Ecologie Solutions
CHAUFFE EAU SOLAIRE, CESI et CHAUFFAGE SOLAIRE

Le chauffe eau solaire

Panneaux solaires installés sur toit Le soleil est presque éternel, mais pas vous !
Pour préservez la planète... et votre argent...
Le bon plan éconologique, c'est le chauffe-eau solaire...
Alors, qu'attendez-vous pour passer à l'eau chaude sanitaire solaire ?



Principe
Un tuyau d'arrosage plein d'eau abandonné au soleil…
Peu à peu, la température de l'eau s'élève ; plus le tuyau est sombre, plus l'eau est chaude. Elle devient même brûlante si le tuyau est placé sous une vitre correctement orientée.
Simple, et efficace, le chauffe-eau solaire individuel, basé sur ce principe fournit de l'eau chaude sanitaire et/ou de chauffage en réalisant d'importantes économies !
Depuis l'envolée du cours des matières fossiles, ce qui était vrai hier l'est encore plus aujourd'hui, surtout pour ceux qui se chauffaient au fioul au gaz ou à l'électricité.
En constante amélioration depuis plus de 20 ans, les chauffe-eau solaires sont maintenant des équipements robustes et fiables.
En 1999, les Pouvoirs Publics ont décidé d'attribuer, dans le cadre du Plan Soleil des primes "CESI" aux acquéreurs de chauffe-eau solaires individuels pour stimuler l'équipement des particuliers.

Un ensemble de mini serres !


Comment cela fonctionne ?
De façon plus professionnelle, des tuyauteries de couleur sombre (absorbeur), intégrées dans des panneaux emprisonnant les calories grâce à un vitrage et une isolation adaptés, transmettent à l'eau (circuit direct) ou au liquide caloporteur (circuit à échangeur) qu'elles contiennent la chaleur absorbée.
Le vitrage laisse pénétrer la lumière solaire et minimise les pertes par rayonnement infrarouge de l'absorbeur en utilisant l'effet de serre tout en limitant les pertes de chaleur avec l'air ambiant.
Le capteur solaire est d'autant plus performant que le revêtement de l'absorbeur aura un coefficient d'absorption élevé et un coefficient d'émission faible.
Les matériaux qui présentent ces caractéristiques sont dits "sélectifs". Les performances du capteur sont encore améliorées en isolant la face arrière du module.
2 fabricants en France proposent des capteurs pouvant remplir la fonction de toit couvrant, pour une meilleure intégration architecturale.
Un ballon d'eau chaude accumule et préserve cette eau chaude puis la restitue à la demande.
Une pompe/ circulateur et un système de vannes assurent la régulation de l'installation et l'optimisation de la production de chaleur selon l'ensoleillement.

Il y a quelque temps, il paraissait évident pour les utilisateurs d'un tel système, de prendre l'habitude de consommer leur eau chaude de préférence sur la fin de journée plutôt que le matin, pour éviter les pertes thermiques pendant la nuit.
Ce n'est plus le cas aujourd'hui où les préparateurs sont tellement bien isolés que la perte de température sur 12 heures reste négligeable.


Shéma d'une maison solaire


Le dispositif
1) Captage de l'énergie solaire
Un capteur solaire comprend :
• une plaque et des tubulures noires qui constituent l'absorbeur (reçoit le rayonnement solaire - les infra-rouge - et s'échauffe),
• un coffre rigide et thermiquement isolé autour de l'absorbeur (la partie supérieure, vitrée, laisse pénétrer le soleil et retient la chaleur comme une petite serre.)
Cet ensemble peut être placé sur un toit, ou au sol, avec quelquefois un dispositif d'orientation automatisé qui suit la course du soleil).


Première étape de la pose en intégré d'un CESI :
on découvre les tuiles pour préparer la pose du caisson étanche
sur les chevrons et liteaux, par dessus l'isolation du toit.


Deuxième étape : le caisson étanche devant recevoir les capteurs est posé,
le toit est de nouveau étanche


Intégration d'un CESI sur toit tuiles mécaniques
Les panneaux sont maintenant posés et parfaitement intégrés à la toiture !


2) Transport des thermies
C'est généralement le circuit primaire qui s'en charge, sauf si le circuit est direct (sans échangeur).
Etanche et calorifugé, il contient le plus souvent de l'eau additionnée d'antigel ; ce liquide s'échauffe en passant dans les tubes du capteur avant d'être envoyé vers un ballon de stockage ou un circuit de décharge, si sa température devient trop importante.


