Ecologie Solutions
CHAUDIERES et POELES au BOIS, CHAUFFAGE aux CEREALES

Chauffages au bois, aux céréales et autres combustibles issus de la biomasse

Le bois est une énergie naturelle et renouvelable La réalité des coûts de l'énergie bois
(les prix indiqués sont à actualiser)
1 tonne de fioul domestique (à puissance calorifique équivalente)
= 2 tonnes de granulés de bois (3 m³) soit 400 €
= 3 tonnes de plaquettes de bois (11 m³) soit 209 €
= 4 tonnes de bûches de bois (7 stères) soit 280 €.
(Voir les prix comparatifs des sources d'énergie sur la page : cout-compare-energies)

Chauffage au bois bûches
Prix
Dans les régions boisées, le stère de bois revenait en 2006 de 35 à 40 euros, coupé et livré en 50 cm.
Ce prix en légère hausse est essentiellement dû à l'augmentation du prix du transport et de l'essence servant aux tronçonneuses d'abattage.
C'est ainsi qu'au début 2008, les bûches de bois de charme ou de chêne en 50 cm coûtent 48 € le stère (Livraison 6 stères minimum - départ Nièvre - 58).
Ces prix risquent de continuer à augmenter, mais il reste toujours possible dans plusieurs département de s'en procurer à des prix convenables, ou encore mieux, de faire son bois soi-même, ou de se répartir des affouages.

Qualité
Sachez qu'un bois propre à l'utilisation chauffage doit avoir séché au minimum pendant 18 mois pour avoir le meilleur rendement et ne pas trop goudronner les conduits d'évacuation.
L'installaton (pose et accessoires compris) d'un chauffage au bois coûte environ 5.000 euros pour une cheminée à foyer fermé et entre 350 à 2.500 euros pour un poêle, selon le modèle, la puissance et la marque.



Cette chaudière à bois qui alimente un circuit de radiateurs classiques présente l'avantage d'accepter des bûches de 1m de longueur. Elle permet de chauffer une longère nivernaise (sans double-vitrage ou réelle isolation) de 150 m² habitables sur 2 niveaux (4 chambres, salon, cuisine...) en utilisant environ 30 stères par an de bois.

Aides
Enfin, les lois fiscales prévoient dans certains cas des avantages pour l'installation de chauffage au bois (poêles, foyers fermés, inserts ou même cuisinières mixtes) :
- crédit d'impôt, sur le prix des équipements et matériaux hors main d'oeuvre.
- production obligatoire aux services fiscaux d'une facture portant mention des caractéristiques définies par l'arrêté ministériel.

De même, les collectivités peuvent profiter d'aides spécifiques pour équiper leurs bâtiments de chaufferies au bois.
A titre d'exemple, en Bourgogne, ce ne sont pas moins de 55 MegaWatts/ h, pour les industries et 26,5 MW/h pour le chauffage domestique (chiffres 2005) qui sont ainsi produits à partir du bois en économisant ainsi 15.000 tonnes d'équivalent pétrole...


Les inserts ou foyers fermés à bois
D'un côté, les foyers fermés présentent l'avantage d'avoir un rendement très supérieur aux autres systèmes de chauffage à bois mais mal installés, leur fonctionnement peut être une source de refroidissement important de la maison !
Le lecteur doit avoir du mal à comprendre ce paradoxe : « plus je chauffe, plus je refroidis ! »

Démonstration en 4 points !
- pour brûler, le bois à besoin d'un comburant qui est l'air,
- plus il fait froid, plus vous activez votre feu,
- plus le feu est actif, plus il aspire l'air de votre logement,
- la dépression créée pompe l'air très froid de l'extérieur en remplacement de l'air brûlé,
- cet air refroidit votre logement.

Effets
- une surconsommation de bois,
- un inconfort important, puisque votre tête peut être dans une couche d'air à 25° et vos pieds dans une autre à 10°.

Explications
Un bon chauffage est réputé assurer un « delta » (différentiel thermique) d'au moins 20° entre la température extérieure et la température intérieure !
La mise en dépression occasionnée par le prélèvement de l'air de combustion à l'intérieur est une hérésie, puisqu'il aboutit à son remplacement par un air beaucoup plus froid et le plus souvent humide.
Or nous avons vu que l'humidité augmente la sensation de froid !

