L'Ecologie et les femmes
Accueil Maternité Enfance Hygiéne Beauté Consommation Maison
L'ecologie féminine Hygiéne au quotidien
Une hygiéne intime respectueuse de son corps et de l'environnement Hygiéne intime
L'écologie féminine Soins & Beauté
L'écologie féminine J'attends un petit...
L'ecologie féminine Mon bébé
L'écologie féminine Il a grandi !
L'eco-consommation Jeux et jouets
L'ecologie féminine Faire les courses
L'ecologie féminine Nourrir sa famille
L'écologie au féminin Santé au Naturel
L'ecologie féminine Vêtements & Mode
L'écologie féminine Entretenir le linge
L'ecologie féminine Equiper & décorer
L'ecologie féminine Entretenir sa maison
L'ecologie féminine L'esprit récup
Bancs essai ecologie féminine Tests de produits
L'ecologie au féminin Les transports
L'ecologie féminine Mon jardin
Labels écologiques Labels écologiques
L'ecologie féminine Actualités Conso
L'ecologie féminine Contact
Publications sur l'ecologie féminine Bibliographie
L'écologie féminine et la presse Les Médias en parlent
L'ecologie féminine Immobilier Ecologique
L'écologie féminine Liens
L'ecologie féminine Agenda écologique
L'écologie féminine Agenda Vide-greniers

Traduire le site :

Création & référencement
SITECOM.BIZ
Tous droits réservés.

La SANTE au NATUREL


La santé au naturelLa vie quotidienne est remplie de petits maux qu'il est tout à fait possible de traiter dès leur apparition, avec des recettes simples, économiques et efficaces.
Vous éviterez ainsi de vous précipiter à la pharmacie, d'utiliser des médicaments pas toujours utiles, chers, et qui sont rappelons-le des produits chimiques polluants qui se retrouvent invariablement dans notre environnement.
Si ces problèmes persistent, s'aggravent il vous faudra évidemment avoir recours aux bons soins de votre médecin.


Rappel sur les huiles essentielles

Bien qu' « issues de la nature » elles sont très concentrées et très puissantes. Il faut donc les utiliser avec mesure et prudence en usage interne, mais les proscrire chez la femme enceinte, allaitante, le petit enfant et les personnes âgées, sauf consultation spécialisée.



Conditions d'utilisation des huiles essentielles

La diffusion des huiles essentielles
Outre l'utilisation cutanée et interne, les huiles essentielles peuvent aussi être diffusées dans l'air ambiant de la maison, pour désodoriser, parfumer, « assainir » l'air ou bien tenter de venir à bout des petits maux quotidiens.

En résumant un peu les possibilités, cette opération peut se faire :
- par diffusion passive
Sur un galet, une pièce de bois, de la céramique ; un système simple et sans inconvénient.

A proscrire : la diffusion sur une pièce chauffée par une lampe ou une bougie, qui modifie ainsi la composition des molécules aromatiques les rendant éventuellement toxiques.

- par diffusion active
La brumisation (brume froide d'eau) ou la nébulisation (pompe à air) les propulsent finement dans l'air.
Le principe de précaution consiste à diffuser sur de courtes séquences mais jamais en continu, avec des produits purs et de bonne qualité.
Les huiles essentielles à "cétones" (neurotoxiques à haute dose) ou à "phénols" (anti-infectieuses puissantes mais irritantes pour muqueuses, yeux...) ne sont pas adaptées à cet emploi.

Ces systèmes ne doivent pas être utilisés en présence :
- d'un nourrisson, plus généralement d'enfant de moins de trois ans.
- d'une femme enceinte, particulièrement dans les trois premiers mois de la grossesse.
- de personnes souffrant d'asthme ou d'allergies respiratoires.
- d'une personne qui dort.
- d'un chat (voir le paragraphe ci-dessous)


A noter, les systèmes nomades, qui peuvent se brancher sur l'allume cigare de la voiture, par exemple, avec, à fortiori les mêmes restrictions que précédemment, puisqu'il s'agit d'un lieu exigu et clos.

Chat alors !Les chats et les huiles essentielles
De même, si vous avez un chat à la maison, méfiez-vous de la manipulation des huiles essentielles :
- l'organisme du chat est incapable de les métaboliser, ne tentez donc pas de le soigner, par vous-même, avec ces produits : vous risqueriez de l'intoxiquer.
- son odorat, à peu près 100 fois plus sensible que le nôtre, lui permet notamment de se repérer, de s'orienter au sein de son territoire ; la puissance des odeurs des huiles essentielles peuvent le perturber sévèrement.
- même en diffusion, elles risquent de le déranger, au point qu'il vaut mieux qu'il ait une possibilité de sortir de la pièce concernée.