Fonctionnement en mode jour/ ensoleillé et en mode jour/ couvert ou nuit

Exemple d'une intégration parfaite avec cet abri solaire

Lorsqu'il n'est pas possible d'installer les capteurs sur le toit pour des raisons d'exposition, d'esthétique ou autres, la solution sur chevalet, ou encore mieux sur abri intégré ou auvent peut se révéler intéressante et d'un entretien facilité.
Ce type d'abri ou d'autres permettant de servir de garage à véhicules reviennent à environ :
2236 € TTC pour un auvent de 6 m x 3 m, une pente, en chêne pour l'ossature et sapin traité pour la charpente - pose incluse sans tuiles.

Liaison entre capteur et échangeur thermique
Dans le cas de capteurs non intégrés au bâti d'utilisation, les liaisons enterrées aller et retour entre l'échangeur et les capteurs doivent être isolées très soigneusement et de façon étanche pour que l'isolant en s'imbibant d'eau ne devienne pas à son tour un échangeur qui occasionnerait une perte importante de rendement.

3) Restitution de la chaleur
C'est dans l'échangeur thermique (ou serpentin), que le liquide caloporteur transmet ses thermies à l'eau sanitaire ou de chauffage.
Le liquide primaire, refroidi, repart vers le capteur, où il est chauffé à nouveau tant que l'ensoleillement reste efficace.

4) Stockage de l'eau chaude
Le ballon solaire est une cuve métallique bien isolée qui réserve l'eau chaude obtenue et préserve limite son refroidissement. L'eau chaude soutirée est immédiatement remplacée par la même quantité d'eau froide du réseau réchauffée à son tour par le liquide du circuit primaire.


Shéma préparateur solaire Viessman


Shéma autre préparateur solaire


5) Circulation et régulation du liquide primaire
La circulation du liquide peut être naturelle ou forcée :
- dans les chauffe-eau solaires "en thermosiphon ", elle est naturelle,(dans ce cas le ballon est placé plus haut que les capteurs). Le liquide caloporteur circule grâce à sa différence de densité avec l'eau du ballon. Tant qu'il est plus chaud, donc moins dense qu'elle, il s'élève naturellement par thermorégulation.
- dans les chauffe-eau solaires à circulateur, c'est une petite pompe électrique qui met en mouvement le liquide caloporteur uniquement lorsqu'il est plus chaud que l'eau sanitaire du ballon.
circulateur chauffe-eau solaire
Circulateur de chauffe-eau solaire Wiessman


Un dispositif de régulation renseigné par des sondes gère les différences de températures (si la sonde du ballon est plus chaude que celle du capteur, le circulateur est arrêté. Dans le cas contraire, il est remis en route et le liquide primaire réchauffe l'eau sanitaire du ballon.
Dans les 2 cas, il est utile de prévoir une boucle de décharge, dispersant dans la terre un échauffement trop important qui risquerait d'endommager le dispositif)


Exemple de boitier de contrôle d'un chauffage solaire


6) Réchauffeur complémentaire,
En cas d'insuffisance d'ensoleillement (hiver, demi-saison, longue période de mauvais temps), ou de soutirage d'eau chaude supérieur à la capacité de production, l'énergie solaire ne peut alors assurer la totalité de sa production.
Le ballon est donc équipé d'un chauffage d'appoint qui prend le relais en cas de besoin, et reconstitue le stock d'eau chaude :
Thermostat électro-mécanique défaillant Viessman - résistance (appoint électrique), souvent placée à mi-hauteur du ballon solaire,
- serpentin (appoint hydraulique), raccordé à une chaudière à céréales, bois, gaz, fioul… installé après le ballon, ou l'eau est malgré tout préchauffée.
Un second ballon pourvu d'un réchauffeur électrique peut également servir d'appoint.

Note :
Le module résistance vendu par Viessman a un point faible ; le thermostat électro-mécanique (type 97.29000.016 fabriqué par la firme allemande EGO) présente des défaillances au bout de quelques années d'utilisation (ne déclenche plus la chauffe). Malheureusement, il ne peut être changé obligeant à racheter tout l'ensemble pour la modique somme de 227 € plus la main d'oeuvre (1h30 environ). Pas très durable tout cela !


Quelles dimensions ?
L'efficacité, et donc les économies commencent avec un dimensionnement optimal de l'installation solaire. Le projet doit tenir compte de l'ensoleillement de la région et des besoins des utilisateurs, sachant que la production d'eau chaude solaire et même une partie du chauffage, sont possibles sous tous les climats européens.

Carte d'ensoleillement de la France


Voici un tableau qui vous guidera dans le choix de la superficie des capteurs et le volume du ballon à installer. (pour une consommation journalière de 50 à 60 litres d'eau chaude à 45 °C par personne et une couverture des besoins par le solaire comprise entre 50 et 70 %.)

