Ecologie Solutions
VOITURES ELECTRIQUES

Voitures électriques


Le temps des voitures électriques est arrivé...Dans les cartons depuis le début du XXéme siècle, mais d'actualité après le Grenelle de l'Environnement, la propulsion électrique trouve des applications sur de petits trajets intéressant les collectivités, mais également les particuliers.
Aujourd'hui encore freinée par son manque d'autonomie (entre 160 et 200 km réels aujourd'hui, 400 km espérés dans les années à venir !) et son prix (hors bonus), la voiture électrique commence à trouver sa place dans nos modes de mobilité individuelle.




L'ALTERNATIVE ELECTRIQUE
Borne de recharge rapide pour voitures électriques sur aire d'autoroute La performance Puissance/ Consommation d'un moteur électrique est 2 à 3 fois plus efficace que le moteur à essence, soit 200 à 300 TWh pour électrifier 30 millions de voitures en France.
Mais cela représenterait entre 40 % à 60 % de la production électrique française actuelle, ce qui en l'état pose un problème de taille.

Electrique = Moins de bruit !
L'absence de bruit est constatée à petite vitesse, le bruit audible du véhicule électrique n'étant surtout que celui du roulement et de l'écoulement l'air sur la carrosserie.
Au-delà de 50 à 60 km/ h, le bruit du moteur reste secondaire, car la petite vitesse suppose un usage urbain, où d'autres nuisances sonores, masquent largement le bruit généré.
Mais les "bouchons" ainsi que la même emprise d'espaces importants sur la voirie et les parkings, ne sont pas résolus avec la voiture électrique.

Electrique = Moins de pollution ?
Tout dépend du type de pollution que l'on prend en compte :
L'électricité provenant d'une centrale électrique à charbon, à pétrole ou gaz naturel, nucléaire fera que la voiture électrique polluera exactement comme la centrale électrique qui l'alimente en électricité.
Par exemple, si l'électricité est produite avec un combustible fossile, le rendement des centrales est de 50 % au mieux...

Le cas de la centrale à pétrole
Les émissions de CO² sur l'ensemble du cycle seront alors supérieures ou égales à ce qui est engendré en consommant directement du pétrole.

Le cas de la centrale à gaz
Les émissions de CO² sont alors un peu inférieures, mais le gaz est de loin la ressource fossile la moins abondante dans nos réserves actuelles.

Le cas de la centrale à charbon
C'est la pire des sources d'énergie électrique : un rendement d'à peine 35 %, des émissions de CO² importantes et une pollution chimique dont on ne mesure pas encore en France tout l'impact sanitaire (voir notre dossier sur les centrales à charbon).

Quelques chiffres
Structure de la production d'électricité dans divers pays européens en 2001.
Source : Ministère de l'Industrie, Observatoire de l'énergie.
Pour l'ensemble des pays de l'OCDE en Europe, l'électricité est faite pour :
- 30 % au charbon,
- 30 % avec des centrales nucléaires,
- 17 % avec des barrages,
- 16 % au gaz,
- 5 % au pétrole,
- 3 % d'une autre manière (dont la géothermie, le solaire, l'éolien...).
Plus de 50 % de l'électricité européenne est donc issue de combustibles fossiles.
La moyenne mondiale d'électricité provenant de telles ressources approche les 66 %.
Pour électriser toutes les voitures (à parc constant) il faudrait des centaines de millions de batteries (3 milliards en attribuant une voiture par adulte en âge de conduire).

Conclusions
Equiper massivement les zones urbaines avec des véhicules électriques pour résoudre le problème de la pollution locale est un remède pire que le mal si le pays concerné produit son électricité massivement à base d'énergie fossiles.
Electrifier le parc de voitures tout en le diminuant par une rationalisation des transports collectifs,
Diminuer la puissance des véhicules, et les alimenter avec de l'électricité "propre", sont des solutions à développer.

L'autonomie
Cela reste le gros point faible des véhicules électriques.
D'énormes progrès sont pourtant en cours...
Exemple
Le Rallye des Vikings en Norvège (édition mai 2009) a donné lieu à un véritable exploit : la distance de 600 km en véhicule électrique a été parcourue en seulement 12 heures (contre 3 jours pour les autres participants) par une Fiat Fiorino électrique de série (équipé d’une batterie lithium polymère Micro-Vett) dotée d’une autonomie de 130 km seulement.
Le secret : une recharge rapide (45 mn) utilisant une prise 400 V et des connections 125 A.
Une généralisation de ce type de points de recharge pourrait rendre réalistes des déplacements de longue distance en véhicules 100 % électriques.
Pour être plus précis, ce type de connexion (à 4 broches) charge avec un courant continu d'intensité maxi 125 A pour une tension de 500 V et nécessite 50 kVA.

Les facteurs qui diminuent l’autonomie
Le mode de conduite
La voiture électrique est très sensible au mode de conduite ; pour faire simple, une conduite sportive utilisera beaucoup plus d’énergie qu’une conduite douce. C’est ainsi que l’éco-conduite a une importance toute particulière lorsqu'on pilote une voiture électrique.
Les différences dans la façon de conduire peuvent facilement faire varier l’autonomie de plus de 20 %.
Pour faciliter cette conduite éco, certains modèles de voiture électrique offrent des modèles avec un mode “éco” qui atténue automatiquement la puissance du moteur dans les accélérations, pour améliorer l’autonomie procurée par la charge.

La vitesse
A l'instar d'un moteur thermique, plus l'on roule vite, plus l'on consomme d’électricité, mais sur une voiture électrique c’est exponentiel ! Ne nous racontons pas d'histoires : la majorité des voitures électriques actuelles ne permettent pas de faire plus de 90 km sur autoroute contre jusqu’à 170 km et plus (pour les derniers modèles) en utilisation citadine.
Tous les possesseurs de voitures électriques le savent et ont expérimenté la situation où ils ont été dans l'obligation de réduire leur vitesse pour arriver à destination, alors que l'autonomie affichée restante était trop juste pour finir un trajet.

La climatisation, le chauffage et le confort en général
Si l’utilisation de la radio ou des phares n’a quasiment pas de conséquence sur l’autonomie d’une voiture électrique, le chauffage et la climatisation ont un impact certain. Il suffit de les mettre en service pour voir l'affichage de l’autonomie restante, diminuer de 10 à 30 % selon les modèles et leur utilisation.
Certaines voitures électriques de nouvelle génération embarquent un chauffage de type “pompe à chaleur” (comme la dernière Leaf), ce qui est bien moins consommateur d’électricité que les dispositifs classiques (à résistance). Les sièges et volant chauffants, peuvent offrir une solution moins consommatrice d’électricité que de mettre en route le chauffage.
A signaler que le chauffage met généralement plus de temps à devenir efficient sur une voiture électrique que sur une voiture thermique.

Impact du froid
Une voiture électrique ne fait aucune difficulté à démarrer en hiver.
Cependant, les températures négatives impactent d'environ 5 % son autonomie.
Mais c'est la nécessité d’allumer le chauffage qui va entamer l’autonomie de façon sensible, nous venons de le voir.
Par contre, à l'actif des voitures électriques, certains modèles (comme la Leaf) offrent la possibilité de programmer le "préchauffage" de l'habitacle sans entamer l'autonomie puisque l'électricité nécessaire est tirée de la prise secteur servant à la recharge.

L’usure des batteries
Comme pour toutes les batteries l’autonomie a tendance à chuter avec le temps. Compter avec une perte d’autonomie d’environ 10 à 15 % au bout de 5 ans d’utilisation ou 75 000 km. Ensuite, la baisse est moins sensible avec les années.

La récupération d’énergie au freinage
Pour gagner en autonomie et perdre le moins d’énergie, toutes les voitures électriques sont équipées d'un système de récupération de l’énergie au freinage. Lorsque vous freinez ou ralentissez (frein moteur), la voiture va utiliser l’énergie cinétique pour produire de l’électricité et recharger partiellement les batteries.

Un exemple pratique pour illustrer les choses
Sur une Nissan Leaf pilotée par un conducteur qualifié statistiquement de "bon" :
- l'électricité consommée par le moteur pour la traction est de 172 Wh/ kilomètre,
- l'électricité accumulée par le freinage par récupération est de 35 Wh/ kilomètre,
- l'électricité consommée par les accessoires du véhicule est de 4,8 Wh/ kilomètre,


Avertissement :
Comme nous sommes des gens sérieux, nous vous présentons sur cette page les voitures électriques telles qu'annoncées par les constructeurs, quelquefois à grand renfort de communication type "Green Washing".
Mais nous sommes responsables et devons attirer votre attention sur le fait que la plupart des modèles devant être disponibles à une date prévue pour les éco-consommateurs européens ou français, ne le sont pas toujours dans les faits !
Plusieurs de nos membres ayant tenté de se les procurer, n'ont pas abouti.
Cette mise au point étant faite, on peut toujours rêver en attendant la sortie effective des modèles promis.