Aussi, sauf avis d'un spécialiste, pas d'improvisation en ce domaine.


Le trio essentiel de mes huiles
Principales huiles essentielles utilisées Je vous propose maintenant le recours à l'utilisation d'huiles essentielles, mais toujours dans le cadre de pratiques validées par des aromathérapeutes, et avec des huiles couramment utilisées.


Arbre à thé ou "Tea-Tree"
Précautions
A proscrire chez la femme enceinte, allaitante et le petit enfant.

Si je n'avais qu'une seule huile essentielle à garder pour les petits soucis quotidiens, ce serait celle-ci !
Issue des feuilles d'un grand arbre australien "Melaleuca Alternatifolia", c'est bien cette origine qui est à privilégier pour votre huile essentielle, car sa tolérance cutanée est supérieure à celle d'autre provenance.
Son odeur est forte, puissante, boisée.
En usage interne, la première prise est surprenante, puis l'on s'y habitue.
Les aborigènes australiens utilisaient les feuilles du Melaleuque depuis des temps antiques pour soigner plaies et blessures.

Propriétés
Aujourd'hui son huile essentielle est incontournable dans l'aromathérapie familiale, jugez plutôt :
- antibactérienne,
- antiseptique,
- antivirale,
- antifongique,
- antiparasitaire,
- immuno-stimulante,
- radioprotectrice,
- antiasthénique et neurotonique.

Usages
- Aphtes, Boutons : une goutte de Tea-tree sur un coton-tige 2 à 3 fois par jour.
- Gingivite : quelques gouttes de Tea-tree diluées dans un peu d'huile végétale en massages avec le doigt sur les zones enflammées.
- Maux de gorge, toux qui débute, coup de pompe : 1 à 2 gouttes de Tea-Tree dans une cuillère de miel jusqu'à trois fois par jour en gardant un peu le produit dans la gorge avant de l'avaler en cas de maux de gorge ou de toux.
- Mycoses, Infections Vaginales, Herpes Génital : il peut être utile en complément d'un traitement qui vous sera donné par voie orale, d'utiliser un gel lavant (type base lavante neutre bio) dans lequel vous ajouterez 5 ml d'huile essentielle pour un flacon de 250 ml.
- Protection de la peau lors de radiothérapies : quelques gouttes sur la zone à traiter ½ heure avant, puis ½ heure après la séance.


Menthe Poivrée (Mentha Piperata)
Précautions
- Pas d'utilisation chez la femme enceinte, allaitante, les enfants de moins de 6 ans, les personnes âgées et celles souffrant d'épilepsie.
- L'utilisation cutanée doit être sous forme diluée (30 %) et sur une courte période.


Cette plante vivace, très riche en menthol, est le résultat du croisement de deux types de menthe. Elle laisse derrière elle un effet « fraîcheur » qui fait son charme et « son pouvoir ».
La France produit une belle qualité de cette huile essentielle, il n'est donc pas utile d'aller la chercher au delà de notre territoire.

Propriétés
- rafraîchissante,
- tonique, stimulante, digestive,
- antalgique, anesthésique,
- décongestionnante.

Usages
- Nausées, Mal des Transports : 1 goutte de Menthe poivrée sur un demi-sucre à laisser fondre dans la bouche.
- Digestion difficile, Hocquet tenace : même posologie.
- Malaise, Perte de connaissance, Baisse de vigilance : respirez directement au dessus du flacon d'huile essentielle, ou sur un mouchoir imprégné de quelques gouttes, ou en diffusion.
- Migraines : 1 goutte de Menthe poivrée diluée dans une huile végétale appliquée sur le front, les tempes en faisant très attention aux yeux.
- Démangeaisons, Inflammations cutanées : ajouter une goutte d'huile essentielle à votre pommade, l'effet réfrigérant de la menthe apaisera rapidement votre peau.


Lavande vraie ou officinale
(Lavandula angustifolia, vera ou officinalis)

Vous trouverez d'autres variétés de Lavande ; par exemple : aspic (latifolia ou spica), papillon (stoechas), lavandin (hybrida), mais elles sont, par leur composition, moins adaptées à une large utilisation familiale.

Précautions
- En usage externe.
- Pas avant trois ans pour les enfants.