Nombre d'occupants

1 ou 2

3 ou 4

5 ou 6

7 ou 8

Volume du ballon solaire
avec appoint (en litres)

100 à 150

100 à 250

250 à 350

350 à 500

Volume total du ballon sans appoint
(en litres)

100 à 250

250 à 400

400 à 550

550 à 650


Zones climatiques

Surface des capteurs (en m²)

Zone 1 & 2

2 à 3

3 à 5,5

4 à 7

5 à 7

Zone 3 & 4

2 à 3

2,5 à 4,5

3,5 à 6,5

4,5 à 7

Zone 5

2 à 2,5

2 à 4

3 à 5,5

3,5 à 7

Zone 6

2 à 2,5

2 à 3,5

2,5 à 4,5

3,5 à 6


Source ADEME


Intérêt financier
Il existe aujourd'hui de réelles difficultés pour les particuliers intéressés par l'installation d'un chauffe-eau solaire de regrouper toutes les informations nécessaires sur le coût, les aides régionales, le prix des matériaux...
D'autant plus que chaque cas est particulier (localisation, orientation des toitures, nombre d'utilisateurs, système précédent d'eau-chaude sanitaire...)

Les chauffe-eau solaire ! Le site Clicsolaire.fr est un site web au concept novateur qui vous permetta d'obtenir en quelques clics le coût et la rentabilité d'un chauffe-eau solaire via sa géolocalisation (technologie Google Maps).

- 1ére étape, vous inscrivez votre adresse, ce qui fera afficher une vue aérienne de votre maison,
- 2éme étape, vous affinez l'orientation de la toiture de votre maison envisagée pour l'intallation car le positionnement de vos capteurs solaires selon la course du soleil est évidemment le premier point à prendre en compte pour déterminer le rendement thermique de votre chauffe-eau solaire et donc sa rentabilité financière !,
- 3éme étape, vous indiquez le systéme de chauffe-eau déjà existant et le nombre d'utilisateurs réguliers...

En quelques secondes, ce logiciel très puissant calculera :
- le nombre d'heures d'ensoleillement de la toiture ou du support qui accueillera vos panneaux.
- le nombre de kWh annuels produits par m² de panneaux,
- le coût de l'installation compte tenu de la surface de panneaux nécessaires pour assurer vos besoins en eau chaude sanitaire,
- le montant total des aides locales et nationales auxquelles vous pouvez prétendre.
- le montant annuel des économies réalisée compte-tenu de votre chauffe-eau actuel,
- le nombre d'années qui vous permettra de rentabiliser votre investissement...

Muni de ces renseignements, et au delà de ce que les installateurs vous font miroiter, vous pourrez juger de l'opportunité de ce type d'équipement...


Choix du système à installer
Si vous avez déjà une installation de production d'eau chaude, ce qui le cas général en rénovation, plusieurs possibilités s'offrent à vous, et sont plus ou moins avantageuses :

Système de chauffage existant

Chaudière gaz

Chaudière fioul ou bois

Chauffage électrique

Autres chauffages

Eau
chaude
sanitaire

Ballon électrique

<10 ans

CESI sans appoint

>10 ans

CESI avec appoint électrique
(et suppression du ballon ancien)

Ballon
de la
chaudière

<10 ans

CESI sans appoint

>10 ans

CESI avec appoint
hydraulique ou mixte

Production gaz
instantanée

CESI sans appoint

Pas de ballon

CESI avec appoint
hydraulique ou mixte

CESI avec appoint électrique

CESI : chauffe-eau solaire individuel.
Sans appoint : le ballon existant sert d'appoint.
Appoint électrique : il est assuré par une résistance électrique intégrée au ballon solaire.
Appoint hydraulique : il est assuré par un échangeur intégré au ballon solaire et raccordé à la chaudière.
Appoint mixte : double système d'appoint (hydraulique et électrique).
Source ADEME


Photovoltaïque hybride (électricité/ thermique)
Le système était dans les tuyaux d'une réflexion collective depuis déjà un moment, puisque nous étions nombreux à avoir constaté :
Le panneau hybride photovoltaïque / thermique de DualSun - qu'un panneau photovoltaïque génère beaucoup plus de chaleur (85 %) que d'électricité (15 % environ) lorsqu'il est exposé à un soleil ardent,
- que le rendement d'un panneau photovoltaïque diminue lorsque sa température augmente.
Mais aucun produit grand public n'était proposé jusqu'à présent.
Ce pas a été franchi par la société française "DualSun" puisqu'elle fabrique et commercialise un panneau solaire hybride (PV / T) qui produit simultanément de l'électricité (photovoltaïque) et de l'eau chaude (solaire thermique) pour les maisons et les bâtiments.

