Le plâtre
Il en existe 3 types :
- celui composé de gypse naturel (que l'on extrait de carrières),
- celui qui est à base de phosphates (phosphogypse),
- celui produit à base de sulfates provenant de la dépollution des fumées de combustion.
Ces deux derniers gypses sont des sous-produits de processus industriels (souvent issus de la production d'engrais phosphatés).
D'un point de vue technique, le plâtre naturel est préférable au plâtre "synthétique", car il est plus hygroscopique (meilleure régulation de l'humidité).
D'un point de vue "écologique", il faut veiller à acheter du plâtre qui ne soit pas radioactif...
Si l'on ne peut se fier à telle ou telle "marque", il apparaît que les plâtres composés de gypse naturel sont moins radioactifs que les autres.
La France, notamment, produit des quantités importantes de gypse naturel en carrières.
Pour les plâtres à base de phosphogypse, certains présentent un risque de radioactivité, qui provient du minerai de base dont est extrait le phosphogypse, minerai parfois accompagné d'uranium. Cela ne veut pas dire que tous les plâtres synthétiques sont à éviter ; certains pays (comme l'Allemagne) producteurs de tels plâtres imposent des normes strictes qui les rendent tout à fait propres à la construction.
Enfin, il y a peu de différence de prix entre le plâtre naturel et le plâtre synthétique.


L'argile
Utilisé comme enduit au même titre que le plâtre, il a comme avantages, d'être encore plus hygroscopique et de mieux absorber les sons que ce dernier. Par contre, étant plus poreux (ce qui explique sa plus grande hygroscopicité), il est moins résistant mécaniquement. Il est donc déconseillé dans les chambres d'enfant par exemple.

Attention !
Il vaut mieux ne pas tapisser ou peindre un mur enduit à l'argile, cela diminuerait la porosité de l'ensemble, alors que l'on utilise l'argile pour augmenter celle-ci. Il est néanmoins possible d'appliquer un enduit de finition à l'argile si l'on veut en modifier la couleur.


L'héritage de Vitruve
Marcus Vitruvius Pollio, dit Vitruve est un architecte romain du 1er siècle av. J-C, (né vers -90 et mort vers -20).
D'abord soldat en Gaule, en Espagne puis en Grèce, il est constructeur de machines de guerre avant de devenir architecte à Rome. Ses ouvrages à la fois technique et imagés, sont ceux d'un artisan, vulgarisateur et compilateur de tradition et de savoir-faire anciens.

C'est l'auteur du célèbre traité d'architecture "De Architectura" (Au sujet de l'Architecture ), probablement écrit à la fin de sa vie, et dédiéà l'empereur Auguste. Ce livre se présente comme une encyclopédie des techniques de l'Antiquité romaine, qui a le mérite de réunir en un tout cohérent le vaste trésor d'expériences et de connaissances, accumulé avant lui par les bâtisseurs hellénistiques.

Vitruve

Vitruve est l'auteur du seul traité complet d'architecture qui ait échappé au naufrage de la littérature technique grecque et latine, et les architectes de la Renaissance comme les Italiens Sebastiano Serlio et Palladio s'en inspirèrent beaucoup, jusqu'à l'architecture classique et baroque...
L'imprimerie va permettre au XVIéme siècle sa diffusion.
Imprimé en latin dès 1486 à Rome, sans dessins, illustré par Fra Giocondo en 1551, traduit en français par Jean Martin et illustré en partie par Jean Goujon en 1547.
En France, G. Philandrier est l'auteur de la première édition critique du texte latin (Lyon, 1552, impr. Jean de Tournes).
Vitruve restera la référence incontournable pour la réflexion et la pratique architecturale de la Renaissance jusqu'à la période classique-baroque.
Claude Perrault (1613-1688) commence à remettre en question l'interpétation de ses principes en le modernisant.
L'auto-constructeur s'intéressera plus particulièrement aux livres 2, 6 et 7.


Dosages et recettes (ce qu'il faut savoir)
Principe
Il s'agit de combler le volume du vide existant entre les grains de sable, par :
- un volume complémentaire de fines,
- un volume de liant.
En effet, le dosage dépend essentiellement de la teneur en fines du sable : un bon sable doit avoir un "équivalent sable" de l'ordre de 75 %, c'est le pourcentage de sable propre par rapport aux fines.
Les sables que l'on trouve couramment dans le commerce sont des sables lavés, ayant un équivalent sable supérieur à 90 %.