Les ventes de voitures électriques en France en 2013 L'offre électrique des constructeurs français
Les voitures électriques françaises ne datent pas d'hier avec la Peugeot 106 electric (1995-1998) ou la Renault Kangoo Elect'road (2003-2005) mais PSA avait abandonné la filière des voitures électriques en 2005 (10.000 véhicules électriques produits entre 1995 et 2005) car selon lui, le marché n'était pas au rendez-vous ?!
3 ans plus tard, de nouvelles alliances entre PSA-Peugeot-Citroën et Mitsubishi, devaient cependant aboutir à des modèles prévus pour 2010 - 2015.
Il n'en reste pas moins que les constructeurs français sont restés très en retard en ce domaine...

La voiture électrique "Peugeot iOn"
100 % électrique, cette petite voiture a été conçue pour la ville et sa périphérie, par sa taille (3,48 m de long et 1,47 m de large), sa vitesse maximale (130 km/h sur autoroute) et son autonomie limitée (150 km).
Peugeot Ion, la petit citadine 100 % électrique Elle peut malgré tout embarquer 4 personnes.
Equipée de batteries Lithium-Ion et d'un système d'optimisation de la récupération de l'énergie, selon son constructeur sa charge rapide à 80 % s'effectue en 30 minutes, 50 % en 15 minutes, et 25 % en 5 minutes, à partir d'une borne de recharge spécifique délivrant du courant continu de forte intensité (voir plus haut).
La recharge lente (9 heures) s'effectue à l'aide d'un câble de 5 mètres sécurisé (fourni avec le véhicule) muni d'une prise domestique standard reliée au réseau électrique monophasé 220 V.
La charge s'arrête automatiquement lorsque la batterie est pleine.
Uniquement à la location avec un contrat de 48 mois.

Notre avis :
Une voiture - fut-elle électrique - avec si peu d'autonomie et proposée uniquement à la location pour un loyer de 499 € par mois (même si l'entretien est compris) ne risque pas d'emballer les foules !
La concession Peugeot où nous nous sommes renseignés nous a d'ailleurs avoué avoir du mal à les vendre... c'est tout dire.
En 2017, les tarifs ont été revus à la baisse, mais la location des batteries en sus, reste toujours un obstacle difficile à admettre par l'usager.

Les petites utilitaires de PSA : le "Partner Electric"Partner Electric, la petite utilitaire électrique de Peugeot
Peugeot avait présenté au salon de Bruxelles dès 2013, la dernière version de sa fourgonnette électrique Partner jusqu’à présent transformée par le constructeur français Venturi (site de production à Sablé-sur-Sarthe).
Dans sa version définitive, le Partner Electric est disponible en deux longueurs : 4,38 mètres et 4,63 mètres, avec un volume de chargement de 3,3 à 3,7 mètres cubes (le plus important des fourgonnettes électriques, d'après Peugeot).
L’autonomie de ce modèle est annoncée à 170 km sur cycle standard NEDC sachant que sa vitesse maximum est limitée à 110 km/h.
La chaîne de traction électrique logée dans le compartiment moteur développe une puissance équivalente à 67 chevaux.
Le moteur électrique de 49 kW (200 Nm) est alimenté par deux packs de batteries disposées en avant et en arrière du train arrière (capacité des batteries 22,5 kWh).
Leur recharge se fait, d'une part en récupérant l’énergie au freinage et à la décélération, et d'autre part par une recharge classique (6 à 9 h) sur une prise domestique (16 A) ou via un système de recharge rapide (80 % de la charge en 30 minutes).
Le Partner Electric est proposé à un prix de vente différent selon 2 formules : avec ou sans batteries.

Notre avis :
La promesse restait tentante pour de petites livraisons, car l'autonomie est raisonnable tandis que le prix de location des batteries semble amortissable sur un usage professionnel.
Par contre le prix annoncé de 51.000 € (prix des batteries inclus) a de quoi calmer les plus hardis...

La "Zoé" de Renault
Zoé ZE de Renault, la petite citadine 100 % électrique Grosse offensive publicitaire pour lancer la "Zoé" en France en décembre 2014.
Renault met en scène un adulte et un jeune garçon "en costar" à la présence prometteuse, qui démystifient en duo, l'usage d'une voiture électrique.
Mais que comprend donc cette offre "Zoé" ?
- la mise à disposition d'une Zoé "ZE Life" (version d’entrée de gamme de la ZOE ZE) pendant 37 mois avec un maximum de 15.000 km/an,
- la location des batteries,
- l’installation d’une borne de recharge murale chez vous (la Wallbox, qui permet de recharger sa Zoé ZE plus vite – prise "Green Up Access" Legrand),
- la fourniture du câble de recharge occasionnelle (CRO), qui permet de recharger la voiture électrique sur une prise domestique non dédiée, mais d'un calibre suffisant.
Tout cela pour un loyer mensuel de 169 € sur 37 mois après un premier loyer de 3.196 €.
L’offre est donc plus intéressante que la précédente formule de leasing pour la "Zoe ZE", qui ne comprenait pas la borne de recharge et le câble de recharge occasionnel.

Notre avis :
Après s'être planté commercialement avec son offre "Fluence" (voir plus bas) Renault tente de corriger le tir avec ce modèle, mais nous sommes encore loin du compte !
Grosse campagne pub... clarification et simplification de ce qu'on vous propose, c'est à dire une location de voiture électrique, tout compris.
Malheureusement, cette offre ne pourra intéresser que ceux qui louent déjà des voitures très régulièrement pour de petits trajets (professionnels par exemple) avec kilométrage limité (autonomie et 15.000 km maximum par an), car faute d'un maillage suffisant de bornes de recharge rapide, on ne peut s'en servir de véhicule principal pour des parcours inter-cités.
Pour remplacer une seconde voiture thermique, il faut vraiment circuler très régulièrement pour que le loyer mensuel de 169 € soit amorti... et vous perdez votre premier versement de 3196 €.
En calculant correctement, cela revient donc à un loyer mensuel de 255 €, ce qui reste très cher.
Loyer que vous continuez à devoir régler pendant les vacances, par exemple ou à d'autres occasions où vous n'aurez pas l'usage de cette voiture.

La nouvelle Zoé ZE 40 (modèle 2017) annonce maintenant une autonomie sensée couvrir 300 km, grâce à une nouvelle génération de batterie Lithium LG (pack de 41 kWh), toujours en location.
A suivre donc.

L'utilitaire électrique Renault "Kangoo ZE"Kangoo ZE de Renault, la petite utilitaire 100 % électrique
100 % électrique également, cette petite utilitaire 2 places est conçue pour la ville et sa périphérie.
Pour le reste c'est une Kangoo qui vous en coûtera 23.920 € desquels on peut retirer le super bonus.
Prévoir en plus :
- Le câble de recharge occasionnel 478,40 €, si l'on veut pouvoir recharger en dehors de chez soi ou sur des bornes spécifiques (assez peu accessibles pour l'instant).
- L'installation de la borne de recharge rapide à la maison par un sous-traitant d'EDF pour entre 800 à 1500 €.
- La location des batteries (entre 72 et 185 € par mois, selon durée de location et kilométrage parcouru !)
- Entre 250 et 450 € d'assistance (3 à 5 ans).
A noter qu'un "plein électrique" revient à environ 2 € pour 150 km.
Puissance fiscale 1 CV (carte grise gratuite).

Notre avis :
Quelle entreprise peut seulement envisager sereinement un tel investissement, et coût d'entretien ?
Nous sommes encore à la marge de la réalité économique.

La berline électrique Renault "Fluence ZE"Fluence ZE de Renault, la berline 100 % électrique
Cette petite berline 100 % électrique de 67 CV reste prévue pour une utilisation en ville et dans sa périphérie compte tenu de son autonomie encore très restrictive (entre 150 et 180 km annoncés).
Sa vitesse maximum est de 135 km/h pour un poids à vide de 1530 kg.
Prix : 25.900 € desquels on peut soustraire le super bonus.
Prévoir en plus :
- Le câble de recharge occasionnel 400 €, si l'on veut pouvoir recharger en dehors de chez soi ou sur des bornes spécifiques.
- L'installation de la borne de recharge à la maison par un sous-traitant d'EDF pour entre 800 à 1500 €.
- La location des batteries (entre 82 et 208 € par mois, selon durée de location et kilométrage parcouru !)
- Entre 250 et 450 € d'assistance (3 à 5 ans).
A noter qu'un "plein électrique" revient à environ 2 € pour 150 km.
Puissance fiscale 1 CV (carte grise gratuite).