Principe
Intégrer un échangeur inox au dos d'un panneau photovoltaïque pour le refroidir (comme le radiateur d'une voiture thermique) et récupérer cette chaleur à travers un liquide caloporteur qui alimentera un ballon d'eau chaude sanitaire à travers un échangeur classique à serpentin.
La circulation de l'eau refroidit simplement les cellules photovoltaïques, ce qui augmente leur rendement électrique jusqu'à 15 % en plein été.

caractéristiques
- panneaux monocristallins de 250 W nominal (60 cellules de 6 pouces),
- puissance thermique de sortie nominale : 912 Wth (*).
- dimensions : 1677 mm sur 990 mm
- épaisseur de cadre : 4 cm.
- poids : 31,7 kg (avec liquide)
- raccords circuit échangeur : 1/2 pouce.
(*) bien entendu, la chaleur récupérée dépend (comme sur un panneau thermique classique) d'une part de l'ensoleillement et bien sûr, de la température extérieure.

Comment se les procurer
Sauf cas spéciaux, la société s'appuie sur des installateurs agréés pour distribuer ses panneaux.
DualSun
Pôle de l'Etoile - Technopôle de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie
13451 - Marseille Cedex 13
Tel : +33 (0) 4.13.41.53.70


Coût
Les chauffe-eau solaires sont aujourd'hui d'un bon rapport qualité prix.
Ils permettent des économies annuelle de 40 à 60 % en moyenne, soit environ 150 € sur l'année.
Pour 3 à 5 m² de capteurs couplés à un ballon de 200 à 300 litres (3 à 4 personnes) il fallait compter entre 4000 et 7000 euros TTC, pose comprise.
Depuis 2004, le marché du solaire thermique a été multiplié par 4, l'offre des produits s'est étoffée et le nombre d'installateurs qualifiés a augmenté. Logiquement, la stimulation des ventes et la concurrence entre fournisseurs auraient dû avoir un effet à la baisse sur les prix, cependant, le prix d'un chauffe-eau solaire individuel pouvait atteindre en 2007 entre 7000 à 9000 € !

1. Les coûts moyens
Le coût d'un chauffe-eau solaire peut varier du simple au double, suivant les prestations et le lieu climatique d'implantation.
(un chauffe-eau solaire de base de 4 m² de capteurs posés sur un toit en tuiles avec un ballon électro-solaire de 200 litres dans le midi, sera forcément moins cher qu'une installation de 5 à 6 m² de capteurs intégrés en toiture avec un ballon à double échangeur, conçue pour les besoins d'eau chaude au Nord de la Loire).
Dans le premier cas, le prix d'un chauffe-eau solaire installé par un professionnel est d'environ 4.000 euros HT (sans subventions).
Dans le deuxième cas, ce coût peut atteindre 7.000 à 8.000 € euros car il faut une surface de capteurs plus importante pour compenser les différences climatiques, et en général, l'intégration des capteurs en toiture augmente le coût global de l'installation de 13 %.

La facture moyenne d'un chauffe-eau solaire individuel installé avec capteurs "posés" pour une famille de 4 personnes (4 m²) se répartit ainsi :

Chauffe-eau solaire
avec capteurs "posés"

Chauffe-eau solaire
avec capteurs "intégrés

Fournitures

4.182 euros HT

4.560 euros HT

Pose et mise en marche

1.315 euros HT

1.647 euros HT

TOTAL

5.497 euros HT

6.207 euros HT

Autant dire que pour le retour sur investissement, ce n'est pas une affaire financière !

2 - Contrats d'entretien
La plupart des installateurs propose un contrat d'entretien à leurs clients dont le prix varie de 30 à 150 euros/ an.
Plusieurs installateurs offrent les deux premières 2 années gratuitement (la charte Qualisol prévoit une garantie biennale de toute façon).
Ces contrats d'entretien couvrent le plus souvent tous les équipements de chauffage afin d'optimiser le rendement de l'ensemble chaque année.


Banc d'essai des installateurs dans la Nièvre
Nous avons demandé des devis aux entreprises nivernaises affichant l'offre solaire pour une installation de chauffe-eau solaire intégré à la toiture ayant les caractéristiques suivantes :
- 2 capteurs 4,6 m² Vitasols (Viessman) ou équivalents (Budérus ou Clipsol),
- 1 ballon solaire de 300 l de type Vitocell 100 ou équivalent
- Divicon solaire avec pompe de circulation- accessoires de montage en intégré,
- Vase d'expansion solaire de 25 litres,
- Vitosolic 100 ou équivalent,
- Système chauffant électrique CESI,
- Thermomètre pour ballon,
- Mitigeur thermostatique automatique,
- Groupe de sécurité inox,
- 25 litres de fluide solaire,
- Robinet de remplissage,
- Liaison cuivre + isolant haute température entre capteurs et ballon,
- Habillage est et ouest + bande de recouvrement,
- Main d'oeuvre.