C'est l'huile essentielle qui évoque immédiatement le sud de la France, la Provence, le soleil... et le bleu de ses fleurs.
Hors de sa zone de prédilection, elle pousse facilement, vous en avez peut-être dans votre jardin ou vous en croiserez dans les massifs décoratifs de votre commune.
Elle est utilisée, vraisemblablement, depuis le Moyen-Age pour parfumer, désinfecter, repousser les poux, les insectes, puis soigner le peau.

Propriétés
C'est une huile très polyvalente, ce qui lui vaut une place de choix dans l'utilisation familiale, y compris pour les jeunes enfants :
- calmante, sédative,
- régulatrice du système nerveux,
- antiseptique,
- antispasmodique,
- décontractante musculaire,
- anti-inflammatoire, cicatrisante de la peau.

Usages
- Anxiété, Insomnies, Stress : Massages des zones de tension, du plexus solaire et de la voûte plantaire avec quelques gouttes de Lavande diluées dans une huile végétale.
ou/et
2 gouttes sur l'oreiller ou en diffusion en cas d'insomnie que l'on peut associer à l'huile essentielle d'orange ou de mandarine.
- Brûlures, Coups de soleil : 2 ou 3 gouttes de Lavande pure ou diluée dans une huile végétale, mieux encore dans du miel ou du gel d'Aloé Véra.
- Crampes musculaires : quelques gouttes diluées dans une petite cuillère d'huile végétale, en massages.
- Maux de tête, Migraines : 1 à 2 gouttes en massages des zones douloureuses ; peut être associée à la Menthe Poivrée.
- Piqûre d'insectes, de méduses, ampoules... : 1 goutte sur la zone à renouveler régulièrement (dans l'heure qui suit la piqûre).
* A noter que dans le cas de piqûres, la variété la plus adaptée sera la Lavande Aspic, même si sa grande « sœur » assurera quand même la fonction
- Poux : cela fait discussion aujourd'hui, mais de nombreuses générations d'enfants ont été « épouillées » avec l'aide de la Lavande.
Vous pouvez tenter :
- 1 goutte dans le bonnet ou la capuche du petit.
ou
- 2 gouttes frottées dans vos mains pour frictionner la chevelure de l'écolier(ière) une à deux fois par semaine.
ou
- le vinaigre de Lavande dilué en dernière eau de rinçage du shampooing.
ou
enrichir le shampoing de l'enfant en huile essentielle de lavande à raison de 10 gouttes pour une cuillère à soupe de shampoing (15 ml)


Quelques autres

Gaulthérie Couchée (Procumbens)
Vous la trouverez aussi sous l'appellation Palommier et parfois même Thé des Bois, de Terre-Neuve.

Wintergreen, une autre appellation de la Gaulthérie, habituellement odorante (Fragantissima), lui est malgré tout parfois substituée, notamment par les anglophones, ce qui complique un peu la compréhension. Cependant, leurs propriétés sont assez proches.

De composition simple, elle est assez facilement reconstituée par un produit de synthèse, il faut donc privilégier l'huile naturelle provenant des fournisseurs sérieux, dans une filière bien contrôlée.

Précautions
- A proscrire chez la femme enceinte, allaitante, l'enfant de moins de 6 ans, les personnes allergiques aux dérivés salicylés.
- A utiliser avec précaution chez les personnes sous anti-coagulant, il faut également la diluer dans une huile végétale car elle est dermo-caustique.
- En seule voie cutanée pour la "bobologie" quotidienne, la voie interne sera réservée aux médecins et spécialistes.
- Sa diffusion est déconseillée.


Originaire d'un petit arbrisseau des régions froides et humides du Canada, elle peut aussi provenir d'Asie. Ses feuilles donnent un thé consommé aujourd'hui encore, le Thé du Canada, mais aussi une infusion utilisée depuis toujours par les Inuits en gargarismes contre les maux de gorge, par exemple. En automne, de petites baies comestibles, les « pommettes » succèdent aux fleurs.

Son feuillage donne une huile essentielle à l'odeur puissante, camphrée. Très caractéristique, elle vous rappellera les pommades anti-douleurs des sportifs. Elle est composée à plus de 98 % de salicylate de méthyle, un composé proche de l'aspirine.

On s'attend donc à des vertus :
- antalgiques,
- anti-inflammatoires,
- antispasmodiques,
- antirhumatismales.

