Ecologie Solutions
ISOLATION THERMIQUE et PHONIQUE BATIMENTS

Isolation thermique et phonique


L'isolation des combles de sa maison évite d'énormes pertes thermiques Une bonne isolation est déjà le meilleur moyen statique de faire de substantielles économies d'énergie (jusqu'à 30 %) tout en maintenant un bon niveau de confort et une protection efficace contre le bruit.
A cause du coût grandissant du chauffage, ce souci existe déjà depuis longtemps, mais il mettait souvent en oeuvre des isolants synthétiques peu écologiques et présentant une incidence sur la pollution de l'air intérieur des logements.



Les plus utilisés étaient jusqu'à présent :
- le polystyrène et la mousse de polyuréthane (isolant alvéolaire, composé de fines cellules emmagasinant un gaz à faible conductivité thermique) tous 2 dérivés de la chimie du pétrole et produisant un cocktail de gaz hautement toxiques lors de leur combustion,
- la laine de verre et la laine de roche, demandant une grande quantité d'énergie pour leur production.

Mais au delà de cet aspect, savez-vous qu'environ 2/3 de tous les dommages causés par l'humidité de l'habitat sont dus à la condensation ?
Aujourd'hui, toute une gamme de produits et de matériaux d'isolation issus de matières naturelles (reproductibles) existent et présentent une bonne capacité intrinsèque d'accumulation thermique tout en préservant une aération naturelle indispensable.
On les trouve de plus en plus dans tous les magasins de bricolage ainsi que dans toute la filière alternative..


La réglementation thermique
La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu’ils soient dédiés à de l’habitat résidentiel, ou pour tout autre usage (tertiaire).
La RT 2005 fixait la consommation de chauffage des logements neufs à 85 kWh/m²/an.
La RT 2012 va plus loin en s’appuyant sur la performance énergétique définie par le label BBC-Effinergie, soit une consommation d’énergie primaire (avant transformation et transport) inférieure à 50 kWh/m²/an.

Par contre :
- les exigences de performance énergétique globales seront uniquement exprimées en valeur absolue de consommation et non plus en valeur relative par rapport à une consommation de référence recalculée en fonction du projet ;
- est introduite une exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti pour le chauffage, le refroidissement et l’éclairage artificiel, prenant en compte l’isolation thermique et permettant de promouvoir la conception bioclimatique d’un bâtiment ;
- sont introduites de nouvelles exigences minimales comme l’obligation de recours aux énergies renouvelables, celle de traitement des ponts thermiques et celle de traitement de la perméabilité à l’air des logements neufs…
Mais les différences de performance énergétique des logements “ anciens ” par rapport aux logements neufs restent importantes, et ce malgré le renforcement de l’isolation thermique et l’efficacité améliorée des équipements de chauffage ; d'où une consommation d’énergie globale qui ne cesse d’augmenter.

Application
- A partir de novembre 2011 pour les logements en zone ANRU et les bâtiments tertiaires (bureaux, éducation et hôtellerie dans un premier temps, les autres types de bâtiments tertiaires faisant l'objet d'un nouvel arrêté),
- A partir du 1er janvier 2013 pour tous les bâtiments résidentiels.

Pour en savoir plus !
Voir page sur la RT2012...

Quelques questions
- Tous les isolants proposés sur le marché se valent-ils ?
- Sont-ils adaptés à tous les cas ?
- Sont-ils non polluants ?

A chaque endroit son isolant
Un isolant peut être étendu à la main, injecté à l'aide d'un tuyau souple ou pulvérisé sur des surfaces horizontales ou verticales en y ajoutant une molécule adhésive.
Les isolants étendus à la main ont plus tendance à se tasser que ceux injectés à plus forte densité.

Combles accessibles
L'isolant en vrac est particulièrement utile pour recouvrir les plafonds plats dans les combles.
Remplissant bien les espaces irréguliers, il permet de créer une couverture uniforme contre les pertes de chaleur.
Avec le temps l'isolant a tendance à se tasser légèrement mais la valeur isolante inscrite sur le sac correspond à sa valeur après le tassement normal.
Dans les combles, on peut utiliser aussi des cartons hydrofuges, des panneaux de polystyrène ou de mousse de polyuréthane pour maintenir l'isolant près des murs extérieurs et ne pas empêcher la ventilation naturelle.
Cette ventilation est nécessaire pour rafraîchir les combles en été et éviter la condensation pendant l'hiver.
Il est toujours recommandé d'installer des trappes d'accès dans les combles pour pouvoir vérifier l'état de l'isolant.
Ces trappes doivent logiquement être bien isolées et étanches à l'air pour ne pas représenter de surfaces de fuite calorique.

Combles inaccessibles
Il est possible de pulvériser de la cellulose dans les combles inaccessibles.
Dans ce cas, on peut isoler les solives du plafond en pulvérisant l'isolant (sous forme de billes, par exemple).
Une autre méthode consiste à remplir entièrement les combles d'isolant de cellulose et sans ventilation.
Dans ce cas, la cellulose doit être pulvérisée à très forte densité afin de former une barrière pare air efficace qui empêche les fuites d'air humide de condenser.
Cette technique est appropriée aux toits plats non ventilés et aux maisons avec des toits en combles inclinés.

Isolation sur charpente
De nouveaux produits sont proposés aux professionnels, constitués de caissons chevronnés intégrant de la laine de roche volcanique, ils peuvent être utilisés autant pour les constructions neuves que pour la rénovation de toitures.
Ce système, incombustible, présente aussi l'énorme avantage de faire gagner un temps précieux à l'ensemble du chantier et de mettre en valeur les charpentes bois tout en conservant le volume habitable des combles...
Dernier avantage, contrairement à l'isolation entre les éléments de charpente, sa couverture homogène du toit permet une excellente isolation aux bruits aériens.

Isolation des murs extérieurs
On peut aussi remplir les murs extérieurs (double paroi ou creux) avec un isolant de cellulose.
Après avoir enlevé le fini intérieur de plâtre, on installe un filet sur les colombages qui retiendra l'isolant.
L'isolant est ensuite projeté avec une bonne densité dans les murs pour éviter qu'il se compacte trop vite et obtenir une barrière pare air suffisante contre les fuites et les infiltrations d'air.

Erreurs à éviter
La partie des murs extérieurs sous le niveau du sol ne doivent pas être isolés avec cette méthode, afin d'éviter l'absorption de l'humidité et le développement de moisissures.
Les faux planchers en bois posés sur une dalle de béton d'un sous-sol sont aussi dangereux car la moindre infiltration d'eau sera absorbée par l'isolant et se transformera immanquablement en pourriture ou moisissure.
Un matériau isolant n'est efficace que s'il est posé sans joint (trous, ou pont thermique), qu'il est posé de sorte à être étanche à l'air et au vent, et qu'il est peu perméable à l'air.