Cet air froid va se concentrer au niveau du sol par stratification thermique naturelle (l'air chaud étant plus léger) créant un « coulis » particulièrement désagréable au niveau des pieds.

Enfin plus vous chauffez, plus vous emballerez ce processus car à la fois vous augmenterez ce prélèvement d'air à l'extérieur et sans doute cet air sera à la fois plus froid et humide !

Solution
Elle est fort simple puisqu'il s'agit de ne pas mettre votre maison en dépression en prélevanr l'air de combustion directement dehors par une canalisation de 50 mm en PVC par exemple.
Malheureusement, la quasi majorité des constructeurs de ce type de chauffage au bois n'a pas intégré cette solution pourtant simple en prévoyant une bouche d'air primaire normalisée sur leurs modèles (même sur ceux très haut de gamme, prévoyant pourtant des systèmes sophistiqués de post combustion, etc !)
Pour ma part, je l'ai conçue et réalisé moi-même, en modifiant la partie inférieure de mon insert (photo ci-dessous) tout en bouchant les orifices d'admission en façade ; j'en ai aussi profité pour installer une vanne qui sert à régler de façon fine la combustion.
A ma connaissance aucune étude a été faite sur la perte de calorie moyenne ainsi engendrée, mais la consommation en bois a diminué d'environ 30 %, avec un confort amélioré !


Système "bricolé maison" d'une arrivée d'air primaire de combustion extérieure.
Question
Nous avons fait installer par un professionnel une cheminée radiante Philippe 700. En lisant votre exposé sur les inserts et l'importance de l'arrivée d'air de l'extérieur pour une meilleure combustion et pour éviter une dépression dans l'habitation. Vous dîtes avoir modifié votre insert et avoir mis une arrivée d'air extérieur venant se greffer sur l'insert lui-même. Pouvez-vous me dire où vous avez percé votre insert, sur la photo on ne voit pas très bien, notre insert a un cendrier.
Réponse
Notre insert possède également un cendrier, situé comme il se doit, sous la sole dans un compartiment s'ouvrant vers l'avant par la trappe portant les chiffres 1 2 3 4 (ils correspondaient à l'ancien réglage d'admission d'air par la façade, que nous avons condamné).
C'est la tôle sous ce compartiment, au plus prês de l'avant et au centre (pour que ce point d'admission d'air ne soit pas bouché par le cendrier) que nous avons percé pour adapter une platine aboutissant à la vanne chauffage (à manette bleue) régulant l'arrivée d'air extérieur via la conduite PVC blanche que l'on distingue sur la photo.
Paul de Haut

Les mauvais élèves
Nombres de marques continuent de fabriquer des modèles qui puisent l'air de combustion à l'intérieur, et / ou n'ont pas de système intégré de récupération de la chaleur permettant de la diffuser dans d'autres pièces que celle dans laquelle est installé l'appareil.
Il est difficile aujourd'hui, alors que l'infiltrométrie est devenue une discipline de plus en plus emplyée en construction, de comprendre une telle obstination.
C'est par exemple le cas de France-Turbo qui propose une magnifique gamme de poèles cheminées haut de gamme (entre 3000 à 5000 €) à la fois très esthétiques et présentant des caractéristiques technologique avancées (post combustion) améliorant le rendement, l'impact sur l'environnement et la quantité de cendres produites.
Cependant, l'air primaire est puisé à l'intérieur mettant la maison en dépression, et aucun des centaines de modèles proposés ne prévoit de dispositif de récupération et de transfert des thermie vers d'autres pièces...

Quelques mesures de températures
(Relevées sur un insert "Auer 700" équipé de 2 ventilateurs de forçage de circulation d'air et desservant plusieurs pièces au moyens de conduits aluminium annelés et de bouches de soufflage)

Localisation température Température en ° C
Extérieur à la maison 1
Vitre 320
Fonte de corps 120
Tuyau fumées sortie insert 235
Tuyau fumées avant entrée boisseau 88
Conduit circuit air pulsé (sortie insert) 78
Conduit circuit air pulsé (entrée hourdi) 75
Paroi latérale extérieure insert (bas) 38
Paroi latérale extérieure insert (haut) 70
Entrée air insert 27
Mur intérieur 20
Boisseau 1er étage (niveau sol) 46
Boisseau 1er étage (niveau plafond) 37
Air souffé pièce 1 (contigüe) 47
Air souffé pièce 2 (à 5 m) 27
Air souffé pièce 3 (à 3 m avec coude) 25
Mesures de températures effectuées avec un thermomètre électronique laser.