Récapitulatif des résultats obtenus :

Entreprise s'est
déplacé
a fourni
un devis
Montant
devis HT
Commentaires
GEFFROY
oui
oui
7086 €
Le plus ancien dans ce type de chantier. De nombreuses installations en référence et le mieux placé !
SOTEC
oui
oui
7368 €
Un passionné, (son choix de la marque Budérus pénalise le devis)
MANGEON
oui
oui
8530 €
Compétences et conseils, mais le poids tarifaire d'une grosse entreprise.
DIV'ENERGIES
oui
oui
9342 €
Le plus cher ! A rendu son devis 3 mois après (les travaux étaient déjà réalisés...) S'est trompé en appliquant une TVA à 19,6 %. Bref, ne semble pas maîtriser le sujet !
GALLOIS
Eliminé d'office, compte tenu d'un chantier proche non mené à bien et longtemps en litige !
SALLIEGE
non
non
A rappelé une fois, sans donner suite.
ENERGIA
non
non
N'a pas répondu à la demande dans les délais. Pratique commerciale douteuse : obligation de la présence de l'épouse du demandeur lors de la visite, aucune précision sur le type de matériel installé, refus de donner des adresses de chantiers réalisés tant qu'on a pas signé de contrat...
Demandes faites entre le 1er mars et le 15 mai 2007, par téléphone et/ ou Internet.

Si vous avez effectué la même démarche dans votre département, communiquez-nous vos résultats et nous les publierons.

Commentaires de l'utilisateur
(Kit CESI Wiessman avec ballon de 300 litres et 4,8 m² de capteurs soit 2 panneaux)
1 - Même avec un temps couvert ou nuageux, le CESI fournit de l'eau chaude sans apport d'énergie supplémentaire (mai, juin, septembre, octobre).
2 - L'eau est très chaude (+ chaude qu'avec le chauffe-bain à gaz instantanné en fonction précédemment).
3 - Contrairement à l'installation précédente la pression permet d'alimenter 2 points de puisage en même temps.
4 - Le seul inconvénient est une petite perte d'eau due à la dilatation d'environ 20 % du volume de l'eau chaude dans la ballon et le circuit secondaire du système, que le groupe de sécurité purge régulièrement vers l'égout.
La solution étant de remplacer ce groupe de sécurité par un vase d'expansion sanitaire de taille adaptée (environ 80 €).


Aides
En 1999, les Pouvoirs Publics avaient décidé d'attribuer, dans le cadre du Plan Soleil des primes "CESI" aux acquéreurs de chauffe-eau solaires individuels. Elles étaient de plusieurs ordres.
- celles qui s'appliquaient à toute la France :
Le crédit d'impôt s'applique aux dépenses d'équipements (hors main d'oeuvre), pour les logements particuliers neufs ou anciens, avec un taux (*) pour les installations de chauffe-eau solaire individuel et système solaire combiné (CESI – SSC).
Les capteurs solaires doivent disposer d'une certification CSTBat ou Solar Keymark.
La TVA à 5,5 % (*) s'applique pour l'installation de capteurs solaires dans l'habitat principal ou secondaire lorsque les travaux sont exécutés et facturés par des professionnels.
* Susceptible de changement, à vérifier, au moment de votre projet.

- celles qui s'appliquaient localement :
Les conseils régionaux ou généraux, de communauté d'agglomération, de villes... peuvent accorder des aides spécifiques pour ce type d'équipement (de 300 à 2000 euros), mais cela devient de plus en plus rare avec la crise.

Les mesures fiscales et d'aide à l'équipement étant en constante évolution, il vous appartiendra de vérifier auprès des services fiscaux, de l'ADEME et des collectivités territoriales quelles en sont les modalités au moment de la réalisation de votre projet.

un parcours du combattant
Les démarches pour obtenir les aides financières régionales, départementales et municipales, ainsi que la prime de l'ANAH, peut être un véritable casse tête et le délai de règlement effectif est souvent long.
En général, c'est l'installateur qui doit faire la demande de subvention, en plus de l'étude et du devis du projet.

Plus, c'est trop !
Le crédit d'impôt sur l'achat de matériel pousse certains installateurs à proposer un capteur supplémentaire (présenté comme un surcoût faible pour une performance améliorée !). Cependant un récent audit sur les chauffe-eau solaires individuels réalisé par le CSTB pour l'ADEME, fait ressortir que "... les installations solaires sont dans l’ensemble surdimensionnées (surface de captage et volume de stockage) ce qui entraîne un coût d’installation plus important que nécessaire et conduit à une productivité plus faible...".