Rééquilibrage du liant
Se réalise en ajoutant :
- soit des fines (la meilleure solution car les sables locaux non lavés, apportent la couleur "locale" à l'enduit ou aux joints ; de plus le mortier aura des qualités d'hydraulicité). A noter cependant qu'un surdosage en fines entraîne un mortier à prise plus lente, sensible à la pluie et au gel sur une période plus longue, une diminution de sa résistance mécanique, et des retraits (faïençage).

- soit un liant seul (on parle alors de surdosage qui expose à un risque de faïençage, une élasticité moindre, une perméabilité réduite, une couleur très blanche.

Le dosage dépend aussi du foisonnement
En toute logique le sable n'occupe pas le même volume lorsqu'il est sec que lorsqu'il est humide ; donc, plus le sable est humide, plus il foisonne et plus il faut en rajouter, pour un même volume de liant.
Les paramètres sont donc nombreux, lorsque l'on désire mettre en oeuvre un mortier de qualité.
Les dosages sont toujours donnés en rapport de volume.
A noter qu'une brouette standard remplie à ras contient généralement 60 litres.

Enduits
Au XIXème siècle, les enduits étaient mono-couche.
Les enduits en 2 ou 3 couches datent du XXème, avec l'apparition des matériaux préfabriqués aux surfaces lisses, qui imposaient, et notamment pour les enduits durs à base de chaux hydraulique, la présence d'une surface d'accrochage.

Un enduit sur mur de pierres, appliqué dans les règles de l'art, est composé de 3 couches :
- le giclage (ou gobetis, ou mouchetis)
Le support doit être mouillé la veille. Il constitue la couche d'accrochage du corps d'enduit.
Son dosage est de 1 volume de chaux pour 2,5 à 4 volumes de sable.
Le délai d'attente est long, car la prise doit être complète : pas moins de 3 semaines, le local doit être aéré.

- le corps d'enduit (ou dégrossis)
Le support doit être mouillé la veille.
Le mortier est dosé, pour 1 volume de chaux, de 3 à 4 volumes de sable.
Le délai d'attente est celui qui permet au dégrossis d'être sec, et de couleur homogène.

- la couche de finition
Le support doit être mouillé la veille.
Son dosage est de 1 volume de chaux pour 4 à 7 volumes de sable.
La finitions peut être :
- talochée, afin de respecter les ondulations du mur,
- graissées : lorsque l'enduit a commencé son durcissement, on le resserre à la truelle, puis on passe une fine pellicule de pâte de chaux avec le dos de la truelle, à la manière d'un plâtrier passant son enduit. Cette pâte peut être colorée dans le ton du mortier utilisé.

Mais... la finition ne doit jamais être grattée : en effet, cette opération détruit la fine pellicule de calcaire qui protège l'enduit.

La dureté va donc du plus dur à l'intérieur, au plus tendre à l'extérieur.

A noter : dans le cas de mur en terre, les proportions sont inversées : le plus tendre doit être à l'intérieur et le plus dur à l'extérieur.

Les joints
Préparer 1 volume de chaux pour 4 volumes d'un mélange :
- 1/3 de terre argileuse locale,
- 2/3 de sable.

Le volume de chaux peut lui-même être constitué
- dans le cas de façades exposées :
* 2/3 de chaux aérienne,
* 1/3 de chaux hydraulique naturelle.
- et dans le cas de façades peu exposées, de chaux aérienne seule.


Maçonnerie
La dureté du mortier est inversement proportionnelle à... la qualité de l'appareillage.
(Pour mémoire, les maisons anciennes de pays étaient le plus souvent maçonnées à l'argile et à la chaux seulement pour les premiers rangs ainsi que les derniers...)
Le dosage variera d'un volume de chaux pour 4 à 7 volumes de sable.


Béton de support de pose de carrelage
Il s'agit de la forme de béton destinée à recevoir la chape et les carreaux, si sa présence est nécessaire.
1 volume de chaux hydraulique naturelle pour 3 volumes d'un mélange :
- 1 volume de sable 0/5,
- 1 volume de gravier 5/10,
- 1 volume de gravier 10/20.