La perméabilité à l'air
Souvent appelée à tort "étanchéïté à l'air des bâtiments", l'infiltrométrie est une activité permettant de contrôler dans le cadre de la règlementation et suivant la Norme Européenne NF EN 13829, les infiltrations d'air non maîtrisé dans les bâtiments.
Le but étant de limiter les déperditions d'énergie et d'obtenir un meilleur bilan thermique.
Cette étape de contrôle est d'ailleurs maintenant une obligation pour l'obtention des labels existants : Effinergie, Minergie, Passiv Hauss... pour certifier les de bâtiments à basse consommation d'énergie (BBC).

Déroulement des mesures
- il s'agit d'abord de préparer l'habitat pour le passage du test : mise sous pression ou dépression des locaux par l'intermédiaire de la "Blower door",
- installation d'un ordinateur qui pilote le ventilateur pour atteindre différents niveaux de pression, suivant la norme, et effectuer des acquisitions d'air qui permettront à la fin du cycle de dire si oui ou non la valeur atteinte est suffisante pour obtenir le label.
Des tests intermédiaires sont souvent pratiqués avant que toutes les finitions soient faites pour corriger, si cela est encore possible, les faiblesses constatées.

Dans tous les cas, il est nécessaire de bien préparer son projet et de s'assurer tout au long du chantier que les étapes identifiées soient suivies scrupuleusement, sous peine de ne pouvoir atteindre les valeurs requises à l'obtention du label mais surtout de se retrouver avec un bâtiment aux médiocres performances en économie d'énergie.
La difficulté de relever ce challenge est souvent liée à la multiplicité des intervenants ou corps de métiers différents pour la réalisation d'une même construction.
Il est donc préférable de faire appel à des entreprises de construction formées à cette discipline et ayant tous les corps de métiers pour assurer le chantier.


LES PRODUITS
Laine de verre ou laine de roche ?
Les fibres vitreuses artificielles (FVA) sont des fibres minérales qui sont utilisées comme isolants, pour renforcer d'autres matériaux et dans des vêtements protecteurs.
Il existe divers types de fibres vitreuses artificielles dont les plus connues sont les « laines » utilisées pour isoler les maisons. Ces fibres ont été développées pour remplacer l'amiante qui causait le cancer du poumon chez les travailleurs exposés à ce produit.
Mais aujourd'hui on s'interroge aussi sur la sécurité de ces fibres isolantes.

Pouvoir isolant
- La laine de verre est plus légère que la laine de roche et possède sensiblement la même valeur d'isolation.
Cependant, les études du laboratoire américain Oak Ridge National Laboratory ont démontré que la fibre de verre perdait jusqu'à 40 % de son efficacité énergétique lorsque la température des combles était inférieure à -7° C.
- La laine de roche présente l'avantage de résister plus longtemps au feu.

Incidence sur la santé
En plus, des inquiétudes concernant son caractère cancérigène, la certitude existe des irritations cutanées et respiratoires qu'elle provoque lors de sa pose.
Les 2 produits doivent donc être manipulés avec des gants pour préserver la peau et les muqueuses.
Les FVA ont été examinées selon la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (LCPE) et les scientifiques de Santé Canada ont étudié séparément chaque catégorie de fibres.
Voici leurs conclusions :

Laine de verre
Les études ont révélé que l'exposition à la laine de verre pendant une courte période, par exemple lorsqu'on l'installe dans un immeuble, peut entraîner une irritation de la peau et des yeux, une congestion nasale et une sensation de picotement dans la gorge. D'autres études ont montré que même une exposition prolongée à la laine de verre ne provoque pas le cancer chez les humains ou chez les animaux. Même lorsque les fibres de la laine de verre parviennent jusqu'aux poumons des animaux de laboratoire, on n'observe aucune augmentation significative des tumeurs.

Des études menées dans d'autres pays confirment que la laine de verre ne présente aucun danger pour la santé de la population en général. Même pendant l'installation, les plus fortes concentrations de fibres dans l'air sont bien inférieures au seuil qui peut causer de légères difficultés respiratoires chez les animaux.

Laine de roche et laine de laitier
Les laines de roche et de laitier, qu'on appelle aussi « laines minérales », sont utilisées comme matériaux isolants, de la même façon que la laine de verre, et dans la fabrication des carreaux de plafond insonorisants.
Dans des études sur des sujets humains, on a observé un lien possible entre le fait de travailler avec de la laine de roche ou de laitier et le cancer du poumon. Toutefois, ces études ne sont pas concluantes.
Des tests respiratoires chez des animaux de laboratoire n'ont montré aucun lien entre les fibres de ces laines et le cancer du poumon. Sauf chez les personnes qui sont exposées à ces laines dans leur travail, il semble y avoir très peu de danger pour la population en général. Des études menées dans d'autres pays ont révélé que, même durant l'installation, les plus fortes concentrations de fibres dans l'air sont des centaines de fois inférieures aux seuils qui peuvent causer des difficultés respiratoires chez les animaux.


Les isolants minces
Le terme d'isolant mince est déjà un paradoxe en soi, thermiquement parlant ; on les trouve pourtant dans toutes les surfaces de bricolage... et il s'en installe encore prês de 8 millions de m² par an.

Les isolants minces réfléchissants
Les isolants minces sont appelés aussi « films minces réfléchissants », « isolants par « thermoréflexion », et « Isolants thermoréflectifs ».
Il ne faut pas les confondre avec les super-isolants sous vide (VIP).
Ils sont constitués d'une ou plusieurs couches de feuilles d'aluminium intercalées avec de la mousse souple, du feutre ou autres. Leur épaisseur varie de quelques millimêtres à quelques centimêtres. Leur présentation est le plus souvent en rouleaux.
Leur côté réfléchissant permet de renvoyer 90 % du rayonnement tant solaire (pour le côté extérieur) qu'infrarouge (pour le côté intérieur), mais cela s'arrête là.

Beaucoup d'artisans installateurs font la promotion de ces produits car ils sont plus rapides et surtout plus faciles à poser que les isolants classiques en rouleaux ou en panneaux.

Efficacité et mise en œuvre
Un avis technique publié sous l'égide du Comité Scientifique et Technique du Bâtiment datant de juin 2005 précise les performances réelles et la mise en oeuvre préconisée pour ces matériaux :

Destination

Type de pose

Résistance thermique obtenue pour la paroi (en m²K.W)

Epaisseur équivalente pour un isolant classique (en cm)

murs

La meilleure pose se fait en intercalant une lame d'air de 2 cm de chaque côté de l'isolant. Dans ce cas l'épaisseur totale est d'environ 5 cm.
La pose "parfaite" signifie qu'il n'y a pas de fente de plus de 0,5 mm d'ouverture, en bas, en haut ou en périphérie de chaque lame d'air, ce qui est très difficile à obtenir en pratique …

1,68 (pose parfaite)
0,50 (pose courante)

6,4 cm (pose parfaite)
1,9 cm (pose courante)

combles habités (sous rampants de toiture)

L'obtention d'une pose avec 2 lames d'air non ventilées est difficile à réaliser (valeurs données avec une seule lame d'air de 2 cm d'épaisseur côté intérieur).