Exemple (en 2006)
Ce tableau tient compte des coûts moyens établis pour une installation avec des capteurs posés en toiture dans le cas d'un logement principal neuf (TVA à 19,6 % *) et d'un logement de plus de deux ans (TVA à 5,5 % *).
* Les taux de TVA sont à actualiser.
Il indique le coût moyen d'un chauffe-eau solaire avant et après la déduction des aides financières :

Coût d'un chauffe-eau
solaire avec capteurs posés en toiture

Coût moyen
en €
HT

Logement neuf
TTC
(TVA 19,6)

Logement ancien
TTC
(TVA 5.5%)

Coût moyen "fourniture"

4.182 (76,1%)

5.002

4.412

Coût moyen "installation"

1. 315 (23,9 %)

1.573

1.387

TOTAL moyen facturé

5.497

6.575

5.799

* Subvention moyenne régionale *

700

700

TOTAL moyen après subvention

5.875

5.099

** Crédit d'impôt de 50 % sur la partie "fourniture" de la facture après subvention, soit sur 76,1% du total **

2.236

1.940

Coût TOTAL net TTC

3.639

3.159

% du coût facturé à débourser

55,3%

54,5%

* La subvention régionale varie suivant l'emplacement du site d'installation, certains départements et municipalités proposent des aides supplémentaires.
** Part de la fourniture déduction faite des primes = 76,1 % de 5.875 €,
soit 4.471 €. Le crédit d'impôt = 50 % de 4.471, soit 2.236 €.

Les aides financières représentent environ 45 % du coût total facturé

Source Outilsolaires 2006

Exemple (en 2007)
Ce tableau tient compte des coûts moyens établis pour une installation avec des capteurs intégrés en toiture dans le cas d'un logement principal neuf (TVA à 19,6 %) et d'un logement de plus de 2 ans (TVA à 5,5 %).
Il indique le coût moyen d'un chauffe-eau solaire avant et après la déduction des aides financières :

Coût d'un chauffe-eau
solaire avec capteurs intégrés en toiture

Coût moyen
HT

Logement neuf
TTC (TVA 19,6)

Logement ancien
TTC (TVA 5,5%)

Coût moyen "fourniture"

5.500 € (76 %)

6.578 €

5.802 €

Coût moyen "installation"

1.700 € (24 %)

2.033 €

1.793 €

TOTAL moyen facturé

7.200 €

8.611 €

7.596 €

* Subvention moyenne régionale*

1000 €

1000 €

TOTAL moyen après subvention

7.611 €

6.596 €

**Crédit d'impôt de 50 % sur la partie "fourniture" de la facture après subvention, soit sur 70 % du total**

3.013 €

2.658 €

Coût TOTAL net TTC

4.598 €

3.938 €

% du coût facturé à débourser

53,4 %

51,8 %

* La subvention régionale varie suivant l'emplacement du site d'installation, certains départements et municipalités proposent des aides supplémentaires.
** Part de la fourniture déduction faite des primes = 70 % retenus compte-tenu que certaines fournitures ne sont pas subventionnables.

Compte tenu de l'augmentation générale des primes allouées, les aides financières représentent environ 52 % du coût total facturé

Source Ecologie-Appliquée 2007

Renseignez-vous à la mairie de votre domicile pour vous assurer que le règlement du plan d'occupation des sols (ou PLU) n'impose pas de clause particulière quant à l'emplacement des capteurs solaires.


Aides du Conseil Régional de Bourgogne en 2007
pour financer l'installation solaire thermique de votre habitat pour le chauffage et l'eau chaude, le conseil régional de Bourgogne, dans le cadre du PROGRAMME REGIONAL ENVIRONNEMENT, MAITRISE de L'ENERGIE, DECHETS (PREMED), a soutenu les équipements solaires thermiques en apportant une aide forfaitaire :
- de 1 200 euros pour un chauffe-eau solaire individuel (production d'eau chaude sanitaire),
- de 2 000 euros pour un système solaire combiné (production de chauffage et d'eau chaude sanitaire).

Renseignements :
Espaces Info Energie
Habitat et Développement Nièvre
5, bd St Exupéry - 58000 NEVERS
Tél : 03 86 36 01 51
Fax : 03 86 36 83 34
E-mail : eie.hd58@wanadoo.fr
Tous les jours de 8 h 30 - 12 h 00 et 13 h 30 - 17 h 00

Bourgogne Energies Renouvelables
111, rue d'Auxonne
21000 - DIJON
Tél : 03 80 59 12 80

6, quai Jules Chagot
71300 - MONTCEAU-les-MINES
Tél : 03 85 69 05 26

Dossiers :
Pour déposer un dossier de demande d'aide financière
Conseil régional de Bourgogne
BP 1602 - 21035 DIJON CEDEX
Tél : 03 80 44 37.47 / Fax : 03 80 44 35 85

Télecharger le dossier de demande :
- Demande de subvention CESI
- Fiche d'installation CESI particulier
Le dossier doit aussi contenir :
- le récépissé de déclaration de travaux déposé à la mairie (avec n° de dépôt et cachet de la mairie),
- un RIB,
- le devis de l'installateur.