Notre avis :
Là encore, si l'on additionne le prix d'achat et celui des équipements imposés pour recharger sa voiture, plus le prix de location des batteries et de l'assistance, la "Fluence ZE" devient une coquetterie écolo que ne pourront s'offrir que les plus fortunés !
Avec ce genre de produit, les pétroliers ont encore de beaux jours devant eux en même temps que la réduction de la part des transports dans le bilan carbone, de bien mauvais...

La citadine électrique Citroën "C-Zéro"Fluence ZE de Renault, la berline 100 % électrique
Cette petite citadine 100 % électrique de 64 CV développée en collaboration avec Mitsubishi se veut la concurrente directe de la Peugeot "Ion".
C'est une sorte de C1 en encore plus petit (3,47 m sur 1,47 m) mais avec ses 5 portes, elle est prévue pour 4 passagers, si l'on n'est pas trop regardant au niveau de l'espace vital de chacun, et le modèle de base est très bien équipé de série : 6 airbags, ESP, climatisation automatique, jantes alliage, autoradio CD / mP3, connexion USB et Bluetooth.
Sa vitesse maximum est de 130 km/h pour un poids à vide de 1.195 kg.
Prix : 35.350 €, desquels on peut retirer le super bonus.
Par contre, elle offre au moins l'avantage de pouvoir se recharger par prise standard 220 V (ou prise triphasée force dans les stations à venir).
Autonomie d'environ 150 km, qu'il faut pondérer à 100 km en utilisation purement urbaine.
Puissance fiscale 1 CV (carte grise gratuite dans la plupart des départements)
Disponible avec une formule de location dont la mensualité est fixée à 459 € sur un contrat de 4 ans.

Notre avis :
Le prix d'achat reste très dissuasif pour le particulier et n'interessera sans doute plus le gestionnaire de flottes dans le cadre d'une location longue durée.
Son intérêt par rapport à sa concurrente chez Renault est d'autoriser la recharge sur n'importe quelle prise secteur 220 V, ce qui reste prudent compte tenu du faible nombre de stations de recharge rapide disponibles.


La voiture électrique "Blue Car"La Blue Car de Bolloré, petite citadine 100 % électrique
Après avoir développé plusieurs prototypes appelés "Blue Car" et obtenu leur homologation, le groupe Bolloré poursuit son association avec Pininfarina, le célèbre carrossier italien (auquel on doit les coupés 406 Peugeot), dont la filiale française avait déjà réalisé les prototypes de la Blue Car, pour la produire en série.
Production prévue en Italie, la fabrication des batteries Lithium Métal Polymère étant confiée à Ergué-Gabéric (Finistère) et au Canada.
Il s'agit là de la première vraie voiture électrique équipée d'un moteur Leroy-Somer sur batteries, idéalement conçue pour la ville, avec une autonomie espérée à 200 km avec, malgré tout, des escapades possibles au dehors grâce à une vitesse de pointe fixée à 130 km/ h.
Les batteries sont prévues pour une recharge en 5 heures environ sur une simple prise de courant et ce véhicule reviendrait (selon Bolloré) à 500 € par mois - sans indication de durée ?! - ce qui ne la met pas vraiment à la portée de toutes les bourses.
Le coût "carburant" serait divisé par 10, toujours selon ses promoteurs.
Le constructeur prévoyait une production de 4.000 autos en 2010, et 10 000 en 2012... et sans doute plus, si les commandes suivaient.

La E-Méhari de CitroënLa E-Méhari de Citroën, citadine 100 % électrique
La E-Méhari s’appuie sur les développements réalisés pour la BlueCar dont elle a gardé la plateforme, la batterie et la chaîne de traction, cette dernière intégrant un moteur synchrone à aimants permanents LSRPM refroidi par eau de 52 KW crête de la gamme Dyneo® de Leroy-Somer.
Caractérisés par des rendements particulièrement élevés, ces moteurs offrent de nouvelles perspectives en termes de performance, de compacité et de puissance massique.

La "Mia"
La Mia était une voiture électrique commercialisée par Mia Electric (anciennement Heuliez).
Ce petit véhicule se voulait une réponse aux besoins de mobilité urbaine, avec une conception originale plaçant le conducteur au centre du véhicule, et les passagers à l’arrière.
Elle se déclinait en 3 modèles : Mia, Mia L et Mia U.

Performances annoncées
- vitesse maximale de 100 km/h,
- autonomie allant jusqu’à 130 km avec le pack de batterie le plus costaud (12 kWh).

Les batteries
C'est une batterie lithium-phosphate de fer de 8 kWh qui était livrée de série avec tous les modèles de la Mia ; mais on pouvait sur option, en obtenir une de 12 kWh.
Leur recharge complète s'obtenait au bout de, respectivement, 3 heures et 5 heures.
L’absence d’effet mémoire permettait d’effectuer, à tout moment, des chargements partiels (10 min de charge équivalant à 8 kilomètres d’autonomie supplémentaire).
Les batteries des Mia étaient garanties 3 ans ou 50 000 kilomètres (première des deux limites atteintes).

Malheureusement l'entreprise Mia, "chère" à Ségolène Royal, a été mise en liquidation les 24 et 25 septembre 2014.
Un beau flop éconologique, avec une grande partie de subsides publics...


Les véhicules de service électriques Polaris
La goupil de Polaris 100 % électrique Très polyvalents dans leurs usages, il s'agit de petits utilitaires électriques fabriqués dans le Lot en France sous la gamme Goupil.
Ils serviront à la collecte, la propreté urbaine, l'entretien des espaces verts, les livraisons, la surveillance, la manutention... selon leur configuration à partir de la même base roulante.
Caractéristiques
- Longueur : 3,22 m ou 3,72 m selon modèle
- largeur : 1,2 m
- hauteur : 2 m
- PTAC : 2100 kg
- PTRA : 3500 kg
- 2 vitesses
- vitesse pointe : de 25 à 40 km/h selon modèle
- charge utile : 800 kg
- système "Stop & go"
- autonomie : jusqu'à 95 km.

Batteries
- capacité : de 180 à 320 A selon choix
- Type : plomb ouvert, constitué d'éléments de 2 Volts de traction. - se recharge sur une prise domestique standard (230 V - 16 A)
- recharge complète en 5h30
- système de remplissage centralisé des batteries de traction avec détection de manque d'eau
- batteries garanties 4 ans ou 1500 cycles.

Moteur
- moteur asynchrone 5,4 kW (12,2 kW en instantané)
- variateur vitesse : 48 V - 350 A
- freinage électrique avec récupération d'énergie.

Prix
- 15.000 € HT moins bonus écolo (27 % du TTC au moment de la rédaction de cet article).

Contact
Goupil Industrie
Route de Villeneuve
Bourran - 47320
tel : 05 53 79 39 39

Une deuxième vie pour les batteries...
Les batteries de la « BlueCar », la voiture électrique de Bolloré, fabriquées à Ergué-Gabéric (29) sont destinées à stocker de l'énergie pour alimenter le moteur électrique de véhicules, automobiles et bus ; mais comme toute batterie, elles ont une durée de vie limitée.
En effet, au bout d'un millier de cycles de charge-décharge, un phénomène physico-chimique appelé «l'effet-mémoire» entraîne une réduction de 20 % des performances de la batterie qui se matérialise par une diminution de l'autonomie du véhicule.
Si cette baisse peut être gênante pour une utilisation mobile, elle ne signe pas l'arrêt de mort de la batterie qui reste utilisable pour un second usage : le stockage résidentiel d'électricité (à domicile).
Celui-ci offre trois intérêts majeurs :
- il prend le relais en cas de coupure du courant et remplace donc les groupes électrogènes de secours.
- il permet de stocker l'électricité durant les heures creuses pour la consommer aux heures où elle est plus chère.
- les usagers pourraient y stocker l'électricité qu'ils produisent eux-mêmes avec des éoliennes domestiques ou des panneaux photovoltaïques, mais aussi celle des grands producteurs d'électricité qui la réinjecteraient dans le réseau aux heures de pointe.
Les producteurs rémunéreraient alors les «stockeurs d'électricité» en leur octroyant, par exemple, un rabais sur leur facture.
Ce marché du résidentiel est potentiellement encore plus important que le marché du véhicule électrique et permettrait en outre de faire baisser le prix des batteries.
Bolloré prévoyait d'installer en 2011, 1.000 batteries chez des particuliers et d'ici 2013 de faire un bilan sur expérience. Cette deuxième vie de la batterie serait beaucoup plus longue que la première car elle peut supporter 10.000 cycles de charge-décharge avant que «l'effet-mémoire» ne diminue trop ses performances.

La filière automobile s'y met !
CARWATT, une jeune startup créée par Fabien Berger et Gérard Feldzer s'est donnée pour objet de reconvertir des véhicules utilitaires diesel en électrique.
Là où c'est encore plus intéressant, c'est qu'ils utilisent des batteries lithium reconditionnées provenant des parcs de voitures électriques du groupe Renault-Nissan.

Contact
48, rue René Clair
Paris - XVIIIéme
Mail : contact@carwatt.net
Site : www.carwatt.net
Tel : 01 40 70 05 46


L'offre des constructeurs allemands
Le groupe automobile Daimler et le groupe énergétique RWE ont lancé un réseau de stations de recharge pour de futures voitures "Smart" électriques dans plusieurs villes européennes.
Le tandem industriel allemand voulait livrer dès 2009 les premiers modèles de ces stations de recharge dont quelques 500 devaient être installées rien qu'à Berlin, tandis que d'autres étaient prévues pour plusieurs grandes villes européennes.
Les capacités de voiture électrique de ville "Smart", construite par Mercedes-Benz, correspondent à celles de véhicules traditionnels fonctionnant à l'essence ou au diesel.
Un "plein" réalisé dans ces stations devait permettre de parcourir 150 km en conduite de ville, pour un coût de 2 €, soit bien moins que les carburants d'origine fossile.
Mais la production de ces chargeurs est onéreuse et nécessite de limiter dans un premier temps la production des voitures à 150 unités pour Berlin, puis un millier pour d'autres villes européennes.

La "Smart"
Imaginée dès son lancement comme une solution intelligente de mobilité urbaine (son fondateur voulait même initialement ne la proposer que sous la forme de location d'un service de mobilité), elle permet de disposer d'une petite voiture en ville ou d'un second véhicule économique et peu polluant :

- la Smart Fortwo cdi, en version "micro hybrid drive" (un système d'alterno-démarreur coupe le moteur aux feux rouges ou dans les embouteillages et le redémarre automatiquement lorsque le conducteur lève le pied de la pédale de frein, ce qui réduit la consommation et les émissions de CO²). Ce modèle "Start & Stop" ne rejette que 88 g de CO²/km, ce qui lui a valu d'être classée numéro UN des véhicules diesel au palmarès de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME).

- La Smart Fortwo Electric Drive est un modèle 100 % électrique déjà en service à Londres depuis fin 2007, et à Berlin depuis fin 2009 en même temps que 500 bornes permettant la recharge rapide.

- La Smart Fortwo Neutroclimat est un autre projet, puisque son prix d'achat comprend la compensation des émissions de CO² de la voiture à hauteur des 50 000 premiers kilomètres, par le soutien de projets solidaires d'énergies renouvelables dans les pays du Sud (mené dans le cadre du programme mondial des Nations-Unies pour le climat).
Disponible en coupé ou cabriolet, la smart "Smart Neutroclimat" émet de 88 à 116 g de CO²/km selon la motorisation choisie.
Prix : à partir de 14.750 €.

Voiture Smart Fortwo
Voiture Smart modèle "Fortwo"

La "Class B Electric Drive" de Mercedes
Puissance : 179 ch
Capacité batterie : 28 kWh
Vitesse maxi : 160 km/h
Consommation : 16,6 kWh au 100 km
Autonomie déclarée
200 km (jusqu'à 230 km avec Range Plus)
Recharge sur prise domestique : 9,1 heures.
Prix
de 41.100 € à 47.000 € selon les modèles, hors options.
Garantie : 2 ans.

La "I-3" de BMW
Fabrication en alu et fibre de carbone
Puissance : 125 ch
Capacité batterie : 27,2 kWh
Vitesse maxi : 150 km/h
Consommation : 12,9 kWh au 100 km
Autonomie déclarée
Avec son nouveau pack de batteries, la BMW i3 permet d'atteindre une autonomie entre 160 et 190 km et même 410 km grâce au prolongateur d'autonomie optionnel (Rex).
Il s'agit d'un petit bicylindre à essence (mini-réservoir de 9 l) qui entraîne un générateur maintenant à un niveau constant l'état de charge de la batterie haute tension pour permettre à la BMW i3 de continuer à rouler en mode 100 % électrique. Le prolongateur d’autonomie s’enclenche automatiquement lorsque le niveau de charge de la batterie descend en dessous d’un certain seuil.
Recharge sur prise domestique : 80 % en moins de huit heures.
Prix
A partir de 39.700 € selon les modèles, hors options.
4.710 € supplémentaires pour le REx.
Garantie : 2 ans.
A noter
Dans le cadre de l’introduction de la nouvelle batterie "94A", le programme Retrofit de batteries haute tension de BMW offre aux acheteurs BMW i la possibilité de mettre à niveau leur BMW i3 purement électrique et de l’équiper du nouvel accumulateur de 33 kWh. Les batteries 22 kWh échangées sont utilisées pour créer des modules d’accumulateurs d’énergie stationnaires et connaissent ainsi une seconde vie – une belle durabilité pour la technique BMW i sur tout le cycle de production et de vie.

L'offre électrique des constructeurs japonais
Le groupe Mitsubishi Motors avait prévu le lancement d'une voiture électrique nommée "i MiEV" destinée d'abord à son marché intérieur pour 2009.
Il avait développé en même temps une société commune avec GS Yuasa pour fabriquer des batteries lithium-ion de forte capacité.

De son côté, Toyota a annoncé un nouveau modèle, le 1/X qui cumulerait une structure plastique-carbone et ramènerait son poids à 420 kg (soit 3 fois moins qu'une berline traditionnelle) avec une double motorisation :
- électrique (recharge sur secteur) pour un usage urbain,
- flex fuel, avec une consommation prévue de 2,17 litres aux 100 km.


La Leaf de Nissan
Cette berline de 5 places qui ressemble en tous points aux voitures thermiques de même catégorie, est équipée d'un moteur électrique et de batteries lithium-ion qui devait la rendre capable de rouler pendant 160 km sans recharger (l'autonomie a été calculée en fonction d'études montrant, par exemple, que 90 % des Américains roulent moins de 160 km par jour).

Voiture électrique Leaf de Nissan

Sa vitesse maximale est de 140 km/ h.
La Leaf serait rechargeable à 80 % en 30 minutes dans des stations, ou à 100 % pendant 8 heures sur une simple prise secteur 220 V 16 A chez soi.
A ce sujet, Nissan a conclu 27 accords de coopération avec des Etats (Israël, Danemark, etc.) et collectivités dans le monde, afin de pouvoir créer un réseau de stations de recharge facilitant la circulation de ses voitures électriques sur leur territoire.
La Leaf est présentée comme une voiture économiquement avantageuse, ce qui reste à calculer car le prix d'achat de 36.000 € (super bonus à déduire) est loin de la mettre à la portée de toutes les bourses.
Par contre, pour ce prix les batteries sont à vous et elles sont garanties 5 ans (3 ans ou 100.000 km pour le véhicule, avec possibilité d'extension).
Nissan mise surtout sur les avantages fiscaux offerts par les gouvernements aux acheteurs de ce type de véhicule "propre", et sur un prix du pétrole cher qui amènerait les consommateurs à se détourner des carburants classiques.
A noter que les batteries au lithium-ion équipant la Leaf sont développées par Nissan et Renault en collaboration avec le japonais NEC et que, compte tenu du succès de ce VE (déjà plus de 100.000 voitures vendues dans le monde), Nissan construit maintenant la Leaf dans sa nouvelle usine de Sunderland en Angleterre pour alimenter le marché européen.
Enfin, Nissan a recueilli un ensemble de données - anonymes - par l'intermédiaire de son système télématique "Carwings" propre à la Leaf. Cet outil qui permet aux utilisateurs de gérer à distance le chauffage et la charge de leur voiture, enregistre également un journal des configurations de recharge, des types d'usage et des distances parcourues. Ce sont donc déjà plus de 8 ans d'expérience en temps réel que les ingénieurs de Nissan ont pu mettre à profit pour optimiser la voiture en adéquation avec le comportement réel de leurs utilisateurs.

Autre problème évoqué sur quelques forums par les fervents défenseurs des voitures thermiques : l'instabilité (notamment aux chocs) des batteries au Lithium, que certains craignent de voir fondre et/ ou de s'enflammer... à ces niveaux de puissance. Aucun risque, au moindre choc ou anomalie importante, tout s'arrête et les batteries sont découplées électriquement ; pour finir de rassurer les inquiets, la Leaf a obtenu 5 étoiles aux crash-tests Euro NCAP.

La Leaf est disponible à la vente en europe depuis début 2011, où elle a été élue voiture mondiale de l'année !
Disponibles dès juin 2014, des versions électriques du Nissan NV200, en version fourgon utilitaire ou combi 7-places, un taxi 100 % électrique dérivé de l'e-NV200 est également prévu ainsi qu'une nouvelle "Infiniti" 100 % électrique pour 2015.

La Leaf 2013
(Disponible à partir de juin 2013)
La nouvelle Leaf offre une autonomie (200 km) et un agrément améliorés grâce aux modifications apportées au châssis, à la direction et au freinage, mises en œuvre par NTCE (Nissan Technical Centre Europe).
L'augmentation de l'autonomie est le fruit d'un travail sur le poids, une charge et une récupération cinétique optimisées ainsi qu'une consommation électrique accessoire (hors traction) moindre.
Les principales évolutions concernent :
- un poids à vide soulagé de 80 kg, ce qui augmente physiquement l'autonomie.
- les réglages de suspension pour garantir un comportement plus dynamique et plus agile sans toutefois dégrader le confort.
- une direction qui gagne en consistance pour mieux satisfaire les goûts européens.
- un système de freins encore optimisé pour une meilleure progressivité tout en accroissant la quantité d'énergie récupérée au freinage.
- un mode de conduite Eco avec une nouvelle position "B", sur la transmission, qui augmente la récupération d'énergie au freinage et en décélération, tandis qu'un bouton "Eco" séparé, au volant, prolonge l'autonomie en modifiant l'alimentation du moteur pour atténuer la puissance d'accélération. A la différence de la Leaf initiale, les deux systèmes opèrent désormais indépendamment.
- des améliorations apportées au système de chauffage / ventilation portent essentiellement sur le remplacement du chauffage d'origine par une nouvelle thermopompe (pompe à chaleur) avec une réduction notable de la consommation électrique et donc une amélioration notable de l'autonomie réelle.
- un abaissement du Cx déjà très performant de 0,29 à 0,28,
- des améliorations importantes sur le groupe motopropulseur,
- la réduction des frottements internes,
- un système de batterie / gestion de l'énergie plus performant,
- une nouvelle option qui divise par deux le temps de recharge habituel, lequel passe de 8 à 4 heures en utilisant un nouveau chargeur embarqué de 6,6 kW qui autorise les charges de 32 A sur les bornes compatibles ; en effet, certaines collectivités installent des points de recharge publics susceptibles de fournir un courant de sortie de 32 ampères, choix plus simple à mettre en œuvre qu'un chargeur rapide. Ce chargeur de 6,6 kW permet aux conducteurs de recharger leur batterie même en cas d'arrêt bref.
- le câble de charge est maintenant équipé d'un mécanisme de verrouillage électromécanique : plus besoin de verrouiller à la main le câble sur le véhicule lors de la mise en charge ; de même, un éclairage LEDs facilite l'opération de nuit.
- un système Hi-fi "Bose Energy Efficient Series" pour un son encore de meilleure qualité avec une consommation d'énergie de moitié inférieure aux systèmes audio comparables.
- une capacité du coffre étendue à 370 litres par le déplacement du chargeur de l'arrière de la Leaf au compartiment moteur, ce qui permet d'augmenter la capacité du coffre de 40 l.
- des sièges avant qui bénéficient maintenant d'un réglage en hauteur et d'un nouveau tissu de revêtement bio.
- la nouvelle version de Carwings ajoute des prestations supplémentaires, comme par exemple, l'intégration plus poussée du Smartphone, une reconnaissance vocale plus pointue, l'écoroutage et la localisation en temps réel des points de recharge les plus proches.
Enfin, trois niveaux de finition sont maintenant proposés :
- "Visia" avec un prix revu à la baisse (jantes tôle 16 pouces avec enjoliveurs pleins, de coques de rétroviseurs extérieurs noires et de projecteurs halogènes...)
- "Acenta" (jantes alliage 16 pouces, coques de rétroviseurs extérieurs "ton caisse" et glaces arrière sur teintées...)
- "Tekna" (sellerie cuir de série, jantes alliage 17 pouces, projecteurs à LEDs, système Hi-fi Bose, moniteur de vision panoramique 360° AVM (Around View Monitor) qui fait appel à un réseau de caméras pour fournir sur l'écran central une image de 360° vue du dessus de la voiture).

La Leaf 2016
La Nissan LEAF 2016 offre une nouvelle batterie avec une capacité accrue à 30 kWh (contre 24 kWh pour la précédente version).
Cette batterie de 3ème génération tient pourtant dans un encombrement identique avec une hausse de poids limitée à 21 kg. Ainsi, l’habitabilité et la capacité du coffre restent préservées.
Par contre, son autonomie fait un bond de 26 % avec désormais 250 km (annoncés) entre chaque recharge !
Véritable exploit d’ingénierie, la batterie 30 kWh n’en est pas moins fiable car si la capacité de la batterie de la LEAF 24 kWh était déjà garantie 5 ans ou 100 000 km, cette garantie est portée à 8 ans ou 160 000 km sur la nouvelle batterie 30 kWh.

Notre avis :
De notre point de vue, c'est la seule VE qui donne vraiment envie de prendre le risque de cet investissement : une vraie berline 5 portes hyper bien équipée, des batteries dont vous êtes propriétaire (sauf dans la formule Flex), la possibilité de recharger chez vous ou chez les copains sans équipement particulier et surtout une autonomie de 160 à 250 km (en mode éco et pour le modèle 2016) qui détend le conducteur.
Petit bémol, le câble de charge semi rapide avec les connecteurs (type 1 et type 3) qui permet de remettre de l'autonomie dans les stations Nissan ou Renault n'est pas fourni par toutes les concessions Nissan.
Dernier point à prendre en compte, la révision obligatoire chaque année vous sera facturée autour de 150 €, ce qui la rend sensiblement plus onéreuse que sur une voiture thermique.

L'utilitaire Nissan e-NV200
Nissan Motor lance un deuxième véhicule électrique à vocation commerciale ou petit utilitaire. En effet, le deuxième constructeur nippon continue à développer cette technologie malgré un marché nettement plus lent à décoller que prévu depuis la sortie de la Leaf, lancée en décembre 2010.
Le nouveau véhicule, de type fourgonnette baptisé e-NV200, est sorti en Europe en juin 2014.
C'est le deuxième des 4 véhicules électriques que le groupe a l'intention de lancer d'ici mars 2017, alors que les ventes de la Leaf, se sont progressivement accélérées (+ 70 % à 52.000 véhicules en 2013) même si elles n'ont pas décollé aussi bien que prévu sur l'ensemble de la période notamment suite à l'alliance Renault-Nissan.
Les consommateurs ont notamment été découragés sur les mêmes 2 points :
- la durée d'autonomie,
- la relative rareté des bornes de recharge.

A savoir : qui fournit les batteries ?
En 2007, Nissan avait créé une coentreprise avec le Japonais NEC pour produire les batteries de ses voitures électriques.
Cette coentreprise, Automotive Energy Supply Corporation (AESC), possède trois sites de production, l’un au Japon, l’autre aux États-Unis et le dernier en Grande-Bretagne, à Sunderland, où se trouve la plus grosse usine de Nissan en Europe.
Nissan a annoncé le 8 août 2017 la vente de son activité batterie à un fonds d’investissement américain, GSR capital.
Ces trois unités, ainsi qu’une partie de la recherche et développement sur les batteries de NEC et Nissan, vont donc passer aux mains de GSR capital Nissan semble avoir pris cette décision face à la concentration en cours dans le secteur et aux énormes investissements nécessaires pour rester un acteur important du secteur.
Aujourd’hui, la production de batteries est concentrée entre les mains de quelques entreprises, la plupart asiatiques. Le plus gros fabricant est le japonais Panasonic ; le partenaire de Tesla avec lequel la firme américaine construit une énorme usine en Arizona.
Le deuxième producteur de batteries est BYD, un constructeur de voitures chinois.
Il est suivi des Coréens LG et Samsung, qui sont des fabricants de produits électroniques. Renault a choisi LG Les prochaines années doivent amener des batteries plus performantes. Mais cela va exiger des investissements et d’atteindre d’énormes volumes, afin de faire baisser les prix.
Nissan a jugé préférable de sortir de cette activité, de façon à pouvoir choisir, dans l’avenir, de se fournir auprès de celui qui proposera la meilleure technologie au meilleur prix ;
Renault, quant à lui avait choisi de s’approvisionner auprès d’un autre fournisseur, LG, pour équiper sa Zoe… En fait, le constructeur achète les cellules qui composent la batterie, et se contente de les assembler.

L'offre électrique des constructeurs indiens
La société indienne Reva, spécialisée dans les petites voitures urbaines, fabriquait déjà la seule voiture électrique abordable sur son marché, capable de transporter 4 passagers (deux adultes et deux enfants).
Elle vient de nouer un contrat de distribution avec un importateur français pour proposer à partir de janvier 2010 deux nouveaux modèles de voitures électriques adaptées au marché européen :
- La Reva NXG ayant une autonomie de 80 km pour une vitesse maximum de 80 km/ h,
- La Reva NXR avec une autonomie de 160 km pour une vitesse maximum de 104 km/ h.
La voiture électrique indienne REVA


Avec une flotte de 3 000 véhicules électriques déjà en service route, les voitures Reva présentent l'avantage d'être sortis de la phase prototype qui peut inquiéter à juste titre de futurs acheteurs.
Les batteries, dont les capacités, la durabilité et le recyclage restaient un problème difficile à surmonter a été résolu (à l'instar de la Blue de Bolloré) en proposant à ses clients leur location pour un prix mensuel entre 120 et 150 euros.
Ce coût ajouté à la consommation en électricité (1,50 euros environ aux 100 km), devant toujours rester inférieur à celui d'une voiture classique.

Les prix
- La version de base avec batterie au Plomb de la Reva serait vendue 10 900 € TTC, déduction faite du super bonus écologique (7 000 euros en France en 2013 pour l’achat d’un véhicule électrique).
- La version avec batterie au lithium sera également disponible en option pour un coût supplémentaire de 8 500 €.

Fiche technique
Modèle de base au plomb (i)
• Autonomie : 80 km
• Vitesse : 80 km/ h
• Temps de charge : 3 h pour 80 % de la batterie, 8 h pour 100 %
• Possibilité de recharge rapide : Non
• 3 portes, 2 sièges adultes + 2 sièges enfants
• Grand coffre une fois les sièges enfants rabattus
• Rayon de braquage : 3,50 m.

Modèle batteries au Lithium (Li-Ion)
• Autonomie : 120 km
• Vitesse : 80 km/ h
• Temps de charge : 3 h pour 80 % de la batterie, 6 h pour 100 %
• Possibilité de recharge rapide : Oui, 80 % de la batterie en 1 heure.
• 3 portes, 2 sièges adultes + 2 sièges enfants
• Grand coffre une fois les sièges enfants rabattus
• Rayon de braquage : 3,50 m.


L'offre des constructeurs américains
Les Tesla
Tesla Motors est un constructeur basé à San Carlos dans la Silicon Valley, en Californie. Créée en 2003 par Martin Eberhard et Marc Tarpenning, l'entreprise a été financée en grande partie par des fondateurs de la Net-économie comme Sergey Brin & Larry Page, les créateurs de Google et Elon Musk, le co-fondateur de Paypal. La société a fait le pari fou de construire un véhicule sportif propre, le Roadster Tesla. Cette voiture basée sur un châssis de Lotus Elise, propose une motorisation 100 % électrique.
Tesla propose depuis 2009 une version encore plus radicale de son Roadster, baptisée simplement Sport.
A noter qu'en 2017, Tesla a décidé de ne plus commercialiser leur modèle S équipé de batterie 60 kWh ; ce seront les modèles S avec pack 75 kWh les remplacent.
Les modèles européens sont intégralement assemblés par une équipe Tesla dans l'usine de la marque anglaise à Hethel dans le Norfolk.

Caractéristiques
- carrosserie en carbone,
- volume coffre : 745/1645 l,
- 70 ou 85 kW,
- 0 à 100 km/h en 3,9 sec,
- vitesse de pointe : 225 km/h,
- autonomie annoncée : entre 380 et 500 km
En réalité, il faut compter au maximum 350 km d'autonomie avec le nouveau "Model 3".

Recharge
Nécessite une installation électrique particulière.

Prix
- 78.600 € pour la berline de base,
- 95.000 € pour un Roadster de base,
- 113.000 € pour une version Sport,
- 126.000 € pour le modèle toutes options.

La Tesla 3
Pour fin 2017 et USA et courant 2018 en Europe, la sortie Tesla proposera avec son Model 3, une berline enfin accessible au niveau prix.
- prix de base de la "Tesla Model 3" : 35 000 dollars (hors taxe mais hors aides à l’achat éventuelles) hors options,
- autonomie : 345 km,
- type batteries : lithium-ion,
- capacité des batteries : de 60 à 75 kWh, ce qui explique son autonomie annoncée.
- performances : 0 à 100 km/h en 6 secondes.

La compatibilité des bornes et câbles de recharge
le rechargement
Puisque l'engagement vers les solutions électriques semble se confirmer en France (900 millions d'euros prévus par le gouvernement pour installer des bornes d'alimentation électrique dans les villes, notamment à travers la création d'une filiale spécialisée d'EDF"ENEDIS" (anciennement Electricité Réseau Distribution France).

Malheureusement, si l'on sait vous vendre des voitures (et encore !) aucune concession n'a été capable de nous expliquer clairement les caractéristiques électriques et les compatibilités des prises entre les différents réseaux de charge (domestique, semi-rapide-rapide) et les différents modèles de voitures électriques...
Même sur la très pratique et sympatique application ChargeMap, le néophyte aura du mal à savoir si sa voiture à lui pourra trouver à se raccorder.
Par bonheur, nous avons trouvé un site qui explique et visualise les choses de façon complète et didactique ; plutôt que de refaire le même travail, nous préférons vous indiquer leur lien :
informations-techniques-calculs-bornes-recharge-vehicule-electrique

En attendant voici un tableau récapitulatif regroupant les principaux modèles de VE et leur compatibilité de charge :
Marque modèle
Puissance charge
Compatibilité mode 3 Connecteur véhicule / Borne
Renault Kangoo ZE
Fluence
3 kW
3 à 22 kW en 2013
Totale Type 1 / Type 3
Renault Zoe
3 kW à 22 kW
43 kW
Totale Type 2 / Type 3
Type 2 / câble fixe
Nissan Leaf
3 kW
7 kW prévus 2013
50 kW DC (**)
Totale Type 1 / Type 3

Type 4 / câble fixe
PSA Peugeot Ion
3 kW
50 kW DC (**)
Partielle (*) Type 1 / Type 3
Type 4 / câble fixe
PSA Citroën C Zéro
3 kW
Partielle (*) Type 1 / Type 3
Mitsubishi i MIEV
3 kW
Partielle (*) Type 1 / Type 3

(*) charge différée non possible.
(**) courant continu (par opposition à AC, courant alternatif).

Vous conviendrez donc qu'il est sécurisant d'avoir un câble avec connecteur "Type 1" côté véhicule et "Type 3" (EVlink) côté borne, pour bénéficier d'un maximum de possibilité de charge dans les réseaux des concessionnaires : Nissan, Renault, PSA et Mitsubishi équipés de bornes.

Les types de prises
Comment s'y retrouver avec les différents types de prises auxquelles vous serez confrontés tant du côté voiture que du côté secteur :

1 - La prise domestique
C'est la prise la plus répandue, à la maison, chez les copains ou la famille ainsi que dans les infrastructures de recharge publiques ; elle doit être capable de supporter 16 A (*).
(*) La norme européenne qui s’applique aux prises domestiques est la IEC60884-1 ; celle-ci ne prévoit que cet essai d’échauffement pour les socles de prise de courant « fixes » prévue pour 250 Va.c./16A) :
- raccordement en 2,5 mm² rigide,
- courant d’essai de 22 A pendant 1 heure,
- échauffement maxi durant l’essai : 45 K (= 45° C en plus de la température ambiante, par exemple 75 K si Tamb.= 30° C)


prise domestique pour voiture électrique Puissance 3 kW
AC monophasé
Mode de charge Mode 1 et 2
Application Infrastructure
Compatibilité
- Chevrolet Volt
- Citroen C-ZERO
- Fisker Karma
- Mia Electric
- Mitsubishi iMiEV
- Nissan LEAF
- Opel Ampera
- Peugeot iOn
- Renault Fluence
- Renault Kangoo
- Renault Twizy
- Renault ZOE *
- Smart ED
- Tesla Model S
- Tesla Roadster
- Toyota Prius Rechargeable

* Câble non-disponible à ce jour pour la ZOE – prévu en option à terme

La majorité des utilisateurs rechargent uniquement avec le câble fourni avec la voiture, car cette option est la plus économique.
Il est cependant recommandé de faire vérifier son installation électrique par un professionnel car la recharge sollicite un courant volontairement limité à 8 ou 10 A durant une dizaine d'heures, ce qui pourrait malgré tout présenter un risque d’échauffement de la ligne, même si la puissance sollicitée est comparable à celle d'un radiateur électrique entre 1760 W et 2200 W.

2 - Prise de type 1
Prise pour voiture électrique de type 1 Puissance De 3 à 7 kW
AC monophasé
Mode de charge Mode 3
Application Véhicule
Compatibilité
- Bolloré Bluecar
- Chevrolet Volt
- Citroen C-ZERO
- Mia Electric
- Mitsubishi iMiEV
- Nissan LEAF
- Opel Ampera
- Peugeot iOn
- Renault Fluence
- Renault Kangoo
- Toyota Prius Rechargeable

3 - La prise de type 2
Prise VE de type 2 Puissance De 3 à 43 kW
AC triphasé
Mode de charge Mode 3
Application Véhicule
Infrastructure
Compatibilité
- Chevrolet Volt *
- Citroen C-ZERO *
- Mitsubishi iMiEV *
- Nissan LEAF *
- Peugeot iOn *
- Renault Fluence
- Renault Kangoo
- Renault Twizy
- Renault ZOE
- Smart ED

* câble en accessoire.

4 - Prise de type 3
Prise VE de type 3 Puissance De 3 à 22 kW
AC triphasé
Mode de charge Mode 3
Application Infrastructure + réseaux Nissan et Renault
Compatibilité
- Chevrolet Volt *
- Citroen C-ZERO *
- Fisker Karma *
- Mia Electric *
- Mitsubishi iMiEV
- Nissan LEAF *
- Opel Ampera *
- Peugeot iOn *
- Renault Fluence
- Renault Kangoo
- Renault ZOE
- Smart ED
- Toyota Prius Rechargeable *

* câble souvent en accessoire.

5 - Prise de type 4 "CHADEMO"
Pour la prise CHADEMO, le câble est solidaire de la borne, exactement comme sur une pompe à essence.
Prise VE de type 4 Chademo Puissance 50 kW
DC 125 A
Mode de charge Mode 4
Application Véhicule
Compatibilité
- Citroen C-ZERO
- Mitsubishi iMiEV
- Nissan LEAF
- Peugeot iOn
- Tesla Model S *

* Adaptateur en option

6 - La Wall-Box
L’utilisation de la "wallbox" est recommandée par les réseaux de vente de voitures électriques pour une recharge domestique "plus sécurisée".
Un autre argument pour l'installation de cet équipement est qu’il est sensé recharger plus rapidement les batteries de sa voiture grâce à un courant d’une intensité plus élevée (16A ou quelquefois plus).
Mais cette Wallbox a un coût non négligeable (entre 500 et 1200 € selon le matériel choisi) ; un investissement supplémentaire auquel il faut rajouter le prix de son installation par un électricien (variable selon la configuration électrique de sa maison).


Nouveau problème posé par la recharge des voitures électriques
L'architecture du système électrique français, pensé il y a plus de 50 ans avec la construction du parc nucléaire, est déjà très sensible aux pics de consommation, en raison notamment du suréquipement des ménages français en chauffage électrique.
Le rechargement massif des véhicules électriques au moment où le réseau est déjà surchargé lors des froides soirées d'hiver risque forcément de poser un problème au fur et à mesure de l'augmentation du parc.
Aux Etats-Unis, une étude menée dans l'éco-ville de Mueller (banlieue d'Austin au Texas) a confirmé la tendance des consommateurs à recharger leur véhicule électrique au moment du pic de consommation, qui est situé à 19 h en France.
Or, depuis 10 hivers consécutifs, la France a déjà dépassé ses records de consommation et la multiplication des véhicules électriques fait craindre une accentuation de cette tendance.

Les deux millions de véhicules électriques d'ici 2020, sur lequel se base RTE, pourraient faire augmenter de 1 à 2 % la consommation annuelle d'électricité en France ; si ces véhicules se rechargent au moment de la pointe, même avec les systèmes de charge lente, cela peut représenter selon les scénarios de 3 à 6 gigaWatts.
C'est ainsi que dès 2011, RTE recommandait dans un rapport l'utilisation des bornes de recharge lente - environ 8 heures - de préférence à celles à charge rapide consommant énormément d'électricité sur 30 mn.
La concentration des bornes de recharge dans les stations-service, les supermarchés ou encore les quartiers d'affaires pourrait également poser un problème de capacité locale, par exemple si sur 1.000 véhicules électriques on en a 500 connectés au même bâtiment, ou aura un problème sur le bâtiment et sur le quartier.

Des chargeurs intelligents, différant les recharges, pourraient être une solution à ce problème.
Pour l'instant, Renault fournit des chargeurs incompatibles avec les prises électriques des particuliers, pour obliger les usagers de sa Zoé à s'équiper d'une "Wall box" (prise spéciale permettant de différer les recharges) mais plusieurs utilisateurs ont trouvé une parade à cette restriction, peu logique et représentant un surcoût important...

Par contre, géré de façon intelligente, l'ensemble des véhicules électriques en service avec l'énorme capacité de stockage de leurs batteries très performantes, pourrait non seulement aider à l'équilibrage du réseau mais également servir de site "cloud" de stockage d'électricité, réservant celle-ci lorsqu'elle est massivement produite par les éoliennes la nuit, où la demande est très faible ; ces solutions d'avenir sont actuellement testées au Japon et aux Etats-Unis.
Bien entendu, pour être accepté par l'utilisateur ayant déjà consenti un investissement très important pour rouler "propre", cela devrait passer par une installation de ces chargeurs /échangeurs intelligents résidentiels PRISE en CHARGE FINANCIEREMENT par ERDF, ce qui ne se fera certainement jamais...
Tout est donc malheureusement dit.


Le "Carport Photovoltaïque"
Un abri photovoltaïque pour la recharge de son véhicule électrique Outre la fonction de protéger le véhicule des intempéries comme des méfaits du soleil, l’abri voiture type carport photovoltaïque sera installé en complément d'un garage domestique ou pour un espace de stationnement professionnel, commercial ou administratif ; il offre la ressource de produire l’électricité nécessaire à la recharge de sa voiture électrique.
Ce concept de "SunCarport" combine un abri voiture traditionnel et une toiture photovoltaïque offrant de haute performance de production.
La centrale solaire de l’abri voiture offre de nombreux avantages puisqu’il est possible de l’utiliser comme borne de recharge pour votre véhicule électrique, et d’injecter dans le réseau le reliquat de production électrique pour obtenir un revenu complémentaire.
Le Sun Carport comprend également un onduleur (de marque SMA) adapté à la puissance de crête totale délivrée par les panneaux installés sur la strucure.
Le montage de l'ensemble, une espèce de gros mécano, reste relativement simple


INFOS COMPLEMENTAIRES
Les mesures se multiplent
Une des solutions étudiées en France serait une modulation des prix de péages en fonction du niveau de pollution des véhicules ; en France, on parle d'en dispenser les voitures électriques, mais compte-tenu du manque de bornes de charge rapide sur le réseau autoroutier, cela n'a aucun sens...
- Un accord a été signé avec la ville de Paris pour que le stationnement des voitures électriques soit gratuit dans la capitale...
- Londres trés en avance sur ces questions, a décidé de porter à 25 livres par jour (37 €) le prix du péage pour entrer dans le centre ville.
- Richmond-upon-Thames envisage d'augmenter le permis de stationner dans ses rues à 300 €/ an pour les 4 x 4.

La Formule-E
La voiture électrique a son Championnat de Formule E !
Organisé par la FIA depuis 2014, cette course automobile utilise des monoplaces de Formule E sur dix circuits urbains dans le monde, dont Paris. C'est le premier championnat de ce type utilisant des véhicules propulsés par moteur électrique.
Le modèle Spark SRT 01E Renault était le seul homologué pour la première saison 2014-2015.
En 2016, huit équipes avaient développé leurs propres groupes propulseurs ainsi que leurs batteries, et en 2017 ce ne sont pas moins de 10 marques qui sont en compétition.
La vitesse de pointe est de 230 kmh et chaque pilote utilise alternativement 2 voitures, pour des raisons d'autonomie.
Ces courses sont de véritables validation dans l'usage automobile de la technologie électrique et les avancées obtenues seront installées demain dans les voitures électrique de chacun de nous.

D'autres pistes à suivre...
Le moteur Pantome, le moteur magnétique, la voiture à air comprimé... sont des systèmes expérimentaux (voir notre page "autres moteurs")

L'électro-Dyane
Une association : "BientotElectrique" s'est donnée pour mission d'électrifier la propulsion d'une Dyane Citroen et d'aider tous ceux qui souhaiteraient se lancer dans cette transformation...
Extérieurement, elle ne se distingue que par une prise de courant sur le côté avant gauche.
Côté électro-mécanique cette Dyane est équipé d'un moteur électrique de type chariot élévateur qui peut développer jusqu'à 100 chevaux, alimenté actuellement par 8 batteries de 12 V pour un poids de 110 kg de batteries logés sous la banquette avant du véhicule.
Selon son concepteur, l'autonomie reste encore plutôt réduite : 20 km en roulant à 60-70 km/ h.
Le prototype initial devrait à terme bénéficier de batteries au lithium, ce qui permettrait d'alléger leur poids (70 kg) et d'augmenter considérablement l'autonomie (80 km).
Mais le coût de ces batteries au lithium reste un frein (entre 6.000 à 7.000 € pour 32 éléments) même si leur duré de vie de 10 ans contre 3 pour les batteries au plomb, justifie à long terme cet investissement.
Le modèle prototype est donc opérationnel en ce début d'anné 2009 et Citroën a donné son accord pour qu'elle passe au Service des Mines afin que chacun puisse l'utiliser légalement sur nos routes.
L'Electro-Dyane devait avoir son autorisation de conversion officielle en 2009.
Par ailleurs, la réalisation d'un nouveau prototype de 2 CV électrique était prévue pour Juillet-Août 2009, elle serait destinée à rouler sur les routes allemandes.
Contact :
Cyrille QUERON
22, avenue du Maréchal-Leclerc
41000 - BLOIS.
Tel : 06.64.13.09.36 / 09.50.89.79.69, de préférence en soirée
P. de Haut

Le gouvernement français a décidé de préserver l'air des grandes villes en interdisant depuis 2017 l'accès aux véhicules les plus polluants comme les poids lourds ou les voitures de plus de 10 ans.
La ministre de l'Ecologie et des Transports Nathalie Kosciusko-Morizet avait défini des "zones d'action prioritaire pour l'air" dans 8 grands centres urbains, dont Paris, Lyon et Bordeaux ; ces villes avaient la responsabilité de définir elles-mêmes le périmètre exact et l'étendue de ces dispositifs en les adaptant à leur spécificités de circulation.
La France est dans ce domaine très en retard sur d'autres pays européens, qui ont souvent instauré des péages urbains comme à Londres, afin d'y limiter autoritairement la circulation automobile. La Suède a instauré à Stockholm depuis une vingtaine d'années une zone d'accès limité de 40 km de rayon.


Les AIDES
(Attention le montant et les conditions d'attributions des aides sont à vérifier avant la concrétisation de votre projet, car les lois fiscales françaises sont victimes de changements frénétiques depuis quelques années...)

Bonus écologique
L'instauration d'un bonus écologique (ou écotaxe) destiné à inciter l'achat d'un véhicule neuf émettant le moins de CO², remonte au 5 décembre 2007.
Un "super bonus" très incitatif était accordé aux acheteurs de voitures électriques en France (7.000 € en 2013 ; 6300 € en 2014, en baisse constante depuis...) ; profitez-en, car nul doute que son montant va continuer de décroître rapidement jusqu'à disparaître dès lors que le public va commencer à s'équiper de façon moins confidentielle qu'aujourd'hui.


Forum
De même que les consommations annoncées par les constructeurs automobiles pour leurs modèles thermiques ne sont pas conforme à la réalité, l'autonomie annoncée des voitures électriques est loin d'être conforme à leur utilisation.
Prévoir au moins 30% de moins.

J.H

Possesseur d'une Smart électrique, le mauvais sort a voulu que mes batteries se sont détériorées sans raison particulière. Savez-vous ce que m'a annoncé Mercedes pour la prise en charge de leur remplacement ? Pas moins que 26.000 €, ce qui est plus cher que le prix de mon véhicule !
Comment voulez-vous développer le marché de la voiture électrique dans ces conditions ?

Nathalie

Possesseur d'une Leaf Nissan depuis presque 2 ans, je n'avais rien à lui reprocher jusqu'à ce que le système de chauffage tombe en panne, en plein hiver forcément !
Je l'ai alors confiée à mon concessionnaire Nissan, qui a établi qu'il fallait changer une pièce qui fut commandée chez Nissan France.
Une semaine après, ma Leaf n'est toujours pas opérationnelle et je suis privé de ce véhicule.
Le garage me parle de la faire rapatrier sur camion plateau vers un centre spécialisé la région parisienne.
Tout cela n'a vraiment rien à voir avec l'écrin de qualité et d'assistance que Nissan met en avant pour sa gamme électrique.

P.H

Mon expérience d'un VE (C-zéro) me permet de vous donner un petit conseil concernant la charge rapide : au lieu de recharger à 80 % (50 kWh) en 30 mn sur une borne rapide Schneider (les Chademo sont encore rares) il vaut mieux faire deux recharges à la suite de 15 mn en réglant la puissance sur 25 kWh : la première vous rechargera autour de 80 % en 1/4 d'heure (en partant de 38 %). Vous faites un petit tour et vous rebranchez 15 mn supplémentaires pour arriver à 96 %.
M.S

En tant que possesseur d'une Leaf de chez Nissan, voici mon avis objectif d'utilisateur.
Je n'ai pas grand chose à lui reprocher en utilisation urbaine. Par contre, aucun de mes voisins, amis ou membre de ma famille n'est prêt à me suivre dans ce choix : trop chère, trop de contraintes, autonomie insuffisante...
Cela reflète bien d'après moi le manque d'intérêt des français pour ce type de véhicule propre. Tout le monde est d'accord pour moins polluer et protéger l'environnement, mais ceux qui sont prêts à payer cela sont des exceptions, la plupart en ayant rien à battre !

S.G

La LEAF est capable, techniquement, de faire 170 km sans recharger. Mais Nissan utilise des batteries apparemment de mauvaise qualité et a peur qu’elles ne tiennent pas le choc en charges et décharges complètes et répétées.
Par précaution, Nissan limite la charge à environ 94 % (22,5 kWh) tout en affichant 100 % et à l’extinction de la dernière barre rouge, il resterait encore 19 % (4,5 kWh) de charge.

R.P

En théorie les batteries de la Leaf sont prévues pour environ 1000 charges soit 140.000 km. En fait on constate une perte d'une première barre vers 60 / 70.000 km et 2 barres entre 120 / 140.000 km.
P.A

Je viens de voir sur la page FB de la Nissan-Leaf que M. Marsh (un américain) a été distingué par la marque en 2014 pour avoir parcouru 160.000 km (100.000 miles) depuis début 2011 avec sa Leaf. C'est plutôt encourageant pour nous.
B.C

Je suis également l'heureux possesseur d'une voiture électrique. Les 2 limites de ce véhicule sont : son faible rayon de déplacement dès lors qu'on utilise des voies express ou autoroutiêres et un nombre de prises de recharge rapide plus que confidentiel, empêchant tout trajet hors zone...
Vraiment dommage car c'est un super véhicule.

H.P

Vous oubliez également que l'usage du chauffage ou de la clim réduit de façon importante l'autonomie.
C.B

Toujours au sujet de la Leaf : c'est une super bagnole, mais grosse galère pour activer le système télématique Carwings, et l'assistance Nissan-France est nulle...
J.P

Habitat
Construire et aménager une maison écologique : les différents modes de construction, les maisons en bois, les maisons à ossature bois, le chauffage, le chauffe-eau, l'isolation, la ventilation, les polluants domestiques, les ondes, l'assainissement, la décoration, les aides...
Chauffage
Calcul du coût de votre chauffage, bilan énergétique de son logements, diagnostic thermique, pompes à chaleur, climatiqation réversibles, géothermie, plancher chauffant, chauffage au bois et aux céréales, puits canadien, chaudières à condensation, cheminée au bio-éthanol, recyclage du bois
Eau
Usage éco-responsable de l'eau : eau en bouteille, filtration de l'eau, polluants de l'eau, récupération et réemploi de l'eau, systèmes anti-calcaires, le bélier hydraulique, lavage des voitures, l'eutrophysation, les pluies acides...
Mobilité
Transports propres et carburants écologiques : conduite écologique, limites du pétrole, bio-carburants, vélos et scooters électriques, coursiers écologiques, voitures propres électriques et hybrides, covoiturage, moteurs pantome hybride électrique pneumatiques... recyclage des voitures, trains hybrides, croisières écologiques et cargos écolos
Planète
Enjeux de la qualité de l'air, de la climatologie et du réchauffement climatique, Impacts de la Déforestation et des Feux de Forêt, Taxe Carbone, Bilan Carbone et éco-citoyenneté, les inondations, les Marées Noires, Les Jachères Fleuries, Eco-villes et pollutions lumineuses Pacte écologique et Développement Durable, Green-Washing et Commerce Equitable, Charte pour l'Environnement et Natura 2000
Divers
Nouveautés Ecolos
Les SCIC et SCOP
Eco formations
Le Wwoofing
Ours & Loups
Associations
Prêts Solidaires
Enquête Publique
Ecologie au féminin
Ecologie & Santé
Ecologie Profonde
Ecologie & Religion
Humour & Ecologie

Médias
Forum
Eco-emplois
Liens
Soutien/ Publicité

Contact
Page Facebook de l'Ecologique Appliquée

Vous avez apprécié nos dossiers, nos conseils, notre indépendance ? Merci de le manifester et de vous faire notre ambassadeur sur les réseaux sociaux.




Follow EcologieA on Twitter
Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.



Partenaires :