0,70 (pose parfaite)
0,42 (pose courante)

2,7 cm (pose parfaite)
1,6 cm (pose courante)

Questions-réponses (fournis par la Commission des avis techniques)

Ces produits sont-ils suffisamment isolants ?

L'isolation intrinsêque apportée par les isolants minces disponibles sur le marché, correspond à une épaisseur d'isolant standard (laine minérale, polystyrêne, etc.) qui se situe entre 4 mm (sans lames d'air) et 2 cm (dans le cas d'une pose "courante").
Ces valeurs ne répondent pas aux niveaux réglementaires appliqués en neuf.
En conséquence, ces produits ne doivent être utilisésqu'en tant que compléments d'isolation.

Ces produits contribuent-ils au confort d'été, c'est à dire permettent-ils de garder la maison fraîche ?

La contribution au confort d'été est en général inférieure à celle d'une isolation classique car le facteur solaire est plus élevé.

Ces produits sont-ils susceptibles de provoquer des dommages dans les bâtiments ?

Les produits minces réfléchissants sont très peu perméables à la vapeur d'eau.
Ils ne doivent en aucun cas être placés côté extérieur d'une isolation classique perméable à la vapeur d'eau.
En effet, les risques de dégradation liées à la condensation sont alors importants du fait de l'humidité accumulée.
Ils ne peuvent donc pas être utilisés comme écran de sous toiture.

Quelles sont les performances acoustiques ?

Le gain acoustique potentiel est faible, en raison de la faible masse des produits et de l'absence d'absorbant en face externe.


Attention !
- Certaines publicités mettent en avant que les isolants minces sont "équivalents à 20 cm de laine de verre".
En fait : pour une utilisation sous les combles, la valeur obtenue même dans le cas d'une pose parfaite n'excêde pas 3 cm (selon les résultats de la commission chargée de formuler les avis techniques).
- Un isolant mince posé seul (sans isolant classique en complément) n'apporte qu'une isolation phonique négligeable.
- Contrairement à une idée répandue, les isolants minces réfléchissants apportent moins de fraîcheur l'été qu'une isolation classique.
- Une pose soignée est difficile à obtenir et conduit à une épaisseur globale de l'ordre de 5 cm, ce qui n'est finalement pas si mince.
- Etanches à la vapeur d'eau, les isolants minces empêchent l'humidité de s'évacuer naturellement de votre logement.
- Utilisés seuls, l'isolation apportée par ces produits est très inférieure aux exigences de la réglementation thermique.

Le bilan écologique
L'énergie nécessaire à la fabrication des isolants minces est celle de l'aluminium (très énergivore) plus celle des mousses synthétiques (origine pétrochimiqye) qui sont collées dessus.
En fin de vie, ces isolants ne sont pas recyclables (l'aluminium est en couche trop fine pour être récupéré) et sont des déchets à traiter totalement.
Tout cela n'en fait pas un produit écologique.

Conclusion
Les isolants minces sont mis en avant par de trop nombreux professionnels du bâtiments qui se contentent de l'appliquer en quelques coups d'agrafeuse, sans réel souci du résultat thermique obtenu et des ponts thermiques créés.
Le prix final de ces isolants minces (fourniture + pose si elle est bien faite), fera préférer les isolants lourds qui apportent un meilleur confort tant en hiver qu'en été.


Les microfibres de verre
Ces fibres entrent dans la composition des batteries, du matériel de filtration à haute performance et des isolants pour l'aéronautique.
Lorsque les microfibres sont injectées directement dans les poumons d'animaux de laboratoire, les scientifiques ont observé une augmentation des cancers du poumon. Mais, lorsque les animaux ne faisaient que respirer ces microfibres, il n'existait pas de lien semblable.
Aucune étude n'a été effectuée au Canada sur l'exposition des humains aux microfibres, mais il n'y a pas lieu de croire qu'elles présentent un danger pour la population en général.
Cependant, étant donné que les microfibres ne sont utilisées que dans un nombre restreint de produits, la quantité de ces fibres dans l'air à l'intérieur des bâtiments est très faible.

Les filaments continus de verre
Les filaments continus de verre ou textiles de fibres de verre sont utilisés pour renforcer les plastiques, les ciments, les pneus et les matériaux de couverture. Ces fibres peuvent également être tissées pour fabriquer des vêtements protecteurs et des tissus industriels.
On ne possède pas assez de données pour dire si ces filaments peuvent causer le cancer. Mais, de toutes les FVA, elles sont probablement les moins nocives parce qu'elles sont en général trop grosses pour atteindre les poumons.

Les fibres céramiques réfractaires ou FCR
Les fibres céramiques réfractaires (FCR) résistent à la chaleur et sont utilisées pour isoler les fournaises et les fours ainsi que pour d'autres applications où l'on a affaire à des températures très élevées.
Les études ont révélé que les FCR causent le cancer chez les animaux.
Cependant, leur usage est si limité et la concentration de ces fibres dans l'air si faible que le risque pour la santé de la population en général est sans doute minime.

A cause du risque potentiel de cancer, les FCR sont les seules FVA à avoir fait l'objet d'une évaluation approfondie des risques en vertu de la LCPE. Au nombre des recommandations, notons la surveillance des rejets de FCR dans l'atmosphère par les fabricants et la mise en oeuvre d'un programme de bonne gestion des produits.

Précautions à prendre
Les FVA peuvent causer de l'irritation. Les propriétaires de maisons et les ouvriers qui travaillent avec de tels produits doivent suivre les instructions du fabricant et prendre quelques précautions :
- porter un masque,
- porter des vêtements qui recouvrent tout le corps,
- porter des gants et se protéger les yeux.
Si vous travaillez avec des FVA, les autorités en matière de santé et sécurité au travail ont pris des mesures pour réduire les risques auxquels vous pourriez être exposé.
Pour plus de renseignements, renseignez-vous auprès de votre organisme de santé et sécurité au travail.


LA PAILLE
C'est un excellent isolant pouvant directement être intégré aux murs.
(Voir "maisons de paille")

Mur de paille


Paille de lavande
La paille de lavande broyée, peut être utilisée en vrac pour l'isolation des combles ou en remplissage des ossatures bois.
(Attention cependant au tassement dans le temps qui pourrait aboutir, en pose verticale, à un pont thermique).