CHAUDIERES à GRANULES ou PLAQUETTES de BOIS
De nombreux modèles existent aujourd'hui, très performants et d'un entretien facile, ils utilisent des granulés ou plaquettes de bois.

Les poêles à granulés
On les trouve aussi sous le nom de poêles à pellets
Ce sont des poêles qui fonctionnent avec des granulés de bois mais qui offrent les fonctionnalités des chaudières modernes.
Adaptées jusqu'à 100 m² habitables pour une puissance réglable jusqu'à 12 kW, les dernières générations possèdent un thermostat d'ambiance, un allumage et une extinction programmables
Autonomie correcte : son réservoir interne peut facilement contenir de 15 à 25 kg de granulés de bois correspondant à un fonctionnement continu jusqu'à une quarantaine d'heures.
Les modèles les plus fiables sont équipés d'un foyer en céramique.

avantages
- écologiques,
- économiques (mais plus autant que cela, compte-tenu de l'énorme augmentation du prix des granulés)
- combustible propre et générant peu de cendres ou rejets salissants,
- haut rendement de 86 %
- chargement pratique.

Prix
A partir de 2500 €.
Lien modèles poêles à granulés

poêles à granulés


Les chaudières à granulés
Grâce à la concurence européenne des modèles tchécolovaques sont même d'un prix inférieur à celui des chaudières conventionnelles qui les rendent accessibles aux particuliers, à partir du moment où l'on peut aisément stocker les granulés et qu'on peut s'en procurer facilement à un prix intéressant (mais combien de temps encore ?).
Exemple d'une installation à granulés pour une entreprise à Nevers (58) :
- puissance 50 kW,
- silo de 10 m³,
- investissement : 20.250 € dont 8.134 € de chaudière,
- crédit d'impôt de 6.500 €,
- consommation 11 tonnes / an à 200 € la tonne soit 2.200 € /an,
- équivalence 5000 litres de fioul.


Sachet de bois en granulés


Notre avis :
Comme l'aurait dit le regretté Fernand Raynaud : "Ca eu payé, mais ça paye plus !".
Si au début de l'ère des poêles à granulés, ces derniers étaient d'un prix intéressant, ce n'est plus le cas aujourd'hui, loin s'en faut !
Ceux qui se sont équipés, se retrouvent exactement donc aussi dépendants du marché que ceux qui sont encore au chauffage gaz ou fioul.
Nous l'avions dit et écrit à l'époque, mais peu d'écologistes nous avaient écoutés, emportés par leur élan dogmatique.


Les chaudières à plaquettes
Exemple d'une installation à plaquettes pour un gîte rural à Vielmanay (58) :
- puissance 60 kW,
- silo de 70 m³,
- investissement : 34.518 € dont 18.688 € de chaudière,
- crédit d'impôt + aide régionale de 13.119 €,
- consommation 65 m³/ an à 19 € le m³ soit 1.250 € / an
- équivalence 6000 litres de fioul.

Constructeurs de chaudières à bois déchiqueté
Nom
Adresse
Contacts
Energie 79 ZI Route de Niort
79160 - COULONGE-sur-L'AUTIZE
Tel : 05 49 06 06 60
Fax : 05 49 06 00 60
Energie Système L'Espinglette - RN 120
19430 - St-JULIEN le PELERIN
Tel : 05 55 28 70 41
Fax : 05 55 28 74 14
Froling 42, chemin du Bretzel
68140 - MUNSTER
Tel : 03 89 77 25 79
Fax : 03 89 77 25 79
Hargassner La Grande Terre
07400 - SCEAUTRES
Tel : 04 75 52 45 55
Fax : 04 75 52 45 60
Heizomat 6, impasse de l'Escalier
67710 - WAGENBOURG
Tel : 03 88 87 33 73
Fax : 03 88 87 37 57
Herz Sb Thermique
38460 - DIMIZIEU
Tel : 04 74 90 43 08
Fax : 04 74 90 49 96
HS Baxi France Rue Andersen
67870 - BISCHOFFSHEIM
Tel : 03 88 49 27 57
Fax : 03 88 49 27 57
Kob Hameau Les Verdets
04230 - ONGLES
Tel : 04 92 73 10 80
Fax : 04 92 73 10 80
Lindner & Sommerauer GFSERVICES FRANCE
350, rue Victor Hugo
42120 - COMMELLE VERNAY