Chauffe eau solaire intégral
Ces ensembles "tout en un" permettent la production d'eau chaude sanitaire par thermosiphon, avec une installation minimum sur chevalet.
Outre un prix très attrayant et un montage rapide et simplifié, la possibilité de les changer de place, ce système permet d'alimenter en eau chaude gratuite, une piscine, une résidence secondaire ou un petit logement.
Prêt à être installer, ces kits chauffe eau solaire comprennent un réservoir en acier inoxydable, des capteurs sous vide, un régulateur électronique à affichage LCD, un vase d'expansion et un manuel d'installation.
Système de fixations simple pour sol ou terrasse est compris dans le kit.
3 modèles de 160 à 270 litres sont proposés à la vente :
- 160 litres 20 x tube 180 x 58Ø - Prix 985 € TTC le kit,
- 240 litres 30 x tube 180 x 58Ø - Prix 1260 € TTC le kit,
- 270 litres 30 x tube 200 x 58Ø - Prix 1680 € TTC le kit.
Ces kits bénéficient d'une garantie de 2 ans.


Un nouveau métier
Un nouveau métier de professionnel "du solaire" a vu le jour et s'est développé.
Il faut à cet égard faire la différence entre les plombiers qui ont senti l'aubaine d'un marché à forte valeur ajoutée très vivace (vague écologique dopée par les aides évoquées et pas toujours accordées), et un professionnel convaincu et ayant une démarche éthique, une pratique professionnelle et un réel savoir-faire, les garanties et assurances décénales ainsi que l'outillage nécessaire pour travailler correctement.
Le label "Qualisol" assorti d'un référencement millésimé soumis à conditions est une première étape, mais les 8000 plombiers/ chauffagistes qui ont obtenu cette qualification en 2006, ne sont pas devenus des installateurs solaires pour autant.
Avant de choisir votre artisan solaire, faites-vous indiquer plusieurs chantiers réalisés et consultez les propriétaires.
Si votre installateur est rétif à vous donner des références vérifiables, ne lui faites pas confiance... Vous essuierez les plâtres dans le meilleur des cas.


Assurez-les !
Dernière étape et conseil avant de profiter pleinement de votre chauffe-eau solaire : déclarez-le à votre assurance !
La plupart des assurances habitation sérieuses prennent en charge ce risque ; encore faut-il que vous leur ayiez déclaré son existence...
Ceux qui ne prendraient pas au sérieux cette recommandation jugeront par eux-mêmes de l'état d'un CESI à tubes (les plus chers) après une grosse grèle...
Ces installations sont onéreuses, et leur remplacement à vos frais après une telle mésaventure, vous convaincra sans-doute de l'intérêt de cette précaution.

Dégâts de grèle sur CESI


Les questions que vous pouvez vous poser...
Q - Quelle durée de vie pour mon installation ?
R - La durée de vie estimée des panneaux solaires est d'environ 20 ans et celle de votre préparateur est en fonction de la qualité de votre eau de service (dureté, acidité, particules en suspension...) et de celle de la cuve (acier, inox, céramique...)

Q - En cas de grèle, mes panneaux vont-ils résister ?
R - Les panneaux solaires sont conçus pour résister dans la plupart des cas à la grèle.
Il est cependant important de déclarer à votre assureur votre installation, afin d'obtenir le remboursement d'éventuelles dégradations dues à des conditions d'intempérie exceptionnelles. La plupart du temps, votre assurance bâtiment prendra ce risque en charge sans augmentation de prime...

Q - Quel est l'entretien à prévoir pour ce type d'installation ?
R - Le seul entretien nécessaire au bon fonctionnement de vos panneaux solaires est de maintenir propre le vitrage de protection, pour permettre le meilleur échange thermique possible et optimiser le rendement. Malgré tout, par expérience, ce n'est toujours facile et sans danger de chute...

Q - Quand vais-je bénéficier de mon crédit d'impôt ?
R - L'année suivant votre installation de chauffe-eau solaire, vous pourrez faire valoir votre crédit d'impôt qui viendra en déduction de la somme dont vous êtes redevable auprès des services fiscaux ou vous sera remboursée si le solde est positif.

Q - J'ai droit à une prime de ma région ou d'une autre collectivité territoriale, quand vais-je la toucher ?
R - Il faut compter environ 3 mois pour que la prime à l'équipement solaire votés par certaines collectivités territoriales soit versée sur votre compte.
Votre dossier devra être complet et avoir reçu auparavant un avis favorable dans le cadre d'une comiission se réunissant généralement tous les mois.