Utilisation
- Douleurs articulaires, musculaires, rhumatismales, crampes... : quelques gouttes de cette huile dans au moins autant d'huile végétale, en massage, trois fois par jour si besoin.
- Préparation à l'effort, pour les sportifs : même dosage.
- Migraines d'origine biliaire ou hépatique : 1 goutte d'huile essentielle dans 2 à 3 gouttes d'huile végétale sur les tempes et le front (en évitant bien sur les yeux) que vous pouvez associer à la Menthe Poivrée, si vous la supportez, pour renforcer son action.
- Sinusites : 1 goutte diluée dans une huile végétale sur le sinus congestionné.


Question...
"Les huiles essentielles sont à manipuler avec précaution, j'hésite un peu quant à leur utilisation... et je ne trouve nulle part de réponse à ma question : J'ai une petite fille de 4 ans et demi et je vais avoir un bébé, est-ce dangereux pour mon bébé et ma fille si j'en utilise dans mes produits d'entretien, dans ma machine à laver, dans l'assouplissant et en diffusion dans mes salles de bain/WC. Il n'y a pas de fenêtre donc l'odeur n'est pas toujours agréable, j'ai acheté 4 galets par salle de bain/WC sur lesquels il faut déposer sur chacun une goutte d'huile essentielle."

G.H

Réponse de l'animatrice écologie féminine Les spécialistes (phytothérapeutes, pharmaciens...) s'accordent sur le fait que les ajouts d'huiles essentielles dans les produits d'entretien maison ou bio, la lessive ne posent pas de problème et j'ajouterai, certainement moins que dans les produits, parfumés chimiquement, qui nous sont proposés dans le commerce ! La dilution est très importante, les traces infinitésimales, si, bien sûr, l'on reste dans des proportions normales (voir les recettes sur ce site).
Par contre, la diffusion est à utiliser avec mesure ; vous parlez des galets : cette solution est sans risque, à condition de les éloigner des petites mains ! Pour les autres types de diffusion, je vous engage à lire le paragraphe qui s'y rapporte.


Les maux de l'hiver
Dès que l'heure d'hiver est en place, n'hésitez pas à vous munir pour les mois à venir de vinaigre de cidre bio, d'un bon miel liquide et de quelques huiles essentielles indispensables.

Les recettes écologiques de CarlaMaux de gorge

Il fait froid, la gorge commence à « gratter », je soulage cela avec des gargarismes réalisés avec une cuillère à café de vinaigre de cidre pour un verre d'eau tiède.
A faire 2 à 3 fois par jour, mais toutes les heures si la douleur est forte.

Les recettes naturelles de CarlaMaux de gorge
(Autre recette)

1 à 2 gouttes d'huile essentielle de Tea-tree dans une cuillère à café de miel que vous gardez quelques instants en bouche avant de l'avaler, en priorité le soir, et jusqu'à 3 fois par jour si besoin.
Cette huile essentielle a un goût très puissant, pas toujours apprécié, mais se révèle d'une grande efficacité.

Les recettes écologiques de CarlaSirop naturel pour une toux d'irritation

Pour attaquer une petite toux sèche qui fait mal, je réalise un sirop avec 4 cuillères à soupe de miel liquide délayées dans 5 cuillères à café de vinaigre de cidre.

Posologie
Une cuillère à café 4 à 5 fois par jour, c'est souverain.

Les recettes écologiques de CarlaNez bouché, sec, enflammé, enrhumé…
Nettoyage du nez.


Pas très glamour certes, mais efficace et simple, cette recette connue est pratiquée depuis très longtemps. Cependant, les médecins avaient toujours tendance à nous dire qu’il fallait en passer par le « sérum physiologique » dûment emballé, contrôlé voire vendu en officine.
Mais depuis quelques temps, certains spécialistes n’hésitent pas à reconnaître l’intérêt de cette pratique toute simple et économique, je me sens donc en droit de vous la transmettre.

- Dissoudre une cuillère à café et demie à une cuillère à soupe de gros sel marin (naturel et sans additif) dans un litre d’eau bouillie ; sachant que l’équilibre idéal se situe autour de 0,9 % de salinité, soit 9 grammes pour un litre d’eau.
- A l’aide d’une poire, d’une grosse seringue (sans aiguille bien sûr) ou d’un lave nez, installez-vous au dessus du lavabo, rincez le nez en commençant par une narine, avec cette solution tiède, en évacuant l’eau par l’autre narine et recommencez de l'autre coté.

Une « gymnastique » à acquérir, que vous pouvez adopter matin et soir, si besoin sans contre-indication ni effet secondaire.