Le béton de paille de lavande
Mélangée à de la chaux aérienne, elle donne alors un béton de paille aux caractéristiques thermiques et mécaniques intéressantes.
Le produit assure la thermorégulation :
- des murs anciens enduits,
- des murs neufs, par pose de briques de paille ou par la technique du banchage,
- des toitures.
La paille de lavande est également un répulsif naturel contre les insectes grâce aux essences de lavande qu'elle contient naturellement.

Conditionnement en sac de 100 litres.
Prix : environ 10 € TTC le sac.


LA FIBRE CELLULOSIQUE (papier recyclé)
Bien moins chère que la fibre de verre, et issue du recyclage, elle présente de nombreux avantages sur la fibre de verre.

La cellulose humide
Depuis quelques années on utilise aussi la fibre cellulosique stabilisée à l'eau ou à la colle.
Contrairement aux isolants en vrac, la cellulose stabilisée est projetée humide sur le pare vapeur et crée en séchant une croûte rigide augmentant ses qualités de pare air.
Cette caractéristique est importante car il n'est pas toujours possible de sceller convenablement le pare vapeur sous le toit lorsqu'on rénove un bâtiment.
Cette technique est à conseiller surtout pour les combles accessibles et bien ventilées afin que l'isolant ne cause pas d'humidité excessive.
Par temps plus froid, on remplace l'eau par de la colle pour réduire ce phénomène.

Avantages
Si le toit à isoler n'est pas muni d'un bon pare vapeur avec joints scellés au ruban, l'air de la maison a tendance à s'échapper par les joints entre les cloisons et les plafonds, ainsi que par les gaines des plafonniers.
Cet air s'échappe avec la chaleur et l'humidité de la maison, et crée des problèmes de condensation sous le toit.
La fibre cellulosique injectée sous pression forme une bonne barrière contre les exfiltrations d'air et grâce à sa structure floconneuse la ouate de cellulose est plus étanche à l'air qu'un matériaux isolant en fibres.
Elle respire, absorbe, protêge des bruits et retarde les incendies.
De plus, les composés boriques qui entrent dans la composition de certains produits en font un isolant qui empêche l'intrusion de parasites, de vermine et de petits rongeurs.
Enfin, la fibre cellulosique se manipule sans danger et n'a pas d'incidence sur la qualité d'air intérieur.

La ouate de cellulose
La fibre de cellulose est un produit 100 % naturel, qui ne pollue pas, n'est ni irritante ni toxique.
Elle permet d'économiser 26,4 % d'énergie par rapport à la laine de verre.

Une super isolation
Une maison isolée avec de la cellulose, est en hiver, plus chaude de 4° après une période de 9 heures sans chauffage et possède en été une capacité thermique 8 fois supérieure, évitant ainsi les surchauffes estivales.

Fabrication
Les matériaux isolants à base de cellulose sont généralement fabriqués à partir de journaux recyclés ou de chutes de papier neuf :
Le papier est défibrée dans une grosse centrifugeuse, puis on ajoute de sel de bore (acide borique) en faible quantité. Cet ajout permet de rendre la ouate de cellulose difficilement inflammable, résistante aux insectes, rongeurs et moisissures...
Parfois on y ajoute des coupes de bois.

Présentation
Elle se commercialise sous forme :
- de flocons en vrac pour une application par soufflage, insufflation, flocage ou déversement manuel,
- de panneaux isolants semi-rigides qui ont pour principal avantage une très bonne densité mais sont un prix plus important pour des épaisseurs supérieures à 100 mm.
La cellulose est également mélangée avec de la gypse naturelle (ou pierre à plâtre) pour former des panneaux d'agencement pour sols ou cloisonnements.

Utilisation
On l'utilise pour l'isolation des murs et des combles.
Lors de l'isolation de murs, la cellulose est injectée sous pression afin de remplir la cavité de matériel et de combler tous les vides. On pressurise la cellulose jusqu'à ce qu'elle atteigne une densité suffisante pour obtenir la stabilité nécessaire.
De cette façon, la cellulose recouvre 100 % de l'espace disponible dans le mur en épousant parfaitement les éléments de la structure.
Cet isolant continu, sans joint, assure une parfaite isolation et une grande étanchéité tout en présentant une excellente insonorisation.

Fiche technique comparée
Perméabilité à l'air en m³ (m²/ h) à 50 Pa
- Ouate de cellulose : 4
- Matériaux en fibre minérale : 13 - 150

Capacité thermique spécifique en Kj (kg K)
- Ouate de cellulose 1,9 c
- Isolant de lin 1,8 c
- Fibre minérale 0,8 - 1 c

Déplacement de phase
Pour la ouate de cellulose h = 11 heures
Pour une fibre minérale h = 7 heures.

Résistance au feu
Classement (Classement A2 ou anciennement M 1) normalement inflammable.
Car en cas de feu, le matériau ouate de cellulose ignifugée réagit de manière analogue au bois :
- une grosse couche de charbon de bois se forme, lorsque la surface est en contact avec le feu,
- ensuite, le charbon de bois ayant une conductivité thermique plus faible, il protège la cellulose sous-jacente de l'échauffement.
La forte capacité d'accumulation thermique de la cellulose favorise la protection incendie.
Deux autres facteurs sont importants en cas d'incendie : la ouate de cellulose ne se liquéfie pas et l'émission de gaz toxiques et de fumées reste très faible.

Isolation phonique
La ouate de cellulose est aussi employée pour l'isolation phonique des cloisons intérieures légères et les plafonds.
Les ondes des sons aériens sont freinées par la texture élastique et floconneuse de l'isolant et transformées en force de frottement.
En physique de construction le paramètre de résistance aux ondes par rapport à la longueur indique la propriété d'absorption de son aériens des matériaux.
Pour la ouate de cellulose il est compris entre 5 et 10 kN s/ m.

Notre avis : la ouate de cellulose est un excellent isolant écologique.


Le torchis
Le torchis dont sont constituées depuis des millénaires les maisons dans certains pays soumis à de fortes différences thermiques, est en train d'être redécouvert comme isolant intérieur ou extérieur.
Il s'agit de boue mélangée à de la paille et projetée sur les murs.
L'avantage essentiel est son coût négligeable, sa mise en oeuvre facile et sa non toxicité...


Le liège
Produit naturel aux caractéristiques remarquables, il provient de l'écorce (renouvelable) d'une espèce particulière de chêne vert (chêne-liège) qui pousse dans diverses régions du bassin méditerranéen.
La particularité du liège réside dans sa structure cellulaire très légère (son volume apparent est occupé par 95 % d'air). constitué par une importante densité de cellules (40 millions/ cm²), dont chacune se compose de 5 couches : 2 en cellulose, 2 autres plus épaisses, dures et imperméables, la dernière assurant à la structure sa rigidité.
Panneau isolant de liège
Plaque agglomérée de liège


Fabrication
Le prélèvement (ou démasclage) de l'écorce des chênes liège s'effectue tous les 8 à 10 ans et n'affecte en rien la vie de l'arbre.
Les écorces récoltées sont de forme irrégulière, puis triturées, expansées à la vapeur d'eau, sans agglutinants extérieurs avant d'être comprimée en blocs, découpées en plaques agglomérées.
Au début ces panneaux étaient réalisés avec des liants (silicate, colles organiques...), avant qu'on s'aperçoive que le liège cuit à haute température (300° environ) se dilatait et s'agglomérait avec sa propre résine, la subérine, sans autre adjonction de colle ou de liant.
Le liège expansé est de couleur marron foncé (couleur naturelle de cuisson).