Tel : 04 77 67 18 70
Fax : 04 77 67 29 94
Reka

38, rue des Bouts de la Ville
78250 - GAILLON-sur-MONTCIENT

Tel : 01 34 74 89 17
Fax : 01 34 74 89 17
Schmidt SA Vyncke 28, rue des Celtes
68510 - SIERENTZ
Tel : 03 89 28 50 82
Fax : 03 89 28 50 81
Veto SAS FSI Franskan Zac du Chêne - Rue des Tisserands
72610 - ARCONNAY
Tel : 02 33 31 84 65
Fax : 02 33 29 75 81


Production de plaquettes de bois de chauffage
Des engins ont été mis au point et sont maintenant en exploitation (Unisylvia, Boisénergie, Coopérative Forestière de Bourgogne-Limousin, Cuma-Nièvre...) pour fabriquer en une seule opération des plaquettes de bois de chauffage.
Ces espèces de tracteurs spéciaux déchiquettent des arbres entiers (tronc, grumes et branches sans distinction) pour donner au final des morceaux de bois normalisés de quelques centimètres de côté et d'1cm d'épaisseur, pouvant alimenter des chaudières à bois automatisées aussi bien pour les particuliers que collectives ou même des centrales de production électrique...
caractéristiques
- ambulants, ils permettent de travailler sur site,
- diamètre maximum des troncs : 40 cm,
- longueur maximum des troncs : 12 m,
- débit production : 30 à 40 m³/ heure,
- calibrage des plaquettes bois obtenues : de 1 à 4 cm.


Déchiqueteuse-bois grappin du Cuma 58


Détail du passage du bois

Les plaquettes de bois
prix
Ces plaquettes reviennent entre 2 et 3 fois moins cher à rendement équivalent que les énergies fossiles, tout en produisant lors de leur combustion une quantité de CO² équivalente à celle absorbée lors de la croissance des arbres transformés.
Les plaquettes forestières reviennent à 22 € le mètre cube apparent (MAP) - départ Nièvre, Livraison minimale : 12 MAP (tarifs 2008)

intérêt écologique
4 m³ de bois permettent donc d'économiser 1 tonne de pétrole tout en évitant l'émission de 2,5 tonnes de CO² dans l'atmosphère.

  
Produits obtenus avec ou sans feuilles.


Bilan environnremental du bois déchiqueté
Il faut 0,85 litre de fioul pour transformer 1 m³ de plaquettes de bois à partir de bois coupé,
1 m³ de plaquettes de bois équivaut à 9 litres de fioul chauffage.

Notre avis :
Contrairement, aux granulés de bois, les plaquettes correspondent à un circuit court de production, et peuvent être obtenues à partir de bois de taille, c'est à dire sans prélèvement de bois "noble" qui aurait pu servir à des usages plus nobles.
D'autre part, l'étape de transformation consistant au chauffage, au moulage et au calibrage est évitée, avec ses coûts et son impact énergétique.
De plus, n'importe qui peut créer la quantité dont il a besoin pour se chauffer en ayant recours aux services d''une déchiqueteuse.
Bien évidemment, cela nous semble la meilleure solution.


Règlementation cheminée pour la région parisienne
Loi de janvier 1997
La réglementation concernant les cheminées à foyer ouvert en Ile de France Les feux de cheminée dans Paris intra-muros étaient réglementés par l'article 23 de l'arrêté du 22 janvier 1997 : "Est interdite la combustion de tous déchets ou de tous combustibles solides dont la teneur en cendres est supérieure à 20 % ou dont le pouvoir calorifique est inférieur à 6,38 kW (5.500 Kcal/kg) et dont la teneur en matière volatile est supérieure à 15 %". La combustion de bois commercialement sec (humidité inférieure à 20 %) est autorisée à condition qu'elle ne provoque pas de nuisance dans le voisinage notamment dans les cas suivants :
- poêles et cheminées à foyer fermé d'un rendement thermique supérieur à 65 %, utilisés en chauffage d'appoint ;
- cheminées à foyer ouvert uniquement utilisées en appoint ou à des fins d'agrément. Le bois ainsi consommé doit être du bois soit à l'état naturel tranché, soit déchiqueté en copeaux ou en morceaux, y compris son écorce, ou soit des résidus de l'industrie du bois non imprégnés non revêtus d'une substance quelconque. Le règlement de copropriété et/ou le bail peuvent interdire les feux de cheminée : il convient donc de les vérifier.
Le propriétaire et le locataire doivent également vérifier que leur police d'assurance les couvre en cas de dommages ayant pour origine un feu de cheminée.
Rappelons qu'une cheminée est dite "à foyer ouvert" lorsque le bois brûle librement sans confiner sa combustion pour la ralentir et en récupérer la chaleur.
(source : ANIL)