En période d’hiver, ce lavage permet de prévenir la sécheresse, les inflammations, l’excès de mucus qu’affectionnent les microbes pour y faire leur « lit ».
Cette pratique est aussi très utile aux abonnés des sinusites diverses et variées ainsi qu’une aide importante le reste de l’année pour les allergiques, qui récoltent et stockent dans leur nez poussières et allergènes.

* La fièvre
Elle n’est pas une maladie mais une réaction naturelle et physiologique de notre corps en réponse à une infection virale (ou bactériologique), une déshydratation, un coup de chaud (insolation) ou des désordres de notre formidable « machinerie ».
Elle disparaît souvent seule, spontanément.
Jusqu’à 38,5 °C, si elle est bien supportée, elle ne pose pas de problème insurmontable, n’a pas forcément besoin d’être médicamentée et des mesures simples peuvent permettre de passer le cap tranquillement :
- Se découvrir pour évacuer la chaleur,
- Ne pas surchauffer la pièce et aérer régulièrement,
- Boire fréquemment,
- Se reposer, se rafraîchir.

La situation est plus délicate pour les nourrissons, les petits enfants et les personnes très âgées, qui se déshydratent très vite, et méritent d’être surveillés de façon plus serrée.

Les infections hivernales sont parfois accompagnées de fièvre ; une vraie grippe, notamment est toujours associée à une fièvre élevée, qui peut culminer autour de 40°C. Les médicaments antipyrétiques deviennent incontournables mais en respectant posologies et intervalles de prises.
Un bon moyen pour faire baisser temporairement la fièvre afin de supporter un peu mieux la situation est le bain. Surtout pas froid, mais tiède, à une température autour de 37°C, il permet de ramener pour quelque temps, l’ensemble du corps à une situation plus raisonnable. Cela marche très bien avec les petits, mais les adultes n’y pensent plus, une fois l’enfance derrière eux.

Bien sûr, toute fièvre violente, mal supportée, qui dure et vous inquiète mérite un avis médical.


Les maux de l'été

Le soleil remonte, les insectes reviennent, les plantes (urticantes parfois) aussi, et les croiser nous laisse parfois quelques mauvais souvenirs.

* Les piqûres d'insectes
Si malgré toutes les précautions répulsives, les petites bêtes ont piqué, 1 à 2 gouttes de lavande (de préférence Aspic) sur la piqûre (à renouveler plusieurs fois) sont très efficaces ; et si la démangeaison est intense, ou la douleur forte, une goutte de menthe poivrée en supplément coupera le « feu ».

* Les plantes urticantes
Une simple caresse, l'ortie laisse sur la peau rose et tendre du petit, sa ribambelle de cloques. et c'est le drame !
Dans un premier temps, appliquer une compresse de vinaigre (de cidre, c'est plus agréable), puis laisser sécher à l'air ; si cela n'est pas suffisant, une goutte de lavande et une autre de géranium rosat en massage sur la peau, à renouveler deux ou trois fois.
Le bon conseil
A la plage aussi, ayez toujours vos huiles essentielles avec la crème solaire.

* Les piqûres de méduses
Elles peuvent être soulagées de la même manière que celles d'une plante urticante ; à cette différence que peu d'entre nous vont à la plage avec leur bouteille de vinaigre de cidre. Pourtant c'est l'idéal pour rincer la peau après une telle « agression » ; à défaut il faut rincer à l'eau de mer, puis appliquer plusieurs gouttes de lavande aspic.

* Les coups de soleil
Lorsque le mal est fait, la peau devient rouge écrevisse, elle chauffe.
Appliquer du gel d'Aloé véra 2 fois par jour, et rester à l'ombre !
Faute de gel "magique", utiliser :
- une tomate coupée en deux,
- des morceaux de concombres passés sur la peau, à plusieurs reprises,
- du yaourt étalé sur la zone en couche épaisse, en laissant posé 15 minutes, puis rinçage léger, sans frotter, à l'eau claire.
Les alternatives naturelles ne manquent donc pas !

* Coups de chaud
Trop de soleil, trop de chaleur... vous vous sentez mal.
Pas d'autre choix que de se reposer à l'ombre, au frais et de se réhydrater.
Boire de l'eau, bien sûr, mais vous pouvez y ajouter du miel à raison d'une cuillère à café par quart de litre d'eau ; cela vous aidera à récupérer les éléments perdus en transpiration excessive.
Les enfants le boivent avec plaisir, y compris les petits (attention cependant, le miel est interdit aux nourrissons).