Forum
Puis-je brancher mon lave linge et / ou mon lave-vaisselle sur mon CESI ?
H.B
réponse
Lave vaisselle :
Dans les programmes basiques de lave-vaisselle, il y a 4 cycles : chaud/ froid, puis chaud/ froid de nouveau.
Lorsqu'on alimente en eau froide, le chauffage de l'eau ne s'effectue donc que 2 fois.
Lorsque vous raccordez votre appareil directement sur l'eau chaude, il y a donc 4 cycles chauds. Ce qui est intéressant que si votre CESI est complètement indépendant de tout appoint de chauffage complémentaire !
Conditions à respecter : proximité (moins de 3 m) entre la production d'eau chaude et l'appareil + une bonne isolation du tuyau d'alimentation.
En effet, les lave-vaisselle actuels consommant de moins en moins d'eau, la longueur de tuyau entre le préparateur et le lave-vaisselle doit être faible sinon l'appareil aura fini de remplir avant que l'eau chaude n'arrive.
La préservation des joints de l'électro-vanne indiquerait qu'il ne faille pas utiliser une arrivée d'eau chaude à plus de 55° C.
D'après les essais réalisés, ce type de branchement correspondrait à une économie d'environ 70 kWh/an sur un appareil de classe A et pour une famille de 4 personnes...

Machine à laver le linge :
Elles peuvent toutes théoriquement être alimentées en eau chaude à condition d'être munies d'un thermostat réglable et d'un tuyau d'alimentation résistant à 60 °C.
La solution la plus économique reste de les raccorder sur un mitigeur thermostatique qui permet de délivrer de l'eau à la température choisie.
Les modèles pour douche sont très abordables (environ 20 € dans les magasins de bricolage).
Il suffit ensuite de le régler sur une température de 10 °C supérieure à celle souhaitée pour le lavage (l'eau perd ces 10 °C au contact de la cuve, du tambour et du linge froid).

Bonjour, je recherche des infos sur des machines à laver le linge ou la vaisselle qui fonctionnent à l'eau chaude solaire, afin de réduire ma consommation d'électricité.
D.V
réponse
Pour les machines à laver l'utilisation de l'eau chaude solaire pose 2 types de problèmes :
1) la gestion électro-vanne de 2 arrivées d'eau distinctes, l'une chaude et l'autre froide pour le rinçage.
2) la maîtrise de la température de l'eau chaude solaire admise dans la machine, puisqu'elle peut atteindre des températures très importantes risquant d'endommager la machine et de cuire le linge (c'est d'ailleurs pour cela que toute installation solaire digne de ce nom a un circuit de décharge thermique).
La solution est donc de prévoir un ballon solaire thermo régulé à environ 60°, ou de se brancher sur le circuit de plancher chauffant à eau (qui est aux alentours 25°) en sortie de chaudière ! Voire un mix des 2 systèmes avec sélecteur by-pass, pour bénéficier des 2 gammes de température !
A part cela je ne vois rien d'autre pour l'instant.

P.E

Habitat
Construire et aménager une maison écologique : les différents modes de construction, les maisons en bois, les maisons à ossature bois, le chauffage, le chauffe-eau, l'isolation, la ventilation, les polluants domestiques, les ondes, l'assainissement, la décoration, les aides...
Chauffage
Calcul du coût de votre chauffage, bilan énergétique de son logements, diagnostic thermique, pompes à chaleur, climatiqation réversibles, géothermie, plancher chauffant, chauffage au bois et aux céréales, puits canadien, chaudières à condensation, cheminée au bio-éthanol, recyclage du bois
Eau
Usage éco-responsable de l'eau : eau en bouteille, filtration de l'eau, polluants de l'eau, récupération et réemploi de l'eau, systèmes anti-calcaires, le bélier hydraulique, lavage des voitures, l'eutrophysation, les pluies acides...
Mobilité
Transports propres et carburants écologiques : conduite écologique, limites du pétrole, bio-carburants, vélos et scooters électriques, coursiers écologiques, voitures propres électriques et hybrides, covoiturage, moteurs pantome hybride électrique pneumatiques... recyclage des voitures, trains hybrides, croisières écologiques et cargos écolos
Planète
Enjeux de la qualité de l'air, de la climatologie et du réchauffement climatique, Impacts de la Déforestation et des Feux de Forêt, Taxe Carbone, Bilan Carbone et éco-citoyenneté, les inondations, les Marées Noires, Les Jachères Fleuries, Eco-villes et pollutions lumineuses Pacte écologique et Développement Durable, Green-Washing et Commerce Equitable, Charte pour l'Environnement et Natura 2000
Divers
Nouveautés Ecolos
Les SCIC et SCOP
Eco formations
Le Wwoofing
Ours & Loups
Associations
Prêts Solidaires
Enquête Publique
Ecologie au féminin
Ecologie & Santé
Ecologie Profonde
Ecologie & Religion
Humour & Ecologie

Médias
Forum
Eco-emplois
Liens
Soutien/ Publicité

Contact
Page Facebook de l'Ecologique Appliquée

Vous avez apprécié nos dossiers, nos conseils, notre indépendance ? Merci de le manifester et de vous faire notre ambassadeur sur les réseaux sociaux.




Follow EcologieA on Twitter
Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.



Partenaires :