Arrêté préfectoral de mars 2013
L’arrêté préfectoral publié les 25 mars 2013 décrète qu'à compter du 1er janvier 2015, les flambées sont interdites dans 435 villes d’Ile-de-France.
L’objectif - très contoversé - de cette mesure concernant environ 125.000 logements,.est de réduire de 61 % les émissions de particules dans le secteur résidentiel francilien d’ici 2020.
Pour mémoire, à Paris intra-muros, tout feu de cheminée ou utilisation de poêle à bois est déjà strictement interdit.

Champ d'application
Dans les autres communes franciliennes, l'usage de cheminées à foyer ouvert est interdit ; en revanche, un poêle à bois de dernière génération ou un foyer fermé, type insert, restent autorisés.

Sanctions prévues
Les particuliers ne respectant pas ces nouvelles règles encourrent en théorie jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende même s'il va être très difficile d'établir le délit.

Effet pernicieux
Les assurances, qui utilisent déjà tous les prétextes pour éviter de rembourser des sinistres "normaux", ne se priveront pas de limiter la prise en charge s’il s’avérait qu’un incendie était déclenché suite à un feu de cheminée non conforme...

A noter que la ministre de l'écologie et du développement durable, Ségolène Royal, a déclaré ne pas souhaiter l'application de cet arrêté préfectoral, mais "les paroles s'envolent, et les écrits restent et force reste à la loi"...
Alors, méfiance !


Chauffage par chaudière à avoine/ blé ou orge
Cela fonctionne aussi avec le maïs, que nous écartons, compte tenu de sa grande consommation en eau d'irrigation.
Il existe maintenant des chaudières à chauffage central d'une puissance dégagée de 35 kW, fonctionnant avec des céréales.
Le système comporte un corps de chauffe avec à sa base une soufflerie pour oxygéner l'air de combustion.
La céréale arrive automatiquement dans le foyer par une vis sans fin et comble du confort : les cendres sont propulsées automatiquement dans des sacs !
Le tout est muni d'un thermostat pour réguler la combustion et une sonde de sécurité incendie complète le dispositif pour éviter toute surchauffe.
nota : l'allumage automatique des céréales est assez difficile ; il vaut mieux donc garder la chaudière en veilleuse que l'éteindre.
L'odeur dégagée est plutôt agréable (odeur de pain grillé pour le blé et de café pour l'orge).

chaudière à céréales


Coût
Le surcoût d'une chaudière à céréales par rapport à un modèle au fioul est de l'ordre de 2 à 3000 €, mais cela va très vite devenir équivalent et se rattrape en un an grâce aux économies importante sur le "carburant".
Le prix de l'avoine de chauffage est de : 80 € / tonne, 108 € / tonne pour le blé.

Précautions
Vérifiez que votre installateur chauffagiste possède l'agrément de la nouvelle charte "Qualibois".
Elle atteste qu'il a suivi une formation organisée par l'ADEME, la CAPEB et la FFB.

Un débouché pour les agriculteurs
La généralisation de ce type de chaudière favorisée par l'autorisation de la vente de céréales comme combustible serait une vraie bouffée d'oxygène pour les agriculteurs et pour notre environnement.

De l'intention à l'action du gouvernement français, pourtant leste à donner des leçons d'écologie et de développement sur la scène internationnale, il y a l'épaisseur des taxes sur les produits pétroliers, c'est à dire un matelas de manque à gagner !