Badigeons
Utiliser 1 volume de chaux aérienne pure, pour 2 volumes d'eau.


Bibliographie
"De Architectura" de Vitruve :
- Livre 1 : organisation urbaine, architecture en général, compétences de l'architecte.
- Livre 2 : matériaux de construction.
- Livre 3 : temples et ordres architecturaux.
- Livre 4 : suite du livre 3.
- Livre 5 : bâtiments civils.
- Livre 6 : architecture domestique.
- Livre 7 : parements et décoration.
- Livre 8 : adduction en eau.
- Livre 9 : sciences influençant l'architecture - géométrie, astronomie, etc.
- Livre 10 : utilisation et construction de machines.

Traduction en italien :
- éditions de Mauro et Cesariano (Côme, 1521),
- de F.L Durantino (Venise, 1524),
- de G.B Caporali (Pérouse, 1535)

Traductions en français :
- par Jean Martin (illustrations de Jean Goujon) en 1547,
- par Claude Perrault, " Traduction des 10 livres d'architecture de Vitruve", édition J-B Coignard, Paris - 1673, réédition en en 1995 chez Pierre Madraga Editeur et en 2006 aux Editions Errance.
- par Ch.-L. de Maufras "L'Architecture de Vitruve" (1847), édition Panckoucke, 2 vol. in-8°, Paris.

Autres ouvrages
- "L'Art du peintre, doreur, vernisseur" de Watin - réédition chez Léonce Laget - (1977) Paris, 1ère édition chez D. de Bouners en 1778 à Liège.
- "Le livre de l'Art" ou "Traité de la peinture" par Cennino Cennini - traduction de Victor Mottez - Edition L. Rouart & J. Watelin à Paris.
Pour commander ces livres et tous les autres
Recherche par mots clés

Habitat
Construire et aménager une maison écologique : les différents modes de construction, les maisons en bois, les maisons à ossature bois, le chauffage, le chauffe-eau, l'isolation, la ventilation, les polluants domestiques, les ondes, l'assainissement, la décoration, les aides...
Chauffage
Calcul du coût de votre chauffage, bilan énergétique de son logements, diagnostic thermique, pompes à chaleur, climatiqation réversibles, géothermie, plancher chauffant, chauffage au bois et aux céréales, puits canadien, chaudières à condensation, cheminée au bio-éthanol, recyclage du bois
Eau
Usage éco-responsable de l'eau : eau en bouteille, filtration de l'eau, polluants de l'eau, récupération et réemploi de l'eau, systèmes anti-calcaires, le bélier hydraulique, lavage des voitures, l'eutrophysation, les pluies acides...
Mobilité
Transports propres et carburants écologiques : conduite écologique, limites du pétrole, bio-carburants, vélos et scooters électriques, coursiers écologiques, voitures propres électriques et hybrides, covoiturage, moteurs pantome hybride électrique pneumatiques... recyclage des voitures, trains hybrides, croisières écologiques et cargos écolos
Planète
Enjeux de la qualité de l'air, de la climatologie et du réchauffement climatique, Impacts de la Déforestation et des Feux de Forêt, Taxe Carbone, Bilan Carbone et éco-citoyenneté, les inondations, les Marées Noires, Les Jachères Fleuries, Eco-villes et pollutions lumineuses Pacte écologique et Développement Durable, Green-Washing et Commerce Equitable, Charte pour l'Environnement et Natura 2000
Divers
Nouveautés Ecolos
Les SCIC et SCOP
Eco formations
Le Wwoofing
Ours & Loups
Associations
Prêts Solidaires
Enquête Publique
Ecologie au féminin
Ecologie & Santé
Ecologie Profonde
Ecologie & Religion
Humour & Ecologie

Médias
Forum
Eco-emplois
Liens
Soutien/ Publicité

Contact
Page Facebook de l'Ecologique Appliquée

Vous avez apprécié nos dossiers, nos conseils, notre indépendance ? Merci de le manifester et de vous faire notre ambassadeur sur les réseaux sociaux.




Follow EcologieA on Twitter
Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.



Partenaires :