Présentation
En plaques de dimension : 100 cm par 50 cm

Avantages
- résistant à la compression, à la flexion et indéformable (liège aggloméré noir) et ne présentant que peu de retrait au vieillissement (les lièges bon marché peuvent avoir des retrait jusqu'à 15 %).
- résistant très bien au temps et aux hydrocarbures car imputrescible,
- pas apprécié des rongeurs et termites,
- difficilement inflammable, de classe B1 (en cas de combustion, la production de fumée est réduite et ne dégage pas de chlorure ou de cyanure),
- bon isolant phonique (surtout pour les fréquences entre 500 et 1000 Hertz, ce qui le fait recommander pour le sol en sous plancher.)
- chimiquement neutre, il ne se désagrège pas, ni ne moisit,
- insensible aux U.V,
- ne conduit ni n'accumule l'électricité.(n'accumulent pas d'électricité statique).

Utilisation
Existe en panneaux de 0,50 m par 1 m, sa surface rugueuse permet l'application directe de peintures et enduits.
Les plaques de liège expansé se posent et se découpent facilement,
Sous forme de granulés expansés, on l'utilise aussi par déversement manuel ou mécanique, double cloison, remplissage en plancher, plafonds.
C'est enfin une solution idéale pour la préparation des chapes légères et isolantes (phoniques et thermiques).

Fiche technique spécifique
Masse volumique (densité) : 120 kg/ m³
Conductibilité thermique : 0,038 W/ m °C
Résistance à la traction : 0,094 N/ mm²
Résistance à la compression : 0,2 N/ mm²
Limite de compressibilité : 1 N/ mm²
Module d'élasticité : 5 N/ mm²
Rigidité dynamique : 126 N/ mm²
Conductibilité vapeur : 0,017-0,003 g/ mh/ mm
Température d'utilisation : jusqu'à 100°C
Chaleur spécifique : 1,67 Kj/ Kg °C
Coefficient dilatation thermique - 25 à 50 x 10
Résistance diffusion vapeur - u5 -30.


Les algues
Ces plantes marines possèdent en effet une capacité d'isolation calorifique plus élevée que celle des synthétiques tels que la laine de verre.
Par exemple, sur la côte de la mer Baltique, les algues sont récoltées sur les plages avant d'être recyclées à raison de 600 m³ par an pour être transformées en matériau isolant.

Avantages :
- difficilement inflammable,
- complètement écologique,
- demande énergétique très diminuée grâce à ses propriétés isolantes,
- aucune incidence néfaste sur la santé.

Inconvénient
Seul point faible : son prix !
(Une plaque d'isolant à base d'algues d'une épaisseur de 20 cm, revient à environ 10 € le m² tandis qu'une plaque de laine de verre 8 € le m².)
Cette différence s'explique par le tri des détritus présents dans les algues lors du ramassage sur les plages puis des opérations de nettoyage et de séchage.

Présentation
Deux types de produits isolants en sont issus :
- un produit au détail servant à colmater les trous,
- des plaques d'isolation thermique utilisées pour les murs et les toits.

Forum sur les panneaux d'algues
D’après notre approche, notamment empirique, le coût d’une plaque d'isolant à base d'algues d'une épaisseur de 20 cm, revient tout simplement à même pas 0,5 € le m², + les charges de production qui ne dépasseraient pas 1 € le m². Ce qui revient à 1,5 € le m².
Nous avons, en Tunisie, environ 400 000 m³/an d’algues régurgitées dont on peut exploiter 1 % uniquement pour une unité qui produit quotidiennement et régulièrement 7 tonnes/ jour de panneaux d’isolation.
Je sais que FASA, la firme allemande avec un de leurs partenaires au Danemark sont intéressés par les algues de Tunisie.
Nous recherchons un partenaire technique pour la sélection du matériel de production, commercial pour l’écoulement de ce bio-isolant en Europe et financier si vraiment il veut s’associer à notre entreprise.

Mohamed Masmoudi
Al-Mas@topnet.tn


La laine de mouton
Comme les poils des mammifères et le duvet des oiseaux, elle possède des qualités d'isolation thermique et de régulation exceptionnelles liées à la constitution originale de ses fibres composées de "tuiles" (comme celles d'un toit).
La laine de mouton peut absorber jusqu'au tiers de son poids en eau sans que cela nuise à ses propriétés isolantes et ensuite retrouver tout son gonflant une fois sèche.
Ces propriétés en font l'un des matériaux d'isolation les plus performants avec un coefficient de conductivité thermique exceptionnel (lambda = 0,032 environ) équivalent à celui du liège et bien supérieur aux laines minérales (0,040 pour la laine de verre).

Panneau isolant de laine de mouton
Panneau isolant constitué de laine de mouton


avantages :
- légère (densité 20 Kg/ m²) et facile à poser,
- peut se compresser, ce qui est utile dans le cas de charpentes irrégulières,
- pose en rouleaux isolant de toiture sans pare vapeur,
- stabilité du rouleau faisant appel à un simple canevas placé au coeur de l'épaisseur,
- n'est pas allergisant,
- se découpe à la main, comme un tissu. (les fibres étant replacées debout comme sur le dos du mouton),
- utilisation possible sous les parquets pour isoler des bruits d'impacts,
- les rongeurs peuvent difficilement y creuser des galeries.


Le chanvre
Cette plante annuelle à croissance rapide est utilisée depuis longtemps pour la fabrication de vêtements, de papier, d'huile ainsi qu'en médecine.
Transformée par un procédé de fabrication mécanique, c'est aussi un matériau d'isolation excellent et recyclable.

Avantages
- ses fibres sont naturellement fongicides et antibactériennes,
- bonne résistance aux insectes et nuisibles qui ne s'y attaquent pas puisqu'il ne contient pas d'albumine,
- aucun danger pour la santé, tant lors de sa transformation et de sa pose,
- mise place simple et peu génératrice de poussières,
- imputrescible,
- complètement écologique.

Utilisation
En panneaux pour l'isolation des toits, des murs, et des sols.
La bonne qualité de diffusion de l'air assure une régularisation automatique de l'humidité sans déperdition de chaleur et rend l'habitation saine et confortable.
Le chanvre peut aussi être utilisé en vrac, inclus dans les torchis et mortiers légers, ou minéralisé pour en remplir les vides des constructions, planchers, combles, doublages, toitures.


Les fibres de bois
Fabrication
Les dosses, les délignures et les copeaux de conifères provenant des scieries constituent la base de ce produit.
Les fibres, humidifiées avec jusqu'à 98 % d'eau, sont ensuite pressées et séchées pour donner des produits à fibres tendres ou dures.
Le processus s'effectue sans agent ignifugé, sans fongicide et sans pesticide, la lignine propre au bois servant de seul liant.
Les panneaux poreux de fibres de bois renferment une multitude de cellules d'air, ce qui leur confère leur grand pouvoir isolant thermique comme acoustique ; ils se présentent sous forme de panneaux semi-rigides, souples, de pose facile et suffisamment rigides pour se superposer.

Présentation
Pour la construction, ils existent sous plusieurs formes :
- panneaux minces Isodalle pour la pose en sous parquets flottants,
- panneaux de plus fortes épaisseurs, Isolant Standard, pour l'isolation thermique et phonique de murs et parois.
On commence à les trouver facilement dans les grandes enseignes de bricolage.

Utilisation
- pour la toiture si la pose de l'isolant est effectuée de l'intérieur,
- pour les cloisons intérieures,
- pour l'isolation acoustique et thermique des planchers,
- en revêtement mural sur ossature bois.
Ce sont de bons supports pour la peinture ou la pose de papier peints.

Ils peuvent être recyclés, compostés ou utilisés à des fins thermiques pendant des décennies. On peut également les utiliser et réutiliser pour la protection des sols de bâtiments en cours de rénovation.


Le COCO
La fibre de coco est un produit naturel surtout connu pour avoir été largement utilisé dans la fabrication de meubles.
Avec les nouvelles technologies, cette matière première est devenue un produit efficace pour l'isolation thermique et acoustique.

Production
La fibre de coco est un excellent exemple de produit écologique en utilisation locale.
Le processus de production pour arriver au produit final est exempt de produits chimiques.
La plaque de coco est une bonne solution pour résoudre les problèmes d'insonorisation (atténuation importante de bruits d'impacts et aériens grâce à d'exceptionnelles qualités acoustiques).

Utilisation
En rouleau de coco, il est très souple et permet l'isolation thermique et acoustique, réduisant les coûts d'installation.
En fibre vrac, on en remplit les vides de planchers bois, ossatures...


Le corkoco
Résultat de la combinaison de fibre de coco et de panneaux de liège.
Il permet la réalisation de meilleures performances dues à la complémentarité des caractéristiques acoustiques de chacune de ces matières.
L'excellente stabilité du liège permet au corkoco d'être une des meilleures solutions techniques dans les situations ou l'on exige de hauts niveaux d'équilibre dimensionnel (ni dilatation, ni rétractation).

Présentation
- corkoco
- plaque de coco
La plaque de coco est plus réservée à l'insonorisation. Elle permet d'importante réduction de bruit d'impact et aérien grâce à d'exceptionnelles qualités acoustiques.

- bande de coco
Les bandes de coco sont principalement utilisées pour réduire les ponts acoustiques des solivages.

- rouleau de coco
Le rouleau de coco est très souple, il permet de multiples applications (isolation thermique et acoustique) réduisant les coûts d'installation.

- fibre de coco
La fibre de coco en vrac est utilisée en remplissage dans les vides des planchers bois, ossatures. pour l'isolation thermique et acoustique.

A noter que la fibre de coco est aussi utilisée comme substrat de plantation (notamment pour les plantes carnivores)
Prix : 4 € TTC le litre.

Où les trouver
Nature et Habitat
95, mas des Gardies
30001 - NîMES
Tel. 33 (0)466 642 274


Le LIN
Isolant naturel, le lin est la fibre naturelle la plus résistante et la plus légère qui existe.
Les résidus de l'industrie du lin sont transformés en matériel d'isolation et feutre de lin. Economique et extrêmement durable, le feutre de lin n'a rien à envier aux autres matériaux d'isolation en matière de coût et de performances.
Le lin ne provoque aucune irritation de la peau. Il est en outre agréable et facile à traiter et a des propriétés d'insonorisation exceptionnelles.
L'effet de régulation de l'humidité du matériau d'isolation et du feutre de lin se traduit par un tampon thermique permettant d'entretenir un climat agréable à l'intérieur, sans affecter le coefficient de conductivité thermique.
Les moisissures seront également évitées sur le produit, qui est hygroscopique (repousse l'humidité), n'offrant aucune condition favorable aux développement des moisissures. L'équilibre du produit en CO² est en outre positif, ce qui permet de le produire avec une consommation d'énergie minimale.
Le lin n'affectera pas davantage l'environnement lorsqu'il sera réduit à l'état de déchet.

Utilisation
- en rouleaux, le lin est agrafé sous toiture, entre tasseaux, en mural ou à poser entre les solives sur un plancher,
- en plaques semi-rigides, il est adapté au doublage des murs, à agrafer sur une structure bois ou sous toiture, également sous plancher pour une meilleure isolation phonique,
- en feutre, on le pose sous les parquets flottants ou en thibaude sous les moquettes,
- en bandes, il sert de semelle (par exemple sous carreaux de plâtre).


La perlite
Cette roche d'origine volcanique, quand elle est soumise à une température élevée, se dilate pour atteindre 10 fois son volume initial en formant des bulles vitrifiées.
Constituée de silice et d'alumine, sa structure cellulaire complétée par des fibres de verre, donne à la perlite ses qualités isolantes.

Avantages
- incombustible,
- isolant thermique,
- chimiquement neutre,
- imputrescible.

Fabrication
A base inorganique et de couleur brune, le mélange de grains de perlite, additionnés d'un hydrofugeant et combinés par voie humide avec des fibres et des liants spéciaux permet d'obtenir après des panneaux expansés rigides.
Sa grande stabilité dimensionnelle et sa résistance au feu (sans coulure ni dégagement de gaz toxiques), à la compression et au poinçonnement en font un matériau d'isolation de choix.
Les granulés (perlite + silicone) peuvent servir à l'isolation des murs creux avec remplissage complet du creux.


La vermiculite
Minerai naturel proche de la famille des micas.

Fabrication
Avant traitement, elle est triée, calibrée et tamisée.
Ce traitement thermique (exfoliation) à 900° C aboutit au produit exfolié.
L'air immobilisé dans les feuillets leur donne des propriétés thermiques et acoustiques.

Avantages
- sa masse volumique est particuliêrement faible (100 kg/ m³),
- produit naturel qui ne pique pas et n'irrite pas,
- ne contient aucun produit organique et ne dégage aucun gaz toxique ni de fumée sous l'effet de la chaleur,
- est stable dans le temps de par sa composition minérale,
- imputrescible,
- incombustible, donc aucun risque d'incendie.
- stable et inerte,
- n'attire ni insectes ni rongeurs.

Utilisation
En granulés, sa mise en oeuvre est simple et ne nécessite aucun outil particulier.
Elle est aussi utilisée pour les enduits, béton léger...


Tableau comparatif d'isolation des principaux matériaux
Lambda : Coefficient de conductivité thermique (plus le coefficient est faible, plus l'isolant est efficace)
Polyuréthane : 0,025
Polystyrène extrudé : 0,03
Laine de mouton : 0,032
Lin : 0,037
Liège : 0,037 à 0,04
Polystyrène expansé : 0,038
Chanvre en rouleau : 0,04
La cellulose 0,04
La laine de bois : 0,04
Laine de verre ou de roche (rouleau ou plaques) : 0,04
Laine de verre ou de roche (flocons) : 0,045
Chanvre en vrac : 0,048
Perlite : 0,06
Vermiculite : 0,07
Bois : 0,15
Béton cellulaire : 0,17
Béton standard : 2.


Termes techniques (en physique de construction)
- le coefficient sd d'un matériau de construction indique l'épaisseur de la couche d'air qui opposerait exactement la même résistance à la vapeur d'eau que le matériau.
Par exemple la ouate de cellulose d'une épaisseur de 20 cm est aussi perméable à la vapeur qu'une couche de 30 cm d'air ce qui donne pour la ouate de cellulose un Coefficient de sd = 0,3 m.

- le paramètre c indique la capacité thermique spécifique des matériaux pour l'isolation thermique en été. Plus cette valeur est élevée et plus le matériau peut accumuler de la chaleur et ainsi préserver la fraîcheur de l'habitation.
c indique la quantité de chaleur traversant un kilo de matériau lorsque la température augmente de 1°C.

- le paramètre h indique le déplacement de phase des éléments de construction pour l'isolation thermique en été. Il devrait être de 10 heures au moins.
"h" indique en heure le retard avec lequel la chaleur estivale passe par la face extérieure à la face côté pièce d'un élément de construction. Plus la capacité thermique spécifique du matériau est élevée plus le déplacement de phase est grand.

- le paramètre de résistance aux ondes par rapport à la longueur indique la propriété d'absorption de sons aériens des matériaux.


Les AIDES à l'ISOLATION
Le crédit d'impôt
La loi de finances 2009 prévoyait, au moins jusqu'en 2012, une extension des aides pour les travaux relatifs aux économies d'énergie dans les logements, et concerne directement l'isolation :
- Le crédit d'impôt a été étendu à la main d'oeuvre pour la pose par le professionnel fournisseur de l'isolant thermique et non plus aux seuls matériaux, comme précédemment.
Le montant de cette aide variait entre 25 et 40 % (taux maximum pour les isolations réalisées dans les bâtiments construits avant 1977).
Côté administratif, le niveau de performance des matériaux doit être attesté par le fabricant (ce qui est logique), et doit figurer sur la facture.
- Le champ d'application, jusque-là limité aux travaux effectués dans une résidence principale, a été étendu aux logements achevés depuis plus de 2 ans, à la condition qu'ils fassent l'objet d'une location par leur propriétaire pendant au moins 5 ans (le montant ouvrant droit à crédit d'impôt était cependant plafonné à 8.000 € pour un célibataire et 16.000 € pour un couple.

Dans la réalité, et pour l'avoir constaté auprès de plusieurs proches s'étant lancés dans ces travaux en 2015 et 2016, il est très difficile de rentrer dans toutes les conditions imposées pour l'octroi d'une aide.
Il faut donc prendre le problème autrement : Engager ces investissements par conviction ou parce que vous avez un vrai gain thermique au bout du chantier....


L'éco-prêt à taux zéro
Autre nouveauté éconologique, la possibilité de souscrire un prêt plafonné à 30.000 € (ou 300 €/ m²), permettant d'aider les particuliers à financer des travaux d'amélioration de la performance énergétique de leur logement.
Cet avantage s'adresse aux personnes physiques seulement, sans condition de ressources, pour financer des travaux effectués dans l'habitation principale ou dans un logement mis en location.
Sont éligibles à ce prêt uniquement les logements achevés avant le 1er janvier 1990.
Petite restriction supplémentaire : ce prêt particulièrement avantageux ne peut se cumuler avec le droit au crédit d'impôt.

Crédit d'impôt pour le diagnostic de performance énergétique ?
Le désormais fameux (DPE), obligatoirement éxécuté avant toute vente ou location d'un bien immobilier, pourrait bénéficier d'un crédit d'impôt de 50 % s'il est effectué volontairement avant des travaux d'isolation.
Condition restrictive : un seul logement par foyer pris en compte.


Pour prendre contact avec un expert en thermographie et en infiltrométrie
A l'aide d'une caméra thermique, il visualisera les endroits de la maison qui perdent le plus de thermies, en vous indiquant la priorité des travaux d'isolation à effectuer.
www.ethiquhabitat.fr
contact@ethiquhabitat.fr

Expertise en habitat sain et géobiologie


Forum
Je suis formateur en éco-conception, en performance énergétique du bâtiment et artisan éco-constructeur. C'est pour cela que je recherchais des données précises sur les briques liant papier. Je reste sceptique (pour ne pas dire complètement dubitatif) sur le remplacement de la VMC par la perméance, même avec ventilation naturelle (ou assistée, donc pas naturelle). On ne peut pas brasser le volume règlementaire en ne comptant que sur ces indicateurs et c'est dommage car c'est aussi mon combat contre des collègues architectes "éco" qui ne peuvent pas prescrire sans VMC.
X.M

Réponse :
Comme vous l'avez sans doute compris en nous lisant nous ne sommes pas fan de la VMC centralisée, qui posent un certain nombre de problèmes supplémentaires. Même dans une maison avec des parois imperméables (non respirantes) il est possible de maintenir une qualité de l'air convenable par de la ventilation par convection naturelle (sans parler des puits canadiens), aération ou en s'aidant de petits extracteurs hygro-régulés dans les pièces humides. L'usage de matériaux respirants est un plus, tant pour l'épuration de l'air intérieur que pour l'intégrité des structures portantes ou isolantes. Le problème des archi fussent-ils éco sont prescripteurs de tas de choses à la mode, dont ils n'ont souvent aucune retour d'expérience à long terme ; nous partageons donc amplement votre position.

Sur votre article sur les isolants écologiques vous ne citez aucun isolant minces.
Pourtant sur le marché il y en a un qui répond aux critéres HQE : ACV-CSTB N° E04-010.
Cet isolant est le seul à avoir un N° ACERMI : N° 09/110/554.
Il s'agit de l' Airflex qui dans le cadre d'une isolation Globale consistant à associer isolant mince et isolant épais génére 15 % d'économie d'énergie supplémentaire.

Claude

Réponse :
Suite à votre remarque, nous avons rajouté un paragraphe sur les isolants minces.
Nous ne l'avions pas fait jusqu'à présent car ils posent plus de problèmes qu'ils n'apportent de solutions, dans les faits.
Il y a en effet loin entre les mesures ou constatations faites en labo et la réalité de leur installation dans les logements...

Peut-il être possible de construire des cloisons à base de laine de mouton, chanvre ou lin ?
Ces cloisons pourront-elles supporter des meubles ?
Quant à l'isolation des murs extérieurs, comment utiliser les matériaux ci-dessus ?

M.D

Réponse :
Si vous avez bien lu les articles de ce site concernant les matériaux isolants et complété votre information par les livres référents sur le sujet, vous aurez compris que le mélange terre ou chaux avec des fibres végétales ou animales ne date pas d'hier et que c'est parfaitement réalisable par vous-même pour créer des parois isolantes.
Pour ce qui est de supporter des meubles types meubles de cuisine, par exemple, tout est histoire de dosages et d'épaisseur et rien n'empêche le cas échéant de les fixer sur une ossature bois.
Si vous utilisez des produits tout faits, tels que les briques de chanvre, il n'y a aucun problème de solidité, puisque ces produits sont prévus pour édifier des murs extérieurs autoporteurs.
En isolation intérieure des murs, tout doublage avec ces types de produits convient.

Il existe sur le marché plusieurs peintures isolantes thermiques — ainsi, Hy-Tech, Insul-Add (USA), Supertherm (France).
Les sites des fabricants de ces produits sont extrêmement élogieux, mais on peut aussi trouver des avis négatifs.
Auriez-vous des informations sur ce sujet qui devient important en ces temps où les économies d'énergie deviennent de plus en plus cruciales ?

Yves D.

Réponse :
Si vous avez bien lu les pages consacrées à l'isolation et les livres consacrés au sujet par de nombreux spécialistes, vous avez compris qu'il ne peut y avoir d'isolation digne de ce nom avec une couche mince, quelle qu'elle soit ! Le meilleur des isolants restant l'air sec.
En effet, réfléchir les rayonnements n'agit que sur la partie infrarouge de la perte thermique et du simple papier alu en sous couche de votre papier peint aura le même effet.
Par ailleurs, ces peintures ne permettent pas la migration de la vapeur d'eau et des gaz par les murs vers l'extérieur (murs respirants).&
De plus les formulations de ces peintures "magiques" (liants, tenseurs, accrocheurs...) laissent présager un impact sur la santé dont il convient de se méfier sérieusement.

Je viens de construire une dalle sur sous-sol. Dans une partie, je voudrais aménager une cave. Pour finir, avant d'y mettre quelques étagères, je veux isoler le plafond de cette "cave", mais je n'ai pas trouvé, dans ma lecture (incomplète ?) le renseignement que j'aurai voulu valider. Tout y est expliqué pour l'isolation de toiture ou sol avec des lambourdes. Existe-t-il des plaques d'argile qui pourraient isoler le plafond de cet endroit à tendance humide ? Quel(s) autre(s) matériau(x) (solide à coller aux hourdis, à l'inverse des rouleaux d'isolant toiture) serai(en)t à ma disposition pour ma réalisation ?
Jacques D.

Réponse :
Tout ce qui permet l'isolation des murs tant à l'intérieur qu'à l'extérieur peut être employé dans votre cas, avec une préférence pour les matériaux "respirants" compte tenu de l'humidité résiduelle de votre cave et de son absence de ventilation (point sur lequel vous devriez intervenir aussi) ; la solution "en plaques" facilitera sans doute sa mise en place, mais l'argile, à cause de son affinité pour l'eau, n'est certainement pas la meilleure solution.

Je recherche dans le cadre de mon travail (en industrie), un isolant en remplacement de la silice que nous utilisons actuellement comme joints de fours. Nous avons testé la vermiculite, mais ce matériau est trop léger. Le produit en question doit supporter une température d'environ 850° C, être facile à remplacer, sans nocivité aucune.
Pourriez vous m'orienter vers des fournisseurs de produits isolant thermique en granules, feuille, plaque, ou...? mais résolument non nocifs.
Cette demande impose des informations complémentaires, aussi vous pouvez me contacter :

J. VELAT
service maintenance, société UGITECHT
Tel : 04 79 89 35 87.


Pour en savoir plus
Pour ceux qui souhaitent faire ou refaire leur isolation, reportez-vous à l'ouvrage suivant qui développe en détail les différents matériaux écologiques d'isolation et les techniques à employer :
Guide de l'isolation et du chauffage
Editions Eyrolles - prix librairie 9 €

Habitat
Construire et aménager une maison écologique : les différents modes de construction, les maisons en bois, les maisons à ossature bois, le chauffage, le chauffe-eau, l'isolation, la ventilation, les polluants domestiques, les ondes, l'assainissement, la décoration, les aides...
Chauffage
Calcul du coût de votre chauffage, bilan énergétique de son logements, diagnostic thermique, pompes à chaleur, climatiqation réversibles, géothermie, plancher chauffant, chauffage au bois et aux céréales, puits canadien, chaudières à condensation, cheminée au bio-éthanol, recyclage du bois
Eau
Usage éco-responsable de l'eau : eau en bouteille, filtration de l'eau, polluants de l'eau, récupération et réemploi de l'eau, systèmes anti-calcaires, le bélier hydraulique, lavage des voitures, l'eutrophysation, les pluies acides...
Mobilité
Transports propres et carburants écologiques : conduite écologique, limites du pétrole, bio-carburants, vélos et scooters électriques, coursiers écologiques, voitures propres électriques et hybrides, covoiturage, moteurs pantome hybride électrique pneumatiques... recyclage des voitures, trains hybrides, croisières écologiques et cargos écolos
Planète
Enjeux de la qualité de l'air, de la climatologie et du réchauffement climatique, Impacts de la Déforestation et des Feux de Forêt, Taxe Carbone, Bilan Carbone et éco-citoyenneté, les inondations, les Marées Noires, Les Jachères Fleuries, Eco-villes et pollutions lumineuses Pacte écologique et Développement Durable, Green-Washing et Commerce Equitable, Charte pour l'Environnement et Natura 2000
Divers
Nouveautés Ecolos
Les SCIC et SCOP
Eco formations
Le Wwoofing
Ours & Loups
Associations
Prêts Solidaires
Enquête Publique
Ecologie au féminin
Ecologie & Santé
Ecologie Profonde
Ecologie & Religion
Humour & Ecologie

Médias
Forum
Eco-emplois
Liens
Soutien/ Publicité

Contact
Page Facebook de l'Ecologique Appliquée

Vous avez apprécié nos dossiers, nos conseils, notre indépendance ? Merci de le manifester et de vous faire notre ambassadeur sur les réseaux sociaux.




Follow EcologieA on Twitter
Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.



Partenaires :