Evolution de la biomasse solide
Le baromêtre mesurant la croissance de la biomasse solide indique une augmentation de 8 % en 2010.
Ces bons résultats sont dus à la volonté politique des pays de l'Union européenne de développer le potentiel énergétique de cette ressource renouvelable.
En 2010, on note en effet une nette accélération de la croissance de la production d'énergie primaire puisque celle-ci atteint 79,3 Mtep en 2010, soit une croissance de 8 % par rapport à 2009.
Cette tendance, accentuée par un hiver européen 2009-2010 particuliêrement froid, montre que malgré la crise économique, les efforts de structuration de la filière biomasse solide sont restés une priorité pour de nombreux états membres.

Exemple d'installation
Concernant les usages de chauffage et eau chaude sanitaire d'une habitation de 120 m² utiles :
- type : chaudière automatique à alimentation par vis sans fin,
- puissance : 15 kW,
- silo : 8,5 m³ (volume utile 7 m³ correspondant à une autonomie d'1 an),
- consommation : 21.318 kWh équivalent / an,
- prix installation : 10.520 € TTC (TVA à 5,5 % sur le matériel),
- crédit d'impôt : 3500 €
- Prix réellement déboursé : 7.020 € + 654 € pour l'auto-construction du silo.

Notre avis :
Cela nous heurte d'avoir recours à des denrées vivrières pour se chauffer.


Poêle à effet de masse ou poêle alsacien
Aussi appelé : « Kachelofen », « Poêle Alsacien », « Poêle de Masse » ou « Poêle Maçonné », le poêle à inertie est souvent utilisé dans les bio constructions et les maisons en bois.

principe
Poele alsacien à effet de masseCe sont des poêles à bois, très lourds (souvent plus d'une tonne) permettant de brûler du bois à haute température (plus de 900° C).
Cette température élevée permet une combustion presque totale (moins d’imbrûlés et de goudrons) et plus d'énergie restituée.
Une flambée type, dure entre une à deux heures et, plus le bois est de petite dimensions (et sec !), plus le feu est rapide et monte en température.
La partie minérale du poêle capte cette chaleur et la redistribue en rayonnant pendant plusieurs heures puisque l’inertie thermique importante de ces appareils assure un rayonnement calorifique jusqu’à 20 heures).
Une ou deux flambées suffisent pour une journée avec un poêle à inertie correctement dimensionné.

avantages
- confortable - chaleur restituée à environ 80 % par radiation et 20 % par convection.
- efficace - une combustion presque complète (90 à 95 %) et une température du feu montant jusqu'à 1400°C dans le foyer (mais seulement 100 à 150°C à la sortie du poêle).
- écologique - un minimum de gaz toxiques sortent de la cheminée.

et sur certains modèles :
- échangeur de chaleur
pour l'eau sanitaire et des radiateurs/ murs /sols chauffants,
- portes vitrées participant à la création d’une ambiance,
- banc chauffant… sur certains modèles,
- four intégré (et grand foyer pouvant aussi servir de four),

inconvénients
- gros volume occupé par le poêle demandant de la place et pouvant "écraser" une pièce,
- prix élevé : entre 8.000 à 10.000 €,
- la montée en température ne se fait qu'avec du petit bois, qu'il faut faire soi-même ou récupérer et remiser,
- le feu doit être rallumé pour chaque période de chauffe,
- demande à être présent et actif pour entretenir la combustion intense pendant la période de chauffe (le petit bois brûle vite).

conseils
- comme pour tout chauffage au bois, il conviendra de prélever l'air primaire de combustion à l'extérieur de la maison ou dans la cave pour éviter de mettre en dépression le logement pendant les 2 heures de la phase de chauffe intense !
Exigez-le de votre installateur...
- ces poêles pouvant être construits avec de la pierre réfractaire basique ou avec de la stéatite qui n'a pas du tout le même rendement. (voir paragraphe suivant), renseignez-vous précisément avant de passer commande !

Les poêles à stéatite
Les poêles de masse en stéatite accumulent la chaleur durant 2 à 3 heures pour la diffuser ensuite pendant 24 heures.
En effectuant cette chauffe intense durant la soirée, le poêle restera chaud jusqu'au lendemain soir.
A froid, grâce à la conductivité de la stéatite et à sa construction spécifique, il rayonne déjà après 15 à 30 minutes de combustion.
Cette température descend ensuite lentement, mais celle de l'air ambiante reste stable pendant 24 heures suite à l'augmentation de la température des parois de la pièce, causée par le rayonnement du poêle.
Cette augmentation n'est que de quelques degrés, mais la grande surface des parois garantit une inertie thermique d'environ une journée !
Le mode de combustion complète, fait que 90 % en moyenne de l'énergie du bois est effectivement transformée en chaleur, avec :
- environ 0,5 % seulement de cendres non consumées et de gaz de combustion,
- une déperdition entre 5 et 10 % de chaleur au niveau des fumées évacuées par la cheminée.
A noter qu'une chaleur minimale des fumées est nécessaire pour maintenir un tirage naturel de bonne qualité.

la stéatite
Cette pierre alpine connue depuis la haute époque est appelée aussi pierre à savon, craie de Briançon ou pierre ollaire (puisque ayant longtemps servi à faire des pôts). C'est un minéral très tendre, principalement composé de talc.
La stéatite est plus lourde que la pierre de taille (2725 kg/ m³) et après traitement de la surface, elle atteint même la dureté du marbre (3-4 Mohs).
Quant à son point de fusion, le fer forgé et l'acier fondent beaucoup plus rapidement (respectivement à environ 1200° C et 1500° C).
La capacité calorifique par volume est deux fois plus élevée que pour la pierre réfractaire (14 kJ/ m³°C), pour une conductivité thermique 10 fois plus rapide (pierre réfractaire : 0,6 W/ mK).
Ignifuge, elle possède une capacité calorifique et une conductivité thermique très élevées qui font que de nos jours, on l'utilise dans la fabrication de poêles et cheminées, à cause de sa capacité d'emmagasiner la chaleur, puis de la restituer lentement.
Elle vous permettra de construire à meilleur compte votre poêle à accumulation si vous êtes bon bricoleur...


La cuisinière chinoise
Le poêle chinois est adossé à une double paroi en briques de terre cuite et le conduit de cheminée est posé sur le vide de cette double paroi.
Les fumées chauffent le mur qui devient un radiateur radiant.
Cette technique n'augmente pas la température de combustion (principe de poêle à inertie) mais permet de récupérer des calories qui dans un montage traditionnel s'échapperaient par le conduit de cheminée.


Expériences
Chaufferie à paille
L'entreprise Agro-Energie a eu l'idée d'utiliser la paille récoltée localement pour produire les calories nécessaires au chauffage le CEA de Valduc (Côte d'Or).
Elle a installé avec le soutien de la Région Bourgogne et de l'ADEME une chaufferie ainsi que le réseau et exploite les installations.
Résultat :
- consommation de fuel réduite de 2/3,
- 6.390 tonnes par an de CO² d'origine fossile non rejetés dans l'atmosphère,
- 29 tonnes par an de souffre en moins dans l'air,
- 1 emploi créé et 2 autres consolidés.

Pour aller plus loin
Consultez utilement l'ouvrage de Paul de Haut qui a participé à la constitution de ce dossier et traite de façon très complète de ce sujet et des problèmes directement associés :




Forum
Bravo pour votre dossier, qui m'a fort intéressé et qui est inédit sur certains points.
Les relevés de températures sur l'insert en usage réel sont de précieuses informations qu'on ne trouve nulle part.
Cela correspond à peu près à ce que j'ai pu mesurer moi-même sur mon insert fonte (pas même marque mais même type).
Encore merci et longue vie à votre site.

L.P

Nous sommes artisans spécialisés dans la noix du Périgord et nous souhaiterions avoir des adresses pour éventuellement revendre les coques de noix utilisées pour le chauffage ou même les donner (plus d'1 tonne)
Marie-Aude T. (cliquez pour répondre à cette demande)

Quel est le pouvoir énergétique d'une tonne de blé de chauffage ? Doit-il être séché ? Quelle est sa densité ? Merci et bravo pour votre site.
Jacques P. Vaucluse
Réponse
Les éléments techniques du blé de chauffage sont disponibles sur la page : Coût comparé des énergies
Le blé n'a pas besoin d'un séchage particulier, celui de la récolte de l'année peut convenir à partir du moment où il est stocké dans de bonnes conditions d'aération.

Nous sommes dans l'élaboration d'un projet de centre équestre et pensions de propriétaires. Nous souhaitons effectuer nos constructions le plus écologique possible ! Nous aimerions savoir si il est possible d'installer une chaudière à crottins de cheval. Quel serait son coût et son exigence de crottin...
Véronique G.
Réponse
Il n'y a aucune raison pour qu'une chaudière mixte de type bois déchiqueté / céréales à vis comme celle présentée en photo dans cette page ne pose de problème pour un usage avec crottin. Les seules limites que je vois sont d'utiliser un crottin très sec, et décompacté pour éviter les bourrages au niveau de la vis d'alimentation ! Depuis que le bétail existe, de nombreuses tribus nomades utilisent ce type de carburant pour leur cuisine ou le chauffage de leurs campements.
Nous n'avons cependant aucun chiffre en équivalent kWh à vous fournir pour l'instant sur ce type de combustible.
Si quelqu'un a mené ce type d'expérimentation, nous nous ferons un plaisir de le publier sur cette page.
Paul de Haut

La solution que j'ai adoptée lors de l'installation de mon insert est la suivante : l'air de remplacement de la maison est prélevé dans les combles (ce qui permet de récupérer une partie de la chaleur perdue par les plafonds) et la conduite qui l'amène dans la maison est concentrique au tuyau de fumée de la cheminée. Ceci permet de réchauffer l'air entrant dans la maison à l'aide d'une chaleur normalement perdue : la chaleur résiduelle des fumées !
La limite de cette solution est la condensation dans le conduit de fumée : si celui-ci est long, il ne faut pas faire circuler l'air frais sur toute sa longueur pour conserver une température de fumée d'environ 120 à 150° C en sortie de souche au plus froid de l'hiver.

Réponse
Réutiliser l'air des combles réchauffé à la fois par les pertes thermiques des plafonds et le rayonnement solaire sur le toit est en effet une solution intéressante (voir bouquin sur le chauffage...).
Par contre le mieux étant souvent l'ennemi du bien, les problèmes de condensation sont à ne pas négliger !
Pour notre part, nous préférons la solution plus simple et couramment appliquée de récupérer les calories rayonnées par le conduit de cheminée tubé, en ouvrant des grilles sur les pièces à vivre, par convection naturelle ou forcée. L'air au contact du tuyau y sera toujours à température ambiante et limitera ainsi les désordres liés à la condensation.

Habitat
Construire et aménager une maison écologique : les différents modes de construction, les maisons en bois, les maisons à ossature bois, le chauffage, le chauffe-eau, l'isolation, la ventilation, les polluants domestiques, les ondes, l'assainissement, la décoration, les aides...
Chauffage
Calcul du coût de votre chauffage, bilan énergétique de son logements, diagnostic thermique, pompes à chaleur, climatiqation réversibles, géothermie, plancher chauffant, chauffage au bois et aux céréales, puits canadien, chaudières à condensation, cheminée au bio-éthanol, recyclage du bois
Eau
Usage éco-responsable de l'eau : eau en bouteille, filtration de l'eau, polluants de l'eau, récupération et réemploi de l'eau, systèmes anti-calcaires, le bélier hydraulique, lavage des voitures, l'eutrophysation, les pluies acides...
Mobilité
Transports propres et carburants écologiques : conduite écologique, limites du pétrole, bio-carburants, vélos et scooters électriques, coursiers écologiques, voitures propres électriques et hybrides, covoiturage, moteurs pantome hybride électrique pneumatiques... recyclage des voitures, trains hybrides, croisières écologiques et cargos écolos
Planète
Enjeux de la qualité de l'air, de la climatologie et du réchauffement climatique, Impacts de la Déforestation et des Feux de Forêt, Taxe Carbone, Bilan Carbone et éco-citoyenneté, les inondations, les Marées Noires, Les Jachères Fleuries, Eco-villes et pollutions lumineuses Pacte écologique et Développement Durable, Green-Washing et Commerce Equitable, Charte pour l'Environnement et Natura 2000
Divers
Nouveautés Ecolos
Les SCIC et SCOP
Eco formations
Le Wwoofing
Ours & Loups
Associations
Prêts Solidaires
Enquête Publique
Ecologie au féminin
Ecologie & Santé
Ecologie Profonde
Ecologie & Religion
Humour & Ecologie

Médias
Forum
Eco-emplois
Liens
Soutien/ Publicité

Contact
Page Facebook de l'Ecologique Appliquée

Vous avez apprécié nos dossiers, nos conseils, notre indépendance ? Merci de le manifester et de vous faire notre ambassadeur sur les réseaux sociaux.




Follow EcologieA on Twitter
Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.



Partenaires :