Les bougies d'oreilles
Attention, ça "chauffe les oreilles"
Les bougies d'oreille au banc d'essai Bougies d'oreilles, ou Hopie, chandelles auriculaires : si vous parcourez comme moi les magasins bio, vous avez forcément croisé ces mystérieux cônes.
Le principe : la manipulation se fait à deux de préférence, la personne à traiter est allongée sur le côté, l'assistant installe un cône de cire (coton et cire, agrémentés parfois d'huiles essentielles) dans l'oreille et l'enflamme.
La combustion de la bougie et la chaleur dégagée créeraient une aspiration dans le conduit de l'oreille permettant au cérumen, ainsi ramolli de remonter dans la base du cône pour être évacué.
Outre les vertus spirituelles, revitalisantes, détoxifiantes, drainantes des voies aériennes annoncées, cette méthode est censée assurer le nettoyage du conduit auditif de son cérumen et en entretien régulier, prévenir les bouchons.
Sauf que l'oreille est un système très élaboré, livré avec son système auto nettoyant incorporé.
Le cérumen en fait partie ; c'est une substance qui lui est nécessaire, la protège, et son élimination dans la partie terminale du conduit se fait simplement à l'eau chaude et au savon.
La majorité des bouchons sont dus d'après les ORL à nos mauvaises pratiques (utilisation immodérée des cotons-tiges notamment). Bien qu'ancestrale, paraît-il, l'efficacité de cette pratique est largement remise en cause depuis de nombreuses années déjà. Brûlures, obstructions, bouchons, parfois perforations du tympan ou surdité sont les complications qui peuvent survenir.
Le Canada la considère comme dangereuse, sans effet bénéfique pour la santé ; de plus avec les états-Unis, ces pays ont émis des directives déjà anciennes, interdisant l'importation de ces « bougies ».
On peut alors se demander légitimement comment il se fait qu'en France, tant de distributeurs les proposent encore.


CMEI, un nouveau métier dans l'air du temps
Ou plus exactement autour de l'air pollué de nos habitats...
"CMEI" (Conseil Médical en Environnement Intérieur) est un métier plutôt récent puisque créé en 1991 à Strasbourg. Cette formation a été mise en place en 2001 par les Hôpitaux Universitaires de cette ville en collaboration avec ceux de Brest, Montpellier, Paris et Toulouse et depuis 2005, elle est sanctionnée par un diplôme interuniversitaire de Santé Respiratoire et Habitat.
Les acteurs du Grenelle de l'Environnement (2008) ont décidé, dans le cadre de la prévention des risques liés à la pollution de l'air intérieur, de booster cette formation.
Les CMEI interviennent généralement, sur prescription médicale, au domicile des patients, en cas d'allergies, de pathologies respiratoires pour effectuer une sorte d'enquête. Visite du logement, questionnaire précis, prélèvements d'air, de poussières pour analyses, un bilan complet pour mettre en évidence les polluants domestiques, les mauvaises habitudes de vie qui pourraient conforter ces pathologies. A l'issue de ce bilan, des solutions sont proposées pour améliorer la situation.
Ils remplissent aussi une mission d'éducation du public par l'intermédiaire de différents organismes de santé.
Si vous êtes asthmatique et que votre médecin vous prescrit la visite d'un(e) CMEI, c'est sans doute un bon moyen de maîtriser des paramètres quotidiens que vous n'auriez pas repérés et de limiter un peu mieux vos tracas...
Mais pour l'heure, les médecins n'ont pas encore le réflexe, malgré les efforts déployés par la filière, pour faire connaitre cette option.


En savoir plus
Sur le site :
"Santé et Ecologie"

et le livre de référence sur le sujet :

Vivre dans un Habitat Sain






Sujets abordes : Ecologie feminine, eco-attitude au feminin, consommation ecologique, consommation durable, courses ecologiques, nesting, faire soi-meme ses produits, do-it-yourself, recettes produits d entretien et cosmetiques, femmes consom-actrices, maternit ecologique, habitat sain, polluants domestiques, pollutions interieures de l'habitat, toxicite de l'eau, toxicite des aliments, toxicite des materiaux, toxicite des produits d'entretien, toxicite des cosmetiques, produits de beaute bio, vetements ecologiques, recyclage et reemploi, dangers solvants, les CMEI, logos et labels cologiques, dcoration toxique, meubles toxiques, les COV, les COP, allergenes domestiques, bancs d essai des produits ecologiques quotidiens...

Les MILLE et UNE MANIERES pour les FEMMES de CONSOMMER ECOLOGIQUE et